Neptune en Poissons : Aboutissement de la révolution solaire (165 ans)

2012 /2025

La Mode est au romantisme, une vague de mysticisme et d’expansionnisme afflue sur la planète. Circule la promesse de bonheur collectif qui sera sans doute difficile à tenir, on partage un sentiment d’union et d’adhésion plus vaste mettant en marche un processus d’universalisation. Neptune, hors du temps, inaccessible, peut encore maintenir l’étape uranienne d’évolution dans une phase de révolution-transformation en révolution-retour au point d’origine. La révolution devient circulaire car les peuples ne voient pas la porte de sortie neptunienne. En effet, passer d’Uranus à Neptune revient à considérer la valeur du temps. L’énergie mentale ouranienne occidentale trépidante glorifie le temps comme un joyau qu’il faut fructifier sans attendre et dans la précipitation, l’énergie neptunienne sentimentale orientale placide l’envisage comme une éternité, le temps est à porter de mains (est apporté demain).

Luc Bigé : Le Chœur des Planètes

Neptune : Faire du tout ordinaire matérialiste
un Tout transcendantal spirituel

Il y a 175 ans aujourd’hui que l’on a décelée l’existence de Neptune, premier objet céleste mis en lumière grâce au calcul mathématique avant de l’être par l’observation. Neptune devient visible à la conscience humaine le 23 septembre 1846 à l’observatoire de Berlin. Il réside en Verseau, l’humaniste fraternel, rebelle et progressiste. Cette position confirme bien la haute aspiration d’un monde meilleur portée par la symbiose des énergies mentales universelles du Verseau et celles de l’amour inconditionnel de Neptune.
Cette journée est dans une énergie numérologique 33/6, le nombre 33, mélange de rêve et d’intuition, est le « Maître Enseignant », il porte l’énergie de la compréhension avant l’acte verbal. Le nombre 6 est le symbole de beauté, d’amour, c’est la perfection de l’étoile à 6 branches unissant la triangle matériel et le triangle spirituel. C’est le symbole du rayonnement de l’homme, de l’harmonie. C’est l’Amoureux dans le Tarot, c’est l’artiste qui met des couleurs à la vie, c’est l’humaniste qui rêve d’un monde meilleur, c’est le thérapeute qui guérit l’âme des hommes et du monde.
Le thème astrologique de cette découverte est dans un Soleil axé sur les derniers degrés de la Vierge (le signe opposé aux Poissons), la mercurienne, mature dans l’expression de soi, compétente, perfectionniste et pertinente, discoure ici d’une « pleine concentration requise pour atteindre un but spirituel ». Le Soleil en Vierge s’engage et avance sans se laisser perturber par les revers. On se situe sur une phase culminante, les portes extérieures de la perception et de la pensée doivent se refermer en invitant l’âme à achever sa conquête de l’illusion.
Il y a une stellium planétaire en Vierge, Soleil (le Moi), Mercure (la Pensée, affirme le besoin de communiquer), Vénus (l’Amour, souligne son besoin sentimental) et Mars (l’Action, proclame son besoin d’agir) ; ce jour baigne dans l’influence aérienne et mercurienne d’une Vierge plus concrète (Neptune se matérialise aux yeux du monde grâce au télescope) ; porteuse d’un esprit analytique, logique et rationnel, elle prône l’ordre et la mesure (l’inverse de l’énergie neptunienne). Ce Neptune en fin d’étape Verseau nous intime d’utiliser les facultés cérébrales universelles d’observation et d’analyse afin d’intégrer le symbole d’efficience intellectuelle supérieure, il est prêt à passer la porte de l’étape Poissons pour le transcender et le déverser dans le monde.

Neptune devient visible dans le monde incarné, porté par le souffle dominant mercurien subtil, vif et intelligent et soutenu par le mental supérieur ouranien idéaliste et détaché. Mercure, le messager des Dieux, le lien entre le ciel et la terre, diffuse le message spirituel et d’amour avec sagacité, subtilité, dans un désir de perfection, de sentiments parfaits et pures mettant en pratique une modalité assurée et volontaire d’agir de façon lente, discrète, sobre, douce, insidieuse et inexorable. Cette énergie est soutenue par la vibration jupitérienne en Gémeaux, le mercurien adolescent, qui expande généreusement l’univers de nouveaux concepts, il facilite la transmission des convictions inconnues et naissantes. Cette position astrale se met au service des arts, de la littérature, des sciences, de la médecine, de la foi, de l’amour compassion. Elle favorise les grands orateurs idéalistes et sauveurs, les grands peintres et la grande écriture romantique, les prêcheurs, les guides spirituels. Elle insuffle une faculté extraordinaire pour une création lumineuse rayonnante et inondant d’amour la Terre. Attention, à l’envers du décor, la face cachée – sombre, menteur, confusionnel, manipulateur, baratineur et autre causeur critique toxique – qui s’associe au neptunienne aigri, nuisible, victime voire vengeur.

Quand le pouvoir de l’Amour vaincra l’amour du pouvoir, le monde connaître la paix.

J.Hendrix

Neptune : le Cheminement vers un monde plus humain

Révolution : état de retour périodique d’un astre à un point déterminé de son orbite. Elle parle de l’idée d’accomplissement en faisant un retour.

Définition

La révolution neptunienne prend 165 ans, passant entre 13/14 ans dans un signe ; elle prend son temps, elle a le temps, elle sait au fond de son cœur que la transformation s’effectuera implacablement, sûrement, doucement, passivement, habilement et délicatement malgré les tempêtes neptuniennes. Neptune, c’est le retour impérieux vers quelque chose d’enfoui, caché ou oublié. A l’opposé, s’exprime la révolution ouranienne qui la précède, plus dynamique, elle agit 2 fois plus vite en 85 ans environ, soit 7/8 ans dans chaque saison zodiacale, elle assume sa qualité prométhéenne (mythe fondateur de notre modernité) en arguant un pouvoir mobilisateur volontaire et affirmé qui proclame le changement radical à la rupture de l’ancien devenu obsolète.
A cette aurore, Neptune a fait sa révolution et parcouru les 360° du zodiaque, au cours de son voyage maritime, 12 générations neptuniennes ont vu le lever du Soleil et son coucher. Neptune, Maître des Illusions, est l’âme d’une génération dans un thème. Neptune est la recherche du divin en Soi. Il inocule subtilement sur la planète Terre, imperceptiblement, une contagion d’amour inconditionnel, de compassion, d’intuitions, de don de guérison, de prière ou méditation qui agissent à la fois sur notre esprit, notre moral ou notre capacité à raisonner. Il initie aux rêves nocturnes mais aussi à la notion de symbolisme, à la compréhension invisible et aux sciences ésotérique et du mystère.
A défaut d’avoir intégré le sentiment d’une âme humaine commune et d’avoir « appris à vivre en grappe », l’humanité est bien sous la gouvernance neptunienne de la mondialisation et le Dieu Poséidon fait bien trembler les frontières auxquelles on croit toujours pouvoir se référer, fabriquant une attitude humaine inquiète, vacillant dans une incertitude du lendemain, glissant sur cette terre ferme qui se dérobe sous ses pieds d’argile. La révolution neptunienne est bien en marche…
Les signes semblent se multiplier (comme les Poissons des Evangiles), un certain climat, une atmosphère collective faite de défiance, de doutes, d’instabilité, de confusion, de tourments est en train de s’insinuer, s’installer dans les courants de la vie. La certitude ouranienne des lendemains qui chantent est affaiblie, c’est le sentiment croissant de désorientation qui prend le pas, comme si l’humanité se trouvait embarquée sur un bateau ivre avec à son bord des gouvernants sans gouvernail et des capitaines abasourdis, désaxés, sans cap, ni boussole.

L’étape révolutionnaire ouranienne avec l’explosion du progrès, du temps qui s’accélère et du temps qui se mute dans une finalité pécunière depuis les années d’après-guerre, affiche par exemple en 2017, une espérance de vie, en croissance, de 79,5 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes. Cette influence s’amoindrit au profit d’une énergie neptunienne généreuse, infinie, où le temps n’a plus de prise, et s’étirent vers une conception de l’éternité qui s’insinue avec l’expansion du nombre de personnes qui dépasse les 84 ans (révolution d’Uranus) pour se diriger vers des centenaires issus d’une vie préservée, naturelle et éloignée de la vie industrielle prométhéenne génératrice du stress, d’obésité (dépendance aux sucres et alimentation transformée), de cancers et de maladies cardiovasculaires qui alimentent toujours plus les prouesses techniques et découvertes émerveillant l’homme de son intelligence à défier la maladie qu’il crée lui-même, sans parler des problèmes psychiatriques.
L’observation de ce cycle d’influence de Neptune sur nos vies et consciences se mesure donc avec la vie de l’humain qui s’allonge de plus en plus (la projection de personnes passant la barre au niveau mondial des 100 ans en 2050 serait de 3.2 millions). Le Japon étant actuellement le modèle de cette « fabrique » de sujets âgés avec un secret certes génétique (incidence de responsabilité de 25% sur un homme moyen et plus sur une personne centenaire), mais surtout la qualité de la pensée asiatique du « Soleil Levant » qui se nourrit de sagesse et préconise de « traiter la cause et non la conséquence  » au contraire de l’axiome volontariste et combattant de la société occidentale. Le Japon compte aujourd’hui 65000 centenaires (soit 3 fois plus que la France) dont la femme la plus âgée au monde Tana Tanaka née en janvier 1903 et qui vient de fêter ses 117 ans . La recette de cette longévité est une vie saine, une alimentation naturelle, des exercices physiques, de la méditation, du bon sens tout simplement. La promesse neptunienne est bien là, à nous de relever le défi…

Un transit de Neptune est une période de confusion, de renoncement, de sacrifice mais ce sont aussi des moments merveilleux d’enchantement où l’imaginaire et le rêve se mélangent à l’infini et sont source de création idéale et d’amour universel abreuvant la Terre et ses habitants. Neptune dissout ce qu’a construit Saturne, il dissout pour inclure dans une réalité, une globalité, plus vaste, il fait tomber les limites saturniennes. Le vécu du transit neptunien dépend de notre niveau de conscience, il peut être vécu dans la confusion, l’anxiété, la peur nébuleuse de perdre contact avec le réel (élément terre absent ou Saturne affaibli dans le thème), ou bien dans une effluve mystico-psychique qui élève la personne à d’autres plans de compréhension et qui va nourrir le charme extatique du moment.

1 / Neptune en Bélier (1861/1875) : le peuple vibre émotionnellement aux espoirs de conquêtes, de combats et d’aventures. C’est l’heure du combat qui sonne pour des causes jugées nobles (guerre de Sécession 1861). Il émerge de cette période quelques idéalistes hors pairs capables de rénover les conceptions universalistes de l’homme, citons Sri Aurobindo et Gandhi par exemple.
2/ Neptune en Taureau (1875/1888) : l’expansion est maintenant matérielle, le temps est venu où les rêves d’abondance remplacent les rêves de grandeur. L’idéologie consumériste prend du poids. Le prochain passage de Neptune sera peut-être l’apologie de la nature et des valeurs écologiques, avec un retour à la dimension sacrée à la nature. La génération Neptune/Taureau idéalise la réussite matérielle. Ce sont les adaptes du mythe du bon sauvage. Rousseau (1712/1778) avait son Neptune en Taureau.
3/ Neptune en Gémeaux (1888/1901) : les idéaux se développent dans le chemin du savoir, un savoir immédiat et factuel, l’espoir d’un monde meilleur circule avec une fusion d’idées lumineuses, période d’insouciance et de légèreté où règnent rhétorique et poésie. C’est l’apogée du journalisme.
4/ Neptune en Cancer (1901/1915) : Neptune, planète féminine avec le signe du Cancer gouverné par la Lune, élève les valeurs féminines et le rôle de la femme. La participation au monde est symbolisée par les valeurs famille/patrie, le héros de l’époque est celui qui se sacrifie pour les siens. C’est la période de « la Belle Epoque » qui valorise l’imagination, la fantaisie et les facéties multiples.
5/ Neptune en Lion (1915/1929) : éclosion du fantasme individualiste de l’égo qui ne rêve que de servir son propre désir. L’International Communiste fut la structure la plus efficace pour véhiculer l’Utopie d’individus unissant leur volonté et leurs compétences (Lion) pour le bien-être de tous (Neptune).
6/ Neptune en Vierge (1929/1942) : l’imagination est mise au service de projets sociaux, actionnant un perfectionnement du quotidien dans l’entraide mutuelle, pauvres et démunis s’unissent dans une même ferveur, dans un même sentiment de vivre une tragédie commune. Le rationalisme et la technologie sont les nouveaux dieux du monde humain immédiatement accompagnés de désillusion avec le second conflit mondial qui ébranle le mythe d’un âge d’or aseptisé.
7/ Neptune en Balance (1942/1957) : l’idéal de paix domine la consciences des peuples. C’est à cette époque que furent posées les bases théoriques d’une société planétaire où chaque nation aurait droit de parole – l’ONU. Le ciment universel comprend l’art, la culture, le beau.
8/ Neptune en Scorpion ( 1958/1970) : la période précédente (1792/1806) est le moment de la révolution française, la terreur de Robespierre et la prise de pouvoir de Bonaparte. Moments de passion, d’idéalisation de l’intensité émotionnelle et la valorisation d’un laisser-aller des instincts. Neptune propose à ce groupe d’âge scorpion de reconsidérer la valeur et le sens de la mort, mort de l’égo ou mort du corps physique.
9/ Neptune en Sagittaire ( 1970/1984) : la période précédente ( 1806/1821) correspond au rêve napoléonien de conquête européenne et de fusion des nationalités. L’idéal invite à vivre dans l’abondance faite d’une confiance aveuglément optimiste dans les ressources humaines et matérielles des civilisations. Des élans religieux cimentent entre eux des individus ayant précédemment affronté la mort, la misère et la souffrance. L’abondance se mue en espoirs démesurés dans une vie meilleure, plus fraternelle et plus conviviale. Les générations de cette époque seront des idéologues capables de formuler les grandes images et les grands mythes susceptibles de donner du sens, force et beauté à l’idée d’intégration planétaires. Adaptes de la citoyenneté mondiale, ils devraient en faire pressentir les charmes et les promesses.
10/ Neptune en Capricorne (1984/ 1998) : L’idéologie de l’abondance illimitée s’effondre. Les nations qui n’auront pas su dissoudre leurs ambitions personnelles et les Etats cristallisés sur leur passé qui auront refusé de se plier à la règle commune avant 1998 verront disparaître l’opportunité de participer sans heurt à la vie internationale. On pense ici, au Japon et à l’Angleterre, qui en tant qu’îles, incarnent les vertus d’isolement et de résistance du Capricorne.
11/ Neptune en Verseau (1834/1848 et 1998/2012) : découverte de Neptune en 1846. Les idéaux de fraternité et de partage sont fortement stimulés. Les individus et les groupes sociaux s’organisent, Neptune suggère à ce moment là l’opportunité d’une union des « atypiques » qui sont exclus ou refusent l’organisation politique dominante. Idéalement la multiplication des courants culturels trans-ethniques et trans-nationaux devrait favoriser le brassage des peuples. La génération enfantée pendant cette période va idéaliser la révolution et les valeurs de fraternité mondiale, par delà frontières et corporatismes. Ce sont des rêveurs des paradis communautaires, des apôtres de la citoyenneté mondiale. L’esprit du temps s’affiche dans de grandes utopies scientifiques censées libérer l’homme des servitudes de l’effort, du travail, de la loi… de toutes les valeurs prônées par la génération précédente de Neptune en Capricorne.

Neptune en Poissons : 2012/2025

Neptune « sent » la présence du Cosmos (pour rappel cosmos veut dire « ordre » en grec) comme un immense océan ondoyant aux rythmes des pulsions de vie qui battent au cœur de l’essentiel (Pluton). Dans l’extase, le mystique expérimente un sentiment cosmique, en refusant de s’identifier aux jouissances de ses 5 sens, il passe à l’octave supérieure et s’aventure à la « béatitude ».
Neptune, Maître de l’Illusion, symbole de l’Âme et de notre relation à Dieu, est comme un poisson dans l’eau quand il transite dans le signe des Poissons. On parle, ici, d’une fin de cycle, Neptune a fait sa révolution de 165 ans et est revenu à son point d’origine (165 = 1 + 6 + 5 = 12), il a « mangé » les 12 signes du zodiaque, il est total, il est entier de sa globalité. Il est apte, grâce à sa force d’action lente, douce, insidieuse et inexorable, à dissoudre les anciens repères, les habitudes, les croyances ou les traumas périmés et à agir parallèlement sur la guérison, le pardon la compassion, le lâcher-prise de l’égo au profit d’une transcendance. En somme, il permet de faciliter le passage d’un monde à l’autre avec tout ce que cela implique d’incertitudes et de renouveau, de désespérances et d’espérances et surtout réconcilier toutes les croyances divergentes.
Neptune en Poissons c’est le fonte des glaces réelles et symboliques, afin de découvrir de nouveaux contours qui dessinent de nouveaux paysages.

Neptune pendant le transit de 1848/1862 c’était :
– Le chloroforme utilisé comme anesthésiant.
– Les antiseptiques acceptés par la communauté scientifique dans les hôpitaux grâce à Joseph Lister (un des pionniers et le vulgarisateur le plus efficace de l’antisepsie dans la chirurgie opératoire).
– Pasteur réfute la notion spontanée des micro-organismes, ses études sur la fermentation permettent d’expliquer les maladies contagieuses.
– Essor des compagnies navales.
– John Sow découvre dans l’eau le microbe de l’épidémie de choléra.
– Bernadette Soubirous a une vision de la Vierge, Lourdes devient un site de pèlerinage mondiale où les guérisons miraculeuses se succèdent.
– Développement du spiritisme et de médiumnité.

Neptune aujourd’hui c’est :
– Conscience de protéger les océans.
– L’eau potable devient un enjeu majeur.
– Médecines alternatives, voyances et thérapies énergétiques.
– Epidémies virales (ébola, sras, corona).
– Méfiance envers les vaccins.
– La science découvre les pouvoirs insoupçonnés de notre flore intestinale (Neptune, maître des micro-organismes).
– Le Pape François a pris ses fonctions le 13 mars 2013 : le 13 nombre de la transformation ; 3 (pour mars) nombre de la création ; le 20 nombre de « bonne nouvelle », de la « re-naissance » ; à nouveau le 13 ; la somme totale de l’année est sur la vibration 6, symbole d’harmonie et d’amour ; la tonalité totale du jour est 13. La symbolique confirme bien une transformation par l’énergie d’Amour puisque c’est le 266ème Pape soit 2 + 6 + 6 = 14 qui est le nombre de l’Ange guérisseur. Le pape François pose comme intention de « réconcilier les peuples et les religions », il fait acte de sobriété dans ses parures et il s’est mis à l’écoute des nouvelles vibrations du monde.

Neptune en Poissons, permet de nous imprégner d’ambiance harmonieuse ou de nature, de ressentir l’entourage, de fusionner avec nos semblables et aussi se connecter aux énergies qui nous ouvrent à la beauté du monde, à l’éternel, à l’infini, au monde de la spiritualité, le mystère qui sommeille en chacun de nous. Il nous invite à la perméabilité qui souscrit à une élévation d’une nature émotionnelle au niveau supérieure d’aspiration de l’âme et ainsi développer sa conscience spirituelle. Il transmute l’investissement d’une mission de flamboyer dans le monde, nous soumet par la méditation, la prière, la contemplation, qu’il y a une « prise de terre » d’amour sur le monde tellurique. L’étape neptunienne en Poissons met en place un phare rayonnant pour guider l’humanité avide de reconnaissance, de fraternité, d’amitié, d’altruisme et de tendresse, dans la nuit opaque du matérialisme et confusionnelle d’une raison déraisonnée. Neptune en Poissons offre à chacun de nous un chemin méditatif pour créer un univers propice à la paix neptunienne idéale.

Neptune : la boucle est bouclée

Neptune a fait sa révolution depuis qu’elle est visible aux yeux des hommes, elle est prête à suivre son itinéraire pour enfin se rendre visible sur les plans de consciences supérieures, se confondre harmonieusement au 3ème œil et enfin offrir à l’humanité « son don de voyance ». Neptune est le sentiment fabuleux d’union et de participation à un tout plus vaste qu’implique inéluctablement le processus d’universalisation. Cette attitude vient s’opposer aux excès de l’individualisme uranien qui « roule pour lui » au risque de détruire son environnement, la qualité de sa vie, de sa biosphère, de sa civilisation, de sa planète.
Si le stade de destruction des vieilles structures semble acquis, cela prouve qu’Uranus a enfin vaincu les veilles résistances saturniennes, dogmatisme et vénération du passé. L’ordre évolutif des stations planétaires est respecté. Mais attention, stagner à l’étape uranienne, c’est entrer dans une spirale à la poursuite d’un futur qui toujours se dérobe…
La solution neptunienne à cet écueil, l’impatience moderne, est de cultiver une infinie patience et développer une vision globale non égocentrée, dans l’espace et dans le temps. Et répandre l’ AMOUR.

Namaste





Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s