Le Soleil : Archétype du Héros

Le Soleil au Temps des Anciens

Même si le système scientifique et le dogmatisme théologique s’accordaient erronément pour mettre la Terre au centre de l’univers, il régnait une intuition naturelle qui octroyait une prédominance quasi absolue à l’étoile solaire.
Son nom latin sol dériverait du mot solus, signifiant « seul » ou « unique », reflétant non seulement une excellente métaphore du point de vue humain mais aussi comme réalité scientifique. La science prenant le pas sur la religion en matière de réalité rationnelle, la position centrale du Soleil dans notre galaxie confirme l’intuition des Anciens.
De tous les corps célestes c’est celui qui nous touche le plus. Par sa lumière, son rayonnement, la chaleur qu’il dégage, la régularité apparente de son lever et de son coucher rythmant notre activité, ce qui confirme que la vie sur Terre, sans lui, n’existerait pas !
C’est grâce au Soleil que les Anciens ont échafaudé une première relation entre le temps et l’espace. Ils plantèrent un bâton dans le sol et ainsi, il fut possible de noter les variations que son ombre indiquait à un certain endroit aux différents moments de la journée et de l’année, tout en suivant sa course. Le premier cadran solaire était né. En mesurant la qualité du moment dans un espace donné, il fut permis de dater et donc de prédire tous les événements réguliers et cycliques. La relation entre le Soleil et ce bâton est à l’origine d’une conscience, d’un savoir et d’un pouvoir immense, le pouvoir de prévoir et de planifier. Le développement de la mémoire et l’invention de l’écriture permirent d’établir des calendriers et d’anticiper la répétition régulière du retour du Soleil à son point de départ par rapport au zodiaque, soulignant son cycle annuel avec la succession et la répétition des saisons. L’Art de prédire est l’un des attributs principaux attribué au Dieu solaire. Une caste de savants s’est fait l’interprète de cette lecture céleste et a détenu pendant longtemps le pouvoir rassurant de cette connaissance.
A l’époque des Mésopotamiens, le Soleil n’a pas l’importance que lui accordent les Grecs. Mais déjà les Sumériens le nommaient Utu « le brillant » et les Acadiens l’appelaient Shamash. Les 2 appellations désignent aussi bien le corps céleste que le pouvoir caché qu’il représente soit l’essence de Dieu. Utu est décrit comme le pouvoir de la lumière, l’ennemi de l’obscurité et ses méfaits, un dieu qui diffuse la justice dans les domaines naturels et surnaturels. Dans ce rôle, il anticipait le statut de l’Apollon grec à qui s’adressaient les oracles divins, et il présidait déjà à l’art et à la science de la divination.

Apollon ou la Perfection Solaire

Apollon représente la « perfection solaire » dans son état accompli. Il est « le dieu parfait, la divinité absolue ». Dieu de la beauté et des arts, il remplit la fonction de devin et ses oracles consultés à Delphes durant des siècles dévoilent le destin des hommes. Assimilé à l’archaïque Hélios (divinité mineure du Soleil personnifié dans la mythologie grecque), Apollon est aussi nommé Phoebos « le brillant », il jouit du pouvoir solaire d’apporter la lumière dans l’obscurité maudite du monde lunaire irrationnel et fatal. Il personnifie le combat éternel du jour et de la nuit, de la vie contre la mort. Il a le pouvoir de déjouer les malédictions et, par son don de prophétie, il transmet la volonté divine pour que celle-ci soit parfaitement accomplie. Le royaume apollinien offre la vision d’un monde parfaitement ordonné et prévisible ; il est pensé, réfléchi, harmonieux et cultivé. C’est la lumière de l’esprit et de la raison, afin de ne plus être victime de ses pulsions inconscientes.
Le culte d’Apollon est introduit à Rome par la grande Grèce mais, pour les Romains, le dieu des Grecs est surtout vénéré comme dieu de la médecine. Il est le dieu guérisseur qui a transmis à son fils Esculape (Asclépios en grec), le pouvoir secret de guérir toutes les maladies. Apollon ne réussira jamais à supplanter Jupiter dans sa place de roi des dieux et des Romains.

Narcisse ou l’Eveil de la Conscience

Le « narcissisme » qui prend son origine dans le mot grec narkê signifiant « engourdissement, torpeur », concerne la « conscience endormie ».
Dans le mythe, Narcisse ne se connaît pas lui-même et l’histoire raconte très précisément les diverses étapes qui sortent Narcisse de son état endormi vers son éveil progressif par la contemplation de sa propre image.
Quand le Soleil est occulté, par faiblesse de caractère, répression, projection, peur, défaut d’initiation ou toute autre incapacité à rencontrer l’éveil de la conscience individuelle, celui-ci n’éclaire pas ou mal la direction de vie. Ne sachant qui il est, ni ce qu’il veut, mais exigeant beaucoup, rien ni personne ne peut satisfaire l’éveil d’un Narcisse, même pas et surtout pas lui-même ! Muni d’un égo faiblard et artificiellement gonflé, cet adulte immature se prend pour le centre de l’univers sans jamais se sentir à la hauteur de lui-même. Il ne se connaît pas et passe son temps à disséquer son nombril plutôt qu’à lever les yeux vers le miroir des autres. Ce blocage à la phase narcissique, normale dans le processus d’éveil à la conscience de soi, instaure un narcissisme anormal, régressif voire pathologique. Quand la créativité de la face négative du Soleil est égocentrique, elle libère le champ aux tyrans de petit et haut calibre, qui détruisent tous ceux et celles qui pourraient exposer leurs supercheries et défaillances au grand jour.
A l’opposé de la Lune, qui a besoin de relation pour s’épanouir, le Soleil est individualiste et doit comme le héros mythique, se prouver d’abord à lui-même ce qu’il est capable de créer par ses talents et génie personnel. Si on n’est pas le centre de l’univers, il faut toutefois définir sa place au centre de son univers. La méditation comme principe pour s’éveiller à la conscience solaire, cultive le regard intérieur silencieux et bienveillant et apporte une discipline réelle qui permet d’accepter son image telle qu’elle est.
L’Astrologie soumet un miroir au Soleil natal qui inspire à prendre conscience de son essence pour la réaliser avec le plus de félicité.

Icare ou la Quête de l’affirmation de soi

Suivre la quête de l’affirmation de soi peut alimenter une part d’orgueil démesurée face à des succès remporté et grossir un enthousiasme inconscient pour l’ascension de sommets de plus en plus élevés. Homère et Ovide racontent une fable en décrivant la démesure du personnage d’Icare, le fils de Dédale qui fabriqua une paire d’ailes pour son fils et lui-même, afin de s’évader par les airs du labyrinthe où le roi Minos les retenait prisonniers. Dédale met Icare en garde de ne pas trop s’approcher du Soleil, la chaleur de celui-ci pouvant faire fondre la cire qui relie les plumes de ses ailes. Il lui conseille aussi de ne pas voler trop près de la mer car l’humidité alourdirait ses plumes. Icare, extasié par l’expérience, néglige les conseils prodigués par son père et s’élève de plus en plus haut vers le Soleil. La cire fond comme prévu, ses ailes se décomposent et il tombe à la mer où il se noie. L’inconséquence, la douce folie, l’outrance et le déraisonnable prennent le pas sur la sagesse et l’écoute des conseils éclairés et avisés.
Pour grandir et voler de ses propres ailes, l’enfant doit se libérer de l’autorité du père pour acquérir la sienne. Le Soleil est le symbole de l’autorité extérieure et intérieure. Le processus de désobéissance au père est nécessaire pour conquérir l’indépendance d’esprit et d’action. L’expression de l’identité requiert de prendre son envolée avec clarté de jugement, conscience et humilité.
Dans le mythe, Icare est la métaphore de l’arrogance mais aussi de l’absurdité et de la sottise. L’ignorance des limites de sa condition humaine dans l’orgueil de se surpasser en détrônant les dieux, souligne une réelle inflation de l’ego qui se soldera par une chute et sa désintégration dans les eaux primordiales.
Une identification exclusive avec l’énergie du Soleil, à l’exclusion des autres corps célestes, peut nourrir une obsession démesurée pour le génie créateur et une image à parfaire ; la personne habitée par le complexe d’Icare s’enferme dans une frénésie d’activités et d’idées grandioses pour accéder au plus haut sommet. L’ascension vers le Soleil n’a jamais de fin !
Sans compassion pour sa condition humaine, sans conscience de sa force ni de sa vulnérabilité, sourd aux voix intérieures ou aux voix sages et bienveillantes, Icare s’emprisonne dans un tel déséquilibre entre la vanité d’atteindre les sommets et la nécessite de tenir compte des profondeurs qu’il subit une fragmentation de l’esprit avec ses idéaux propres au Soleil, et le corps avec ses besoins et ses limites propre l’énergie lunaire. Aveuglé par le Soleil et la volonté de s’affirmer, il tombe à l’eau, faisant un retour inéducable à la matrice originelle et l’indifférenciation.

Le Soleil ou la Part Enfantine en chacun de Nous

En chaque adulte sommeille un enfant, un éternel enfant, quelque chose qui est toujours en devenir, qui n’est jamais complet et qui requiert soin permanent, attention et éducation.

C.G.Jung

Quand la Lune tient son rôle de Mère Universelle, le Soleil lui revendique le rôle de « l’Enfant Eternel ». Il représente notre part enfantine, l’énergie spontanée, l’innocence et laconfiance qui inspire à créer du nouveau, du beau, tout au long de sa vie. L’archétype de l’enfant qui nous habite fait partie de l’inconscient solaire. Dans son expression idéale, il invite à découvrir et à mettre en lumière les talents créatifs pour leur donner forme. Ecouter et suivre cette voie garde éternellement jeune d’esprit et de cœur la personne, cette démarche distille amour et une joie de vivre ludique et créative. Comme pour tout, cet enfant intérieur porte en lui un part d’ombre ; s’il se taille « la part du Lion » au détriment de l’évolution vers la maturité, il constellera la vie du « complexe de l’éternel enfant » qui, bien que charismatique et charmant, n’en n’est pas moins tyrannique par sa façon d’empêcher l’individu de grandir, de prendre ses responsabilités face à la vie.
Afin de garder l’équilibre entre le flot d’idées créatives de l’énergie solaire et les limitations réalistes de leur accomplissement, il est indispensable de prendre conscience de son pôle opposé qui gît dans l’archétype du « Vieux Sage » enfoui aussi en chacun de nous, porté traditionnellement par le réaliste Saturne. Cet équilibre permet de marier créativité et pragmatisme pour aboutir au bonheur d’une mission accomplie.

Le Soleil : Mon Héros

Le principal travail du héros est de remporter la victoire sur le monstre de l’obscurité : c’est la victoire attendue et espérée de la conscience sur l’inconscient.

C.G.Jung

Le « Mythe du Héros » raconte la quête solaire où l’individu affirme sa force et son pouvoir individuel face aux périls les plus dangereux. Grâce à son courage et sa volonté, il arrive à vaincre les ténèbres de l’inconscient et émerge à la conscience de sa mission. Tout au long de son cheminement, il combat pour évincer les puissances régressives qu’il rencontre sous formes de « dragons » qui ralentissent sa route, et des « sirènes » qui le charment et le détournent de son objectif. Sa quête n’est pas uniquement personnelle, elle fait partie d’un dessein plus universel qu’il se doit d’accepter pour son salut et celui de l’humanité.
Le mythe du héros montre que le symbolisme solaire est à la fois individuel : en effet, il accompagne le développement de la conscience dynamique qui permet de vivre à la hauteur de son idéal personnel et d’assumer la vie avec succès ; mais aussi transpersonnel en alimentant le dépassement de soi et la volonté de mettre ses forces au service des autres.
Le héros n’est pas l’apanage du masculin, il est la part solaire en chacun de nous, homme ou femme en quête de devenir, au même titre que la part lunaire est la fonction maternante et protectrice en chaque femme ou en chaque homme.
Les « structures » à vaincre se dissimulent aussi dans les attentes familiales, leur modèle avec leur réussite ou défaillance, leur attachement ; tout ce bagage qui a construit notre enfance mais dont on doit se séparer si on veut poursuivre son idéal personnel. Le soutien parental, composé d’amour et d’ossature de base, peut servir de point de référence au départ de la « quête héroïque ». Il faudra pour cela réinventer, réenchanter « sa Lune et son Soleil » et donc détruire l’image formée par les projections sur la mère et le père comme l’exemple à suivre ou pas. C’est à ce prix que l’enfant génial qui sommeille en chacun de nous pourra s’épanouir et devenir l’adulte authentique qu’il est. Le renoncement à poursuivre ses aspirations propres et les subtiles manipulations (le chant des sirènes) pour amener l’autre à abandonner sa quête solaire se rencontrent à tous les carrefours de notre destinée. On doit se montrer vigilant à protéger sa propre lumière.
Le conflit entre le Soleil, la conscience de soi encore précaire émergeant dans la quête de sa réalisation, et la Lune, les réactions inconscientes attachées au passé, est une transition obligée pour arriver à unir les qualités créatives solaires et les qualités affectives lunaires. Cette quête héroïque fait partie du processus d’individuation mais n’est pourtant pas la but de la vie ; le Héros Solaire doit apprendre à s’effacer et mettre ses talents uniques au service des autres. Son but ultime est de ne plus avoir rien à prouver, ni à lui-même, ni aux autres, ses actes parlent maintenant pour lui.

L’Amour Solaire

Le Soleil, étant au centre de l’univers, représente naturellement le cœur, l’organe central du corps. En tant que planète de Feu, il est la vie, la chaleur, le rayonnement et, par extension, le siège des émotions et de l’amour. C’est l’amour de la vie qui illumine le chemin et donne un sens à la quête héroïque, c’est l’amour de soi et des autres qui réchauffe le cœur et nous inspire les créations les plus belles.
L’amour solaire est différent de l’amour lunaire : le solaire est dynamique et rayonne autour de lui, le lunaire est réceptif et emmagasine l’énergie à l’intérieur. Les 2 se complètent et se nourrissent l’un et l’autre car sans donner de l’amour, il est difficile d’en recevoir et sans le recevoir il est n’est pas aisé d’en donner.
Le cœur est le siège de l’intuition, la fonction de l’élément Feu de l’inconscient solaire qui guide vers les décisions justes. Le sens moral, autre qualité solaire à cultiver en développant notre conscience, aide aussi à choisir l’action correcte. C’est du mot cœur que dérive le mot « courage », cet attribut est nécessaire pour relever les défis et atteindre les buts que l’on s’est fixé pour accomplir sa mission.
En suivant le chemin du cœur, en réalisant ce que l’inconscient solaire me demande de faire, je connais le bonheur de vivre en accord avec l’essence de mon incarnation.

Le Soleil Astrologique ou le But Idéal

En astrologie, le Soleil natal est le « devenir perpétuel », « la vocation », « la mission de vie ».
Vouloir sa vie est l’adage de l’énergie solaire. Cela suppose de stimuler une conscience aiguë de ce que la vie attend de nous. Affirmer sa personnalité en accord avec soi-même exige courage, détermination et fermeté. La force authentique possède une autorité naturelle, elle est humble et n’hésite pas à demander de l’aide pour réaliser sa mission. Tenter d’échapper à sa vocation est souvent plus dangereux que d’y faire face ; en effet, quand on renonce à l’appel du destin, on risque de se perdre dans sa vie. Les bénéfices d’un alignement avec son Soleil natal se révèlent être « la marche vers le bonheur » ; se nourrir et respecter « ses rêves d’enfant » répond à la piste de sa mission de vie.
On naît tous avec un daemon (esprit gardien), ce génie socratique qui n’est ni bon, ni mauvais mais qui a la conscience de ce qui donnera sens à la vie, qui chuchote à l’oreille de l’inconscient dès l’enfance ce qu’on pourrait faire pour rester fidèle à son essence. Le langage favori de ce génie est la métaphore, les rêves éveillés, des images, des histoires que l’on se raconte. Rester fidèle aux rêves d’enfant peut signifier aussi prendre soin de soi et des autres. Le langage du thème astral sert à éclairer les exigences de la vocation et la vivre au plus près. Le rêve en tant que tel, détient une qualité parfaite pour laquelle une réalisation concrète ne correspond pas toujours. Être attaché à la perfection divine de la vision solaire permet l’évasion dans un monde idéal abstrait sans pouvoir se confronter à la réalité, le rêve solaire se transforme alors en leurre et la vie en illusion. La suite se décompose en déception voire en dépression de l’éternel rêveur nourrissant une existence provisoire où le bonheur de créer est sans cesse reporté à plus tard.
En menant une réflexion sur le thème natal, il convient de ne pas confondre l’essence d’un individu avec son ego. Le Soleil est l’essence d’une personne, alors que l’ego est une façon de développer cette essence, Mars, l’archétype du combattant au service de la vocation solaire, en assume la responsabilité.
Symboliquement et psychologiquement, le Soleil astrologique représente le centre de commande de notre vie. Il décrit l’essence de vitalité et la force de caractère pour prévoir, devenir et agir ; il éclaire le parcours qui mène à l’expression d’une plus vaste conscience de soi et définit la mission à remplir afin de donner un sens à l’existence. Ceci dit; il n’offre aucune garantie que ce but puisse être atteint.
si le Lune incite à survivre en se protègent, le Soleil invite à vivre plutôt qu’exister, en inspirant à choisir la lutte héroïque et l’aventure plutôt que le confort. Le Soleil est au cœur du thème natal, il est la source d’énergie vitale de toute vie, un refus de répondre à son appel créatif équivaut à un refus de devenir pleinement soi-même.

Le Soleil ou le Désir d’Immortalité

Le Soleil apparaît comme symbole d’immortalité grâce aux créations et aux exemples de vies qui survivent après la mort physique de l’être humain. Cette transmission aux générations qui succèdent continue de faire rayonner la personnalité en offrant à l’humanité une source d’inspiration éternelle qui alimente l’esprit et la volonté de vivre pleinement sa vie.

Les Eclipses ou l’Expression de l’Ombre

Les éclipses qui font partie de la danse entre le Soleil et la Lune, répandent de grandes ombres sur la Terre et nous obligent à regarder des paysages familiers dans une lumière tamisée et mystérieuse.
– Les éclipses solaires, qui se produisent lorsque la Lune passe entre la Terre et le Soleil, nous coupent de la source de notre création. Elles obscurcissent notre compréhension consciente et notre vigilance quotidienne. Elles ont lieu pendant la Nouvelle Lune, quand le Soleil et la Lune sont en conjonction exacte, et indique de nouveaux départs.
– Les éclipses lunaires, qui se produisent lorsque la Terre passe entre le Soleil et la Lune, plongent le monde dans l’obscurité et nous obligent à explorer la zone sombre de notre existence. Elles s’expriment à la Pleine Lune, lorsque le Soleil et la Lune sont en opposition exacte et indique l’apogée et la moisson. Elles arrivent par paires.
Les éclipses totales de Lune sont toujours précédées ou suivies d’une éclipse solaire avec une intervalle précis de 2 semaines.
Comme les éclipses dispersent de l’ombre sur de grands pans du globe, elles affectent des pays et des groupes davantage que les individus.
Les astrologues de l’Antiquité croyaient que les éclipses solaires signifiaient la chute des puissants, comme la lumière du Soleil s’occultait, les grands de ce monde en subissaient les conséquences. Les éclipses lunaires avec une Lune rougeoyante avec un aspect sanguin, annonçaient des calamités comme de mauvaises récoltes et famines.
Les éclipses sont relativement courantes et nous savons maintenant qu’elles ne sont pas des messages funestes.

Cette article a été largement inspiré et guidé par ma lecture du livre de Christine Gonze Conrad « Ecritures Célestes » dans la collection la Quête du Soi.

Namaste


12 réflexions sur “Le Soleil : Archétype du Héros

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s