Le Massage ou le Langage du Toucher

Origine du  mot « Massage » 

Il apparaît au 19eme siècle dans le vocabulaire français.
Le mot vient du grec massein ; de l’hébreu mashen ; et de l’arabe mass, qui veut dire toucher, palper, pétrir ou caresser. Symboliquement masser participe au principe de « rassembler »  l’énergie diffuse entre le ciel et la terre dans les limites de l’incarnation la laissant circuler librement dans l’enveloppe corporelle entre le haut et le bas.

Le corps est le « véhicule terrestre », réceptacle que l’Âme a choisi le temps d’une incarnation.
L’Âme s’exprime au travers du corps, le corps évolue au rythme de l’Âme, il en est le reflet, la partie visible, l’Âme la partie invisible, comme le Soleil (l’Être) et la Lune (l’Âme).
L’enveloppe corporelle est  « l’interprète » de l’Âme, la mémoire, l’empreinte de notre expérience vécue digérée ou non digérée.
L’organe qui délimite l’intérieur de l’extérieur, c’est la Peau, l’enveloppe corporelle. Elle a une surface de 1.6m2, c’est le plus grand organe du corps humain, la peau représente 720 mille terminaisons nerveuses. La peau sert de régulateur thermique, c’est un organe respiratoire et protecteur. Les récepteurs sensitifs de la peau transmettent les stimuli au cerveau provoquant différentes réactions dans le corps comme la libération d’ocytocine.

Ocytocine : hormone aux effets apaisants qui réduit le stress, inhibe la peur et calme les douleurs.

La peau, organe récepteur, est le siège d’une intense circulation énergétique connue sous le nom de « Chi » ou « Prana » (souffle vital invisible, corps éthérique atman ).
C’est par le principe récepteur de la  peau, que l’art du massage s’exprimera au travers de l’art de la communication non-verbale, le langage du Toucher.
L’art du « Toucher » est un moyen de communication refoulé par notre culture Judéo-Chrétienne instillant la notion du toucher à la notion du plaisir coupable à partir du Moyen-Age, et encore de nos jours.
Cela  peut donc être compliqué pour un Occidental de « se lâcher », « s’abandonner » aux mains expertes d’un professionnel avec sagesse et confiance. Il faudra surmonter le sentiment d’inconnu, accepter de ne plus être dans « la maîtrise du moment » et se laisser envahir par le mystère du massage.
L’art du « Toucher » est une relation à l’autre, lors d’un soin, le corps prend la parole et quel que soit l’endroit touché, c’est au corps tout entier, aux cellules, à la personne dans sa globalité et son intimité que l’art du « Toucher » s’adresse.

Vivre l’expérience du « Toucher » est un acte libérateur des tensions invisibles et subtiles. Être touché est un besoin essentiel.

Le Toucher aussi appelé ‘tact’ ou ‘taction’ est le premier des 5 sens à se développer chez le fœtus (de la 6ème à la 9ème semaine de gestation) et c’est aussi le dernier à s’éteindre à notre mort. Le Toucher est le sens par lequel nous recevons les informations. Ce sens haptique permet notamment de mieux connecter la vision et l’audition. C’est le sens de la relation, on ne peut pas toucher sans être touché. Les contacts tactiles occupent une place importante dans l’élaboration des premières enveloppes du moi, tant physiques que psychiques.

L’art de « Recevoir un soin massage »

Un soin est unique, le massage est une relation « émetteur/récepteur », chaque rencontre est un mélange subtil de l’état intérieur du masseur (émetteur) et de la réception de l’instant du massé et son état d’accueil, sa capacité à recevoir ou non.
Un soin est vivant, est présent (c’est un présent, un cadeau que l’on se fait), on touche à l’intensité, l’authenticité, la profondeur et la vibration du moment.
Il évolue, se module, se transforme, il faut se laisser surprendre, l’accueillir et le recevoir comme si c’était toujours la première fois, laissant ainsi toujours la possibilité d’explorer l’ « Un-Possible ».

Le seul, le vrai, l’unique voyage est de changer de regard.

Marcel Proust (né à Paris le 10.07.1871 et décédé dans la même ville le 18.11.1922. Écrivain français dont l’œuvre principale est la suite romanesque intitulée « À la recherche du temps perdu »)

La subtilité, la puissance, la générosité d’un soin, se retrouve dans l’addition, l’accumulation des sensations, d’odeurs agréables, la peau mémorise la plénitude, la complétude, c’est aussi s’offrir la possibilité de se laisser impressionner, recevoir la nouveauté, élargir l’horizon, repousser les limites, imaginer tous les possibles, cultiver l’émotion particulière de l’instant magique et infini.
L’art du « Toucher » reconnecte à l’Âme, au vrai Moi qui somnole en chacun de nous, qui reste emprisonné par l’ego et le mental, permettant de retrouver le chemin de l’ Etre, l’origine et les racines de l’incarnation.

Le soin est unique et révélateur, laissez-vous chavirer pour vous réconcilier avec vous-même.

Namaste

Photo récupérée site suivant

Par l’art de la parole on Touche.
Par le Toucher on parle.

Inconnu

4 réflexions sur “Le Massage ou le Langage du Toucher

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s