Déesse Métis, « la métis », « kairos » et la Destinée

La Déesse Métis

La Déesse Métis, la plus sage des déesses, est la première femme de Zeus, sa science est supérieur à celle des dieux et des mortels. C’est elle qui fait absorber une potion magique à Chronos pour qu’il vomisse ses enfants qu’il avalait l’un après l’autre. Zeus, le fils de Chronos, craignant d’être détrôné par sa descendance, prit la précaution d’avaler Métis alors qu’elle était enceinte de leur fille Athéna, la Déesse qui sortit ensuite du haut du crâne de son père, armée, casquée et guerrière pour prendre place parmi les 12 grandes divinités de l’Olympe et devenir la puissante et sage protectrice d’Athènes.
La Déesse Métis est la référente sur l’avenir aléatoire, « elle évoque, dans la consultation oraculaire (relatif à l’oracle), l’aspect d’épreuve entre les dieux et les hommes, de jeu subtil et dangereux où rien n’est fixé d’avance ». Elle est l’image archétypale de « l’Intelligence rusée », « la métis » des Grecs présocratiques.

« La métis » : l’Intelligence rusée

« La métis » recouvre un vaste domaine d’application pratique et faisait partie de la vie sociale, artisanale, militaire et spirituelle dans la Grèce archaïque, elle n’a pourtant jamais fait l’objet de traités logiques et systématiques.
« La métis » est une intelligence prudente, sage qui combine le flair, la sagacité, la prévision, la souplesse d’esprit, la feinte, l’attention vigilante, le sens de l’opportunité, une expérience acquise. Elle s’applique à des réalités fugaces, mouvantes, déconcertantes et ambiguës, elle ne se prête ni à la mesure précise, ni au calcul exact, ni au raisonnement rigoureux.
Elle appartient encore à une mentalité archaïque qui ressemble à la pensée indienne et chinoise où la dichotomie entre l’être et le devenir, l’intellect et l’intuition, le yin et le yang n’est pas franchement divisée en polarités antagonistes. « La métis » est appréciée dans la complémentarité de ses propriétés opposées.
« La métis » constelle « l’astrologie divinatoire » et proactive, elle propose une stratégie d’actions pour mener à bien son véhicule terrestre, en utilisant la position des étoiles pour confirmer l’intuition ou le ressenti. Cette pratique d’une astrologie co-créative requiert vigilance, imagination et une intelligence astucieuse. Le dialogue qui s’établit entre l’astrologue et le consultant permet de comparer l’expérience du consultant et les versions alternatives liées au symbolisme astral et ainsi pouvoir élargir le champs des possibles créateurs. La liberté de choisir sa destinée est limitée par le caractère individuel (détermination interne) et les données contextuelles (détermination externe) projetés sur le thème de naissance. L’expression de la liberté se déploie par une prise de conscience, une meilleure connaissance de soi et l’utilisation de l’intelligence astucieuse , « la métis ».

« Kairos » : le Moment juste

Le facteur « temps » joue un rôle prépondérant dans le contexte où se déroule l’action inspirée par « la métis ». La qualité spécifique d’un moment donné fait partie de l’oracle. et pour les Grecs anciens le « moment opportun » ou « kairos » est la condition indispensable à toute stratégie d’action. « La métis » est une alliée indispensable du « kairos », elle permet de définir et de reconnaître le « moment opportun ».
« La métis » enseigne l’art de choisir « kairos », avant d’agir, ou bien attendre, la considération du mouvement des corps célestes renseigne sur la qualité du moment juste. L’intelligence rusée, « la métis », n’assure sa prise sur les êtres et les choses que parce qu’elle est capable de prévoir, par delà le présent immédiat, une tranche plus ou moins épaisse du futur. Les qualités divinatoires d’une astrologie « à la métis » offrent la liberté de poser des choix de manière astucieuse et inspirée dans la mesure où le futur est négociable.
En astrologie, les divinités débordant de cette intelligence « à la métis » sont Jupiter, Mercure ou Vénus, elles nous guident judicieusement de façon avisées et perspicaces pour nous investir d’ingéniosité subtile face aux choix de la vie.

Cet article est inspirée du livre de Christine Gonze Conrad « Ecriture Céleste » collection Quête de Soi.

Namaste


6 réflexions sur “Déesse Métis, « la métis », « kairos » et la Destinée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s