Vénus en Astrologie

Vénus, la déesse de l’harmonie et de la beauté, associe les notes, les couleurs, les mouvements qui s’aiment. Le devoir de Vénus est celui d’aimer. Vénus est au cœur de nos choix, de nos goûts, de nos valeurs, de nos affinités. Elle est le principe d’Eros, le force magnétique qui relie par le désir, par l’amour, tandis que Mercure est le principe du Logos qui crée des connexions par l’intermédiaire de l’esprit.

La beauté attire tous les êtres humains et fait naître en eux le désir et l’amour parce qu’ils sentent instinctivement qu’elle est la pure expression de la Réalité qu’ils ont contemplée avant la descente dans la matière. Même sous une forme diminuée de l’attirance passionnelle, Vénus exprime encore le désir de participer au Principe qui, par la génération, voulut se connaître Lui-Même.

Marcelle Sénard « Zodiaque »

Vénus, principe d’Eros comme vecteur de la conscience, est comme le désir divin qui nous pousse à la connaissance de soi à travers le miroir de la manifestation, le cadre de nos amours et de nos relations, et s’inscrit dans un processus de développement de la conscience.
Vénus représente la force magnétique, le désir irrépressible de s’unir à l’autre manquant.

Avec Mercure, Vénus est la seconde planète inférieure, elle tourne autour du Soleil à l’intérieur de l’orbite de la Terre. C’est le 3ème corps céleste le plus brillant après le Soleil et la Lune. Son orbite s’accomplit en 225 jours, soit environ 11 mois. Elle n’est jamais très loin du Soleil ; si Mars est la bras droit du Soleil, Vénus peut se désigner comme son bras gauche, le bras du cœur, tout en attribuant à Mercure le rôle indispensable d’intelligence coordinatrice des 3. L’intégration de ce quatuor ouvre des potentialités indéniables pour nourrir le processus d’individuation et de complétude.

Depuis la découverte de Pluton en 1930, la 10ème planète qui fut assigné au signe du Scorpion, il ne reste que 2 planètes qui cogouvernent 2 signes.
Vénus, Maître du signe du Taureau et du signe de la Balance
– Mercure, Maître du signe des Gémeaux et de la Vierge.
Ces deux là propagent chacun un haut degré d’ambiguïtés analogue à l’ambivalence de leur image astrologique et mythologique.
On observe le même angle de quinconce (150°) entre le signe du Taureau en élément Terre et le signe de la Balance en élément Air, qu’entre le signe des Gémeaux en élément Air et celui de la Vierge en élément Terre. Dans les 2 cas, il y a l’expression duelle du yin et du yang et un fonctionnement plus pragmatique ou plus intellectuel d’un même archétype.
Une Vénus en signe d’Air ou de Feu dans un thème, s’explore sur un registre de l’Aphrodite Ourania, où l’attraction s’incarne au niveau de l’esprit, partage des idées, affinités intellectuelles, esthétiques ou philosophiques. C’est l’étoile du matin qui invite à sortir de la maison pour participer aux activités du monde extérieur et à la vie sociale.
Une Vénus en signe de Terre ou d’Eau, s’exprime sur le registre de l’Aphrodite Pandemos, où les plaisirs de la chair, le confort physique et affectif ont la priorité dans les besoins à satisfaire. Elle s’assimile à l’étoile du soir qui invite au repos et aux délices de la vie à huit clos.
Vénus, comme les autres corps célestes du zodiaque, contient sa part lumineuse d’expressions positives et sa part d’ombre d’expressions négatives. Son côté sombre est plutôt lié aux excès qu’aux carences, comme c’est le cas de Jupiter, l’autre planète qu’on habille comme bénéfique, car trop d’une bonne chose n’en fait pas une meilleure chose ! On peut nommer dans les qualités vénusiennes qui peuvent virer aux défauts s’il y a démesure, un excès de désir pour une personne ou un objet qui peut déclencher la jalousie et la possession maladive, trop de libido, trop de séduction, de charme peuvent se transformer en monstre de manipulation. La quête incessante et inassouvie du plaisir peut basculer dans la débauche. Lorsque l’amour de soi-même reste exclusivement au service d’un moi défaillant, assoiffé de compliments, de reconnaissance extérieure, le souci du soi naturel et légitime tourne à l’obsession et à une vanité qui aliène plus qu’elle ne séduit. La focalisation extrême du beau peut évoluer et faire perdre son âme à la beauté vraie.
On retrouve une part d’ombre avec l’expression d’un sadomasochisme ou souffrance et plaisir s’amalgame dans une dynamique où Saturne et Pluton peuvent pervertir le côté lumineux vénusien.

Les autres sont avant tout des circonstances, des outils, des enclumes que la vie place face à nous pour nous forger. Les « autres », ce sont des prétextes de rencontre avec nous-mêmes, des tamis pour réfléchir nos impuretés, des doigts qui pointent nos plaies et qui demandent aussi, fort heureusement d’exprimer nos qualités.

Eric Berrut « Le Chemin de Soi »

Vénus ou la conscience de Soi au travers de la relation

L’homme affectionne le monde mercurien de la pensée, de l’esprit, alors que la femme a plus d’affinité avec le monde vénusien du sentiment.
L’énergie vénusienne symbolise les 2 aspects essentiels de la vie émotionnelle de l’être civilisé. Mars et Vénus régissent le début du printemps et de l’automne. Le printemps porté par le signe du Bélier et le Taureau, l’automne par la Balance et le Scorpion (Mars gouverneur traditionnel du Scorpion).
La Vénus du signe printanier du Taureau est la femme qui porte les enfants du Bélier. Elle est le pouvoir instinctuel de la fertilité. La Vénus du signe automnal régit la phase de développement du sens des valeurs.
Vénus est comme une étoile, on distingue celle du matin nommée Lucifer (Vénus est placé avant le Soleil sur le zodiaque) et celle du soir, Hespérus (Vénus est placé après le Soleil).
– L’étoile du matin se définit comme une énergie d’adolescente, ses antennes en déploiement maximum avec un profond sentiment d’insécurité, son ressenti est un guide et un indicateur. Son intuition est développée, elle cultive un grand flot émotionnel puissant au service de sa vision et de son but de vie pour imprimer la société de son être essentiel.
– L’étoile du soir ressent après avoir agi, son émotion découle de l’action. Elle porte une énergie plus mature et une forme de sagesse émotionnelle, son émotivité est retenue, elle est moins spontanée. Elle est plus influencée par les valeurs traditionnelles et culturelles.

La soif divine de Vénus, soif de Beauté et d’Amour, ne peut s’étancher à la fontaine de l’Autre, quand elle aspire à l’eau vive de la Source. La Beauté n’est pas dans le matin qui se lève, ni dans la rose qui s’ouvre : elle est dans le regard qu’on porte sur le monde. L’Amour n’est pas dans l’enfant qu’on tient dans ses bras ni dans l’autre qu’on étreint : il est un état intérieur, un espace qui s’ouvre à la mesure de notre présence.

Eric Berrut « Le Chemin de Soi »

Vénus en Taureau

Dans le zodiaque, la Lune et Vénus sont associés sous les auspices du Taureau, la première y est exaltée et la seconde y est en domicile.
Accoster sur la Terre du Taureau, c’est revêtir un « habit de chair », nous nous éloignons progressivement du Soleil-Bélier, soit le cœur de nous-mêmes. Tandis qu’elle a pour fonction ultime de faire vivre le dialogue amoureux entre le Soleil et la Lune, Vénus s’inscrit ici dans le vécu d’une séparation, d’une perte, d’un vide. Dans les profondeurs de notre humanité incarnée, il y a une faim, une soif, une avidité, un besoin de se remplir et de posséder ; en effet, l’énergie Taureau a pour vocation d’être pleine, de nourrir puissamment un sentiment de plénitude. Cette sensation, nous ne pouvons la trouver que dans le sens de la Lune qui est pleine de Soleil, alors que nous la cherchons désespérément dans de multiples nourritures extérieures qui nous laissent insatisfaits et vides.
L’étape taurienne du développement est l’apprivoisement de l’existence matérielle et, dans le meilleur des cas, cette croissance s’exprime dans un jardin de saveurs et de senteurs, un jardin d’abondance et d’amour et non dans l’expression du paradis perdu sur Terre.
Vénus en Taureau sait intuitivement ce qui est bon pour elle et elle sait choisir ce qui lui convient ou non. A mesure du cheminement, cette Vénus induit un processus de différenciation des valeurs et elle permet d’identifier toujours « plus amoureusement » ce qui nous rassasie, ce qui étanche notre soif.
La beauté de la Vénus Taureau est sa nourriture, elle est sa respiration et son inspiration.
La Lune, exaltée en Taureau est le gouverneur du signe du Cancer qui propose une énergie favorable à la « naissance de soi-même ». Vénus est aussi le maître du signe de la Balance qui est la porte qui nous conduit à l’autre. L’alliance de ces principes propose « un partage de l’attention » qui nous permet d’être présent et sensible à soi-même en même temps que d’être ouvert à l’autre.
Le Duo Lune/Vénus est une opportunité de rentrer dans l’intimité et l’authenticité de la rencontre d’être humain à être humain ; on évoque ici de « cultiver l’amour », d’être en présence, d’être « amour » tout simplement. Ce duo a pour mission d’enfanter la création.

Vénus en Balance

Le Soleil est en chute dans le signe de la Balance qui loge dans la 7ème maison, soit le pays du soir, du descendant où le Soleil se couche à l’Ouest du ciel. A cette étape, l’impulsion solaire exaltée en Bélier (signe opposé de la Balance), la maison 1 de l’Ascendant et du Soleil levant à l’Est, passe à l’arrière plan, le signe de Balance prenant toute sa dimension en nous appelant à entrer en relation avec le non-moi, mettant en « lumière » sa capacité et ses compétences à s’ouvrir d’une attention authentique aux autres au risque de se perdre. En effet, elle peut obéir à l’idée qu’elle doit « épouser la position d’autrui ». Vénus en Balance peut devenir prisonnier du système vénusien qui s’établit au prix d’une certaine trahison de Soi. Elle se réfère à autrui et s’oriente plutôt en fonction du regard et du jugement qu’on porte sur lui, plutôt que d’écouter sa vérité intérieure.
Saturne est exaltée en Balance, la pierre de Vénus est le saphir du grec sapheiros, lui-même issu d’un terme sanskrit qui signifie « aimé de Saturne ». Vénus est l’aimée de Saturne, elle est au cœur du processus de la relation grâce à laquelle on peut se connaître. Avec cette relation à Saturne ou le monde manifesté, notre totalité originelle (symbolisée par le Soleil exalté en Bélier) est occultée. Nous sommes confrontés aux limites de notre condition mortelle. Saturne-Balance évoque le monde des apparences dans lequel nous vivons, et c’est grâce à ce miroir que nous pouvons nous éveiller à nous mêmes, avec la participation de l’énergie uranienne. Le nom latin de la Balance est Libra, cette signification pointe que c’est au travers de la rencontre avec l’Autre qu’advient la prise de conscience susceptible de nous « libérer ». L’axe des maisons I/VII propose que le Moi (Bélier) se renouvelle dans le rapport avec le « non-moi » (Balance). On évoque une dimension du sentiment qui s’approfondit à travers l’écoute intérieure, renoncer aux besoins de plaire (besoin erratique chez la vénusienne). Quand la femme est sous l’emprise d’Aphrodite, elle existe dans le regard, dans le désir, dans l’amour des hommes.
L’étape de la Balance, c’est l’étape zodiacale de « respect », du latin respectus  « regard en arrière, égard, refuge », dérivé de respicere « regarder en arrière, derrière soi ». L’énergie Balance vibre cette notion de considération, d’égard à l’autre, de « tourner son regard, son écoute vers l’autre », prêter attention avec sensibilité ce qu’il exprime de lui.

« Toute relation est un miroir dans lequel nous nous voyons tels que nous sommes vraiment. Il ne fait aucun doute que la fonction de toute relation est de révéler l’état de notre moi tout entier. Ce dévoilement de soi est douloureux : il exige des ajustements constants, une souplesse permanente de notre système intellectuel et émotionnel. Ainsi, nos relations n’ont pas beaucoup de sens, tant que nous cherchons un contentement, mais elles acquièrent une signification extraordinaire quand nous les reconnaissons comme un moyen de nous connaître.

Eric Berrut « Le Chemin de Soi »

Vénus Rétrograde

Vénus est le symbole du plaisir de vivre et la satisfaction que l’on éprouve à accomplir notre mission solaire sur Terre.
1 personne sur 14, soit 7% de la population, ont une Vénus en mouvement rétrograde. Dans cette dynamique de retour sur soi , la déesse qui inspire à nouer des liens amoureux et esthétiques avec le monde extérieur ne fonctionne pas de manière naturellement extravertie, mais plutôt de façon introvertie, contemplative et éventuellement autosuffisante et même asociale. Une Vénus rétrograde évoque un besoin d’introspection profonde pour cette personne incline à « ruminer ». Le comportement et l’avis des autres ne lui apporte pas de réponse satisfaisante au questionnement sur la valeur de l’amour, de la beauté et du plaisir de vivre. On observe dans ce positionnement une quête perpétuelle de perfection. Son besoin de perfection la propulse à faire toujours plus, même si elle est dans la preuve de la réussite et d’excellence aux yeux des autres, elle n’arrive pas à atteindre la satisfaction personnelle, ni au sentiment agréable d’accomplissement.
Cette difficulté d’insatisfaction pousse la vénusienne rétrograde dans une monogamie inébranlable où le choix amoureux se fait un fois pour toute, ou à l’opposé vers une éternelle recherche de l’idéal amoureux impossible à combler, s’exprimant par une collection de conquêtes sans lendemain, ou encore dans une solitude d’une retraite quasi monacale.
Lorsque cette insatisfaction envahit la vénusienne rétrograde avec son incapacité à trouver le bonheur, le comportement peut dévier vers une expression de méchanceté ou autres attitudes destructrices.
Vénus est la partie la plus sociale et la plus ouverte vers l’extérieur, elle a besoin des autres pour profiter des plaisirs partagés. La déesse de la séduction et de l’amour souffre donc plus que Mercure ou Mars lorsqu’elle est mise en quarantaine. C’est elle qui demandera le plus d’attention pour être libérée de ces entraves.
Vénus rétrograde, qui fait bande à part dans la psyché, est indépendante et autonome dans une forme d’androgénie symbolisée par sa conjonction ave le Soleil ou le mariage intérieur du principe féminin et du principe masculin. Cette attitude s’associe à un fonctionnement opportuniste dans le rapport à l’autre. Il lui faut apprendre à surmonter son complexe d’infériorité, la manque de confiance et d’estime de soi afin de pouvoir apprécier l’autre. Et pour cela ne faut-il pas d’abord s’aimer soi-même ?

Vénus sera rétrograde tous les 18 mois environ, pendant plus ou moins 42 jours. Son passage de mouvement rétrograde à direct, ou l’inverse, peut révéler un moment charnière facilitant une prise de conscience des schémas répétitifs avec la possibilité de s’en libérer.
Le mouvement rétrograde invite à revisiter le passé, le sien mais aussi celui de nos ancêtres. Une planète rétrograde dans un thème attire l’attention sur l’héritage transgénérationnel et les possibilités de répétition d’un schéma familial.
Avec l’énergie de Vénus, on touche à des domaines de désir inconscient de rédemption des fautes ancestrales envahissant régulièrement l’affectif, le relationnel, le créatif avec une dénominateur commun qui est l’expression constante de l’insatisfaction.

Namaste


5 réflexions sur “Vénus en Astrologie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s