Astrologie : La Science des Astres

Si les Astres étaient immobiles, le Temps et l’Espace n’existeraient pas.

M.Maeterlink Artiste, Ecrivain (1862 / 1949)

Dans les premiers temps lointains, le langage Astrologique était un Art (mise en mouvement-R- de l’ineffable-A- sur Terre-T-) millénaire et sacré (ça crée). Il propose encore aujourd’hui une richesse symbolique et imaginale profonde de nature complexe, déconcertante et mystérieuse. Cette connaissance fait d’elle un Art qui oscille entre profane et sacré, insignifiant ou savant, exotérique ou ésotérique.
Dans ces temps antiques, les Astronomes étaient naturellement des Astrologues.

Etymologie des mots Astronomie et Astrologie :


– Astrologie vient du grec astron qui veut dire « astre, étoile » et logos « parole ou discours », étymologiquement il s’agit du « discours sur les Astres ». L’Astrologie s’occupe de la théorie des Astres.
L’Astrologue est « celui qui raisonne et parle des Astres ».

– Astronomie vient aussi du grec, nomos voulant dire « loi », soit étymologiquement, « la loi des Astres », cette science agit sur la mise en ordre et sur l’administration des Astres.
L’Astronome est « celui qui dénombre et ordonne les Astres ».

En résumé, d’un côté, nous avons l’administration des Astres avec l’Astronomie (la science, l’organisation yang) et de l’autre, l’interprétation du langage des Astres par l’Astrologie (l’intuition, la connaissance yin).

Initialement, les deux sont liés et interdépendants comme la Lune et le Soleil (le couple primordial de la lumière et l’ombre), l’Astrologue et l’Astronome ne font qu’un et il soumet une démarche objective et descriptive de l’Univers doublée d’une démarche subjective et intuitive du rapport entre l’agencement du cosmos et la vie sur Terre.
L’évolution de la place de l’Astrologie, son essor, sa décadence, est corrélée à l’évolution de la science dans nos vies.

Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut.

Table d’Emeraude

Le mot « Astrologie » dans la langue des Oiseaux :


« L’astre au logis » qui se décode plus précisément par « l’être au loge I », « astre » a la même racine que « être », et logis se lit « loge I ». L’astrologie a pour fonction de montrer comment l’être peut revenir vers sa maison de toujours, là où il peut se reconnecter à la transcendance, ou encore à sa vérité intérieure (I).

Définition

L’Astrologie, datant du 2e millénaire avant notre ère, prend ses racines dans un calendrier utilisé pour observer les changements saisonniers et pour interpréter les différents cycles comme un langage céleste diffusé à l’humanité.
C’est un enseignement précis et ordonné des mouvements planétaires complété par des croyances et pratiques fondées sur l’interprétation entre la configuration céleste (positionnement et mouvements des planètes du système solaire) et l’existence humaine terrestre collective ou individuelle.

Les Hauts et les Bas de l’Astrologie : du Divin à l’humain, de l’Humain au divin

L’Astrologie est la mère de l’Astronomie, la fille de la Mythologie et la grande sœur de la Psychologie.

Nicolas Hercebu Astro-mythologue, linguiste 1983

Historiquement, l’Astrologie ballotée culturellement par les différents modes de pensée, poursuit son œuvre et son développement avec le courant (culte des mystères et science ésotérique) ou à contre-courant (culte religieux ou ordre scientifique). Cette démarche inspirée, force vive du sacré, restera malgré des périodes d’obscurantisme, un véritable chemin de sagesse et de connaissance pour la compréhension de l’âme humaine.

C’est en Mésopotamie, vers 3500 avant J.C, que l’Astrologie apparaît comme message et écriture céleste, bien avant l’Astronomie comme mathématique céleste. C’est le temps où l’humanité tente de décrypter le message divin afin d’honorer sa volonté.
Ce sont les Chaldéens (anciennement les Babyloniens) qui instaurent un calendrier soli-lunaire sur la base d’observations astronomiques à des fins religieuses, politiques et agricoles. C’est dans cet esprit qu’ils organisent les constellations des étoiles fixes selon un zodiaque qui est toujours le réfèrent astrologique actuel.

La pensée grecque colore cette émanation astrologique de « raison », elle se détache de toute religion astrale et pratique rituelle, elle explique l’univers de manière rationnelle et théorique. La transmission grecque de l’astrologie babylonienne va définir l’astrologie occidentale actuelle, technique mais aussi philosophique. Pourtant ce sont les mathématiciens grecs qui développent le caractère sacré du moment et lieu de naissance en utilisant la notion de l’ascendant (degré écliptique se levant à l’Est sur l’horizon).
Ils affinent l’horoscope – du grec hôra, « heure » et skopein, « observer, examiner » – en individualisant la position des planètes dans un rapport à un espace-temps précis.
C’est Pythagore, qui aurait donné le nom de cosmos qui signifie « beauté, harmonie du monde » à l’enveloppe de l’univers, la sphère des étoiles fixes. L’école de Pythagore est pionnière sur l’idée du macrocosme pour parler du monde céleste et du microcosme pour évoquer le monde humain. Le terme de philosophos pour désigner l’homme qui se met en quête d’une sagesse humaine, fait partie des nombreuses formules de cet enseignement qui réussit une heureuse synthèse entre la raison et la religion.
Pour les Pythagoriciens, la voie royale vers la plénitude spirituelle passe par la compréhension scientifique de l’univers, aux harmonie musicales, aux mouvements ordonnés des planètes et par l’existence de dieux mystérieux.

Puis l’Astrologie s’infiltre à Rome avec l’aura des philosophes grecs, Pythagore et Platon, au moment du passage de la Rome républicaine, avec deux voies différentes de développement : l’influence chaldéenne sur le peuple et le côté divination et diseuse de bonne aventure soit une astrologie triviale et mercantile s’impose et l’Astrologie philosophique savante d’Alexandrie qui touche l’intelligentsia romaine.
Le penchant matérialiste et volontariste romain a pourtant du mal à s’adapter à l’énergie fataliste orientaliste.

Le christianisme et son enseignement s’insinue dans la Rome Antique et commence à s’opposer à l’Astrologie grecque dominée par le paganisme. L’empereur Constantin, converti au christianisme, bannit le culte de Mithra (le dieu solaire indo-iranien), les mythes chrétiens vont se substituer aux mythes païens et dans cette nouvelle orthodoxie, le dieu Soleil est vénéré en la personne du Christ. La liturgie chrétienne avec ses rites et ses miracles remplace la théurgie païenne (forme de magie, qui permettrait à l’homme de communiquer avec les « bons esprits » et d’invoquer les puissances surnaturelles aux fins louables d’atteindre Dieu), ses rituels et sa magie.
De magique et théurgique à Babylone, la pensée astrologique devient idéaliste et abstraite en Grèce, puis naturaliste et pragmatique à Rome ; l’effondrement imminent de l’Empire Romain faisant place au Moyen-Age, annonce une censure tenace à toutes velléités de pratiquer une Astrologie libre et sibylline, l’idée unique faisant foi étant la religion chrétienne et son dogmatisme puissant moraliste, instaurant la peur de l’enfer, et le concept de culpabilité devenant le moteur d’une croyance rédemptrice.

Il y aura un regain d’intérêt au moment de la Renaissance (15e siècle), entre autre à Florence sous le règne des premiers Médicis, avec une Astrologie humaniste qui s’étendra jusqu’en France.

Mais au 16e siècle le divorce entre Astrologie et Astronomie sonne le glas d’une astrologie comme enseignement ésotérique. La « révolution scientifique », soutenue par le penseur de René Descartes (1596 / 1650), prend le pas et influence une pensée rationaliste et scientifique qui commence son règne et s’impose encore majoritairement aujourd’hui, même si des prémices d’éveil se libère avec l’ère du Verseau qui pointe son nez.
C’est ici que nous quittons le paradigme (en épistémologie et dans les sciences humaines et sociales, une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle cohérent du monde qui repose sur un fondement défini) de la physique céleste des Anciens pour entrer de plein pied dans le paradigme de la physique mathématique, on assiste à une mutation de pensée qui devient masculine, l’homme peut tout expliquer de façon mécanique et mathématique. Pour le penseur Descartes, « la nature n’est pas une Déesse », il n’y a plus de secrets ou forces cachées. Il établit une distinction entre l’âme de substance spirituelle et le corps de substance matérielle. C’est le corps qui agit sur l’âme et influence ses passions. Avec René Descartes, la révolution mécaniste détache la métaphysique de la physique. L’univers perd son âme et son symbolisme révélateur de vérité. Le jugement « cartésien » remplace la « sympathie universelle ».
L’Astrologie donne du sens aux mystères du Monde et de l’Homme à travers des symboles interprétés de façon subjective. Le mode premier d’appréhender la réalité reposait sur des qualités yin, subjectives, réceptives, féminines propres aux sensation (élément terre) et aux sentiments (élément eau). En mettant le Soleil au centre de notre univers plutôt que la Terre, l’expression de la réalité commence à s’exprimer sur des qualités yang, objectives, rationnelles, masculines et dynamiques propre à l’intuition (l’élément feu) et à l’intellect (l’élément air).
Descartes a vidé la nature de toute affiliation à l’esprit divin et a rendu la matière inerte, qu’il convient d’analyser de manière objective. Une posture masculine / volontariste prend le dessus sur la posture féminine / participative diffusant son effluve visionnaire sur la discipline avant l’avènement du rationaliste cartésien.
En neutralisant ainsi la vitalité de la nature de l’univers, la science empirique et la philosophie rationaliste sonnent la fin d’une approche écologique et symbiotique avec notre Terre Mère en l’asservissant plutôt que de l’honorer et la respecter.

A la fin du 19ème, on assiste à un mariage heureux des outils subtils proposés par l’Astrologie avec la découverte de l’inconscient et la concept de psychologie.
Face aux effets desséchants de la science, c’est tout naturellement que se déploie de nouvelles méthodes « non cartésiennes » pour explorer les mystères de l’âme humaine afin d’équilibrer le monde de la pensée. C’est ainsi que les qualités d’interprétation de l’Astrologie s’intègrent délicieusement à la psychologie pour élargir et approfondir une dimension nouvelle d’une « Astrologie Psychologique ». Ce courant va être porté de façon majeure par Carl Gustav Jung avec « La Psychologie des Profondeurs » qu’il met à jour et défend durant toute sa vie, et qui inclut une notion essentielle dans ses analyses de la « réalité de l’âme ». Ce concept est aussi appelé psychologie « analytique » ou « dynamique ».
La « Science de l’Âme » ou « Science du Sens Intime » est ancienne ; en effet, le mot psychologie est issu du grec – psukhé : « le souffle, l’âme » et logia, logos « science », et c’est au moment de la Renaissance que le terme s’installe pour traiter d’une philosophie traitant de l’âme, de ses facultés et de ses opérations désignant « la science de l’apparition des esprits ».
L’Astrologie évolue, elle se distingue dans un mouvement holistique qui met en scène une astrologie archétypale au service de la personne, en association avec l’outil psychologique visant à l’individuation et la complétude.

La pensée freudienne est masculine, paternelle et active alors que l’approche jungienne est féminine, maternelle et réceptrice. Ensemble , ils sont le père et la mère de l’Astrologie.

Maggie Hyde Astrologue

C.G.Jung, dans ce paysage conceptuel du royaume de l’inconscient, est un psychologue « hors-norme », affublé d’un esprit curieux structuré par une connaissance phénoménale, il fut inspiré par l’Astrologie afin d’aborder les énigmes de la psyché humaine. C’est à lui qu’on doit la notion « d’inconscient collectif », des archétypes, de l’introversion, l’extraversion, le processus d’individuation , de synchronicité et de l’imagination active.
Ce « médecin de l’âme » continue aujourd’hui à exalter et accompagner de nombreux astrologues dans l’expression de leur activité.

Astrologie karmique, humaniste ou populaire :
Technique de développement et d’épanouissement individuel et collectif

L’Astrologie est cette Grande Enseignante qui reconcilie la Science avec la Religion, c’est à la fois une science et une croyance

Message Céleste

L’Astrologie comme approche de Chemin de Sagesse, propose un doux mélange de déterminisme et de liberté, de fatalité et de libre-arbitre. Dans cette énergie « tout n’est pas écrit d’avance » de manière prévisible, l’homme est impliqué et responsable de son destin, il est en capacité de co-créer son chemin de vie en collaborant avec la nature. L’Astrologie nous enseigne la liberté co-créatrice, l’intelligence rusée et intuitive, nous rapproche de la dimension du sacré afin de réenchanter le Monde. Ce bienheureux rituel de compréhension est une liberté ultime de « nous sauver nous-mêmes ».
La sagesse de la philosophie et les qualités holistiques de l’Astrologie peuvent combler une certaine fissure spirituelle et morale, elles permettent de consacrer une dimension poétique à l’expérience de vie et prendre de la distance face à une pensée scientifique raisonnable mais limitante.
Cet apprentissage nous invite à faire connaissance avec les Dieux et les Déesses qui nous habitent afin de nous réconcilier avec les pluralités qui nous gouvernent. Cette discipline hybride (métissage de la psychologie et de la spiritualité) éclaire notre route en nous indiquant de suivre le flux du temps, de cultiver une attitude réceptive, de nourrir notre quête de sens à la lumière des étoiles, d’attiser une intensité émotionnelle, de stimuler la fulgurance de l’esprit et d’embrasser spontanément les méandres de la matière favorisant ainsi l’écoute intérieure et le centrage de soi, et les sollicitations de l’extérieur.
Le diagramme circulaire du thème astral offre un « mandala » (propre à la méditation bouddhique qui symbolise le cosmos) individuel qui facilite la réflexion et la méditation sur l’unicité de notre cosmos intérieur. Cette pratique nous aide à accéder à une meilleure connaissance et une acceptation de soi et nous relie au divin qui est en chacun de nous.
L’Astrologie peut s’élever au statut de « discipline spirituelle », elle initie à « vivre avec attention et dans l’intention », elle révèle la sagesse de l’âme, elle exige de la rigueur, du discernement. Si nous optons pour sa pratique, elle nous suggère de grandir vers une maturité psychologique, elle instille en chacun de nous du courage, de la joie, de l’indulgence, de la patience et l’amour inconditionnel.
Une réflexion profonde sur la beauté et l’immensité du cosmos nous engage à re-enchanter notre vision du monde et se relier aux dimensions sacrées et magiques de la vie.

L’Astrologie infuse en chacun de nous d’ÊTRE (énergie Solaire), d’EXISTER (énergie Lunaire), de Penser (énergie Mercurienne), de RESSENTIR avec amour (énergie Vénusienne), d’AGIR avec courage (énergie Martienne), de COOPERER dans la joie (énergie Jupitérienne), de CONSTRUIRE avec patience (énergie Saturnienne), avec des vibrations de COMPREHENSION (énergie Uranienne), d’AMOUR INCONDITIONNEL (énergie Neptunienne) et de TRANSFORMATION (énergie Plutonienne) afin de vivre pleinement notre incarnation en conscience et accéder à la complétude de notre Essence.

L’Astrologie est un chuchotement d’étoiles éclairant des Illuminés qui éblouissement ainsi la Lune.

Message Céleste

Namaste

Pour plus d’articles sur l’Astrologie Holistique,
nous vous invitons à nous retrouver par ici.

Source pour nourrir et construire cet article :
Ecriture Céleste (Psychologie Jungienne, Mythologie et Astrologie) de Christine Gonze Conrad (Editions Dervy)




6 réflexions sur “Astrologie : La Science des Astres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s