Agni अग्नि : gardien des maisons et protecteur contre le mal

Le Seigneur Agni – en sanskrit veut dire « feu » – est la Divinité de la religion védique qui personnifie l’élément Feu ; le feu réel (le foyer) ; le feu du sacrifice (yagya) et le feu de l’âme.
Il est « prêtre », « messager », « maître de la richesse », « ministre du sacrifice », « dissipeur de la nuit ». Ses manifestations sont le feu sur terre, l’éclair dans l’air et le Soleil dans le royaume le plus élevé.
Plusieurs « éléments » naturels – l’eau, la terre, l’air – tiennent une place importante dans la mythologie et le culte védiques, conjointement avec les « objets cosmiques » comme le Soleil, la Lune, les rivières et des « puissances » quasi abstraites – le temps, l’amour, la pensée..
Au tout premier rang de ces catégories sacrales se situe le Feu, que les textes védiques révèrent sans le désigner autrement : Agni (comme le latin ignis) n’est pas un nom propre, mais un appellatif utilisé pour parler aussi bien du foyer de cuisine ou de l’incendie de forêt que de la flamme brillant sur l’autel du sacrifice.
Les caractéristiques propres à l’élément feu sont toujours présentes dans la mythologie du Dieu Agni : il est celui qui réchauffe, qui éclaire, qui purifie, qui détruit (en réduisant en cendres), il est l’étincelle de vie et donc une partie de lui se retrouve dans chaque être vivant. Il règne sur la nourriture humaine (il préside à la catégorie du cuit, tenue pour supérieure à celle du cru).
Les Indiens védiques, cependant, dépassent largement la simple vénération de l’élément feu : d’une part, ils font d’Agni un Dieu véritable, doué d’une personnalité bien marquée et s’intégrant parfaitement au panthéon ; d’autre part, faisant la synthèse des fonctions élémentaires du feu, ils voient en lui une des 2 forces qui assurent la vie du cosmos. Dans les textes spéculatifs du Véda (certains hymnes, les brāhmana, les upaniṣad), il est écrit que l’existence des êtres et des choses est assurée par la combinaison du pouvoir irradiant (chaud, sec, solaire) d’Agni et de la puissance féconde (froide, humide, lunaire) du soma (l’ambroisie, le nectar, le breuvage d’immortalité).
Cet or (sperme d’Agni) et cet argent cosmiques, en se mariant au sein des eaux principielles, assurent la venue à l’être de l’univers dont la fin se produira lorsque cette union se défera.
Agni est le premier mot du premier hymne du Rig-Véda . Il est le directeur suprême des devoirs et des cérémonies religieuses, et paraît comme un messager entre les mortels et les dieux. Les rituels védiques impliquent tous Agni.
Dans l’hindouisme, Agni est un des dieux principaux, que l’iconographie représente chevauchant un bélier. Il a 2 têtes, 3 jambes, 4 cornes, 7 bras, 7 langues de feu, dents en or, 7 rayons de lumière émanent de son corps de couleur rouge.
Agni est un deva (puissance agissante), en second lieu seulement après Indra (Roi Des Dieux et Seigneur du ciel) dans la puissance et l’importance qu’on lui attribue dans la mythologie védique. Il est jumeau d’Indra, et donc un fils de Dyaus Pitar et Prithvi.
On dit qu’il aurait 2 mères (les deux parties de la fosse utilisée pour allumer le feu) et 10 servantes (les doigts de l’homme qui allume le feu) ou encore qu’il est 2 fois né.

Le Rig-Veda dit souvent qu’Agni naît de l’eau ou habite dans les eaux, selon la formule Agni, « petit-fils des eaux ». Il est décrit comme un feu naissant de l’eau. Ce formulaire évoque la « duplicité » fondamentale du feu, passant constamment du monde des ténèbres à celui de la lumière.
Les autres noms employés dans le Rig Veda, épithètes ou aspects d’Agni sont « Matarishvan », « Jatavedas » ou « Bharata ».

Dans l’hindouisme

Agni chevauche un Bélier car c’est l’animal associé au feu, dans le principe des 7 chakras majeures de l’hindouisme. Le feu est l’élément attribué à Manipura, le 3ème chakra, le chakra du plexus solaire. Pour la petite histoire, RAM (bélier dans une traduction de l’anglais au français) est le mantra associé au plexus solaire.
Bharata (descendants de l’empereur légendaire indien Bharat) est une épithète d’Agni, d’où provient le nom de l’Inde, « Bharat », en hindi et en sanskrit de « Bhatatas », une tribu aryenne.
Agni est un Dieu trifonctionnel :
– Dieu du feu, il est à la fois le feu de la purification et du sacrifice, qui permet aux oblations d’être transmises aux dieux
– Le feu de la guerre et de la fin des temps, qui détruit le monde (mais permet sa régénérescence)
– Le feu du foyer, qui réchauffe et permet la cuisson des aliments.
Dans un mariage hindou, Agni est le témoin principal.
Il est l’un des « gardiens des directions », représentant le Sud-Est.
En médecine ayurvédique (la médecine hindou qui soigne avec des plantes), « Agni » est un des 3 fondamentaux, un des 3 repères, sur lesquels il faut agir pour atteindre l’équilibre qui donne la santé. Les deux autres sont Surya et Vayu, respectivement le Soleil et l’Air.

Namaste

(Source Wikipédia et Encyclopédie Universalis, Mythologie Hindoue)


3 réflexions sur “Agni अग्नि : gardien des maisons et protecteur contre le mal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s