Les Nœuds Lunaires et la Lune Noire : Processus de Verticalisation

Tourne-toi vers le Soleil et l’ombre sera derrière toi

Sagesse Céleste

La Lune Noire, dépendante de la relation Terre-Lune, relate la construction de l’Être à partir du mythe qui l’anime, mythe qui forme son origine et son devenir. Afin d’accéder et poursuivre cette quête initiatique, elle aura besoin du concours des Nœuds Lunaires, axe de verticalisation qui relie astronomiquement la Terre, la Lune, et le Soleil. C’est ainsi que pour éveiller ce mécanisme, l’énergie solaire, son impulsion primordiale et vitale est essentielle pour guider l’expression de soi et atteindre son potentiel identitaire de l’incarnation présente.

Lune Noire ou l’Axe Priape/Licorne

L’emblématique de la Lune Noire/Lilith est l’histoire de l’étincelle spirituelle depuis sa sortie hors de l’étoile jusqu’à sa réintégration dans son sein. C’est le lieu d’intransigeance, de lumière froide et de silence élégant, où se côtoient en même temps la peur de l’inexistence et un désir d’absolu d’existence.

La Licorne, garde le souvenir du paradis originel, c’est l’absolu, la connaissance infuse ; alors que Lilith est le lieu de chute hors du paradis originel, ce sont les peurs et les angoisses. Le monde de la Licorne est la perfection refusant les imperfections de l’expérience, son désir est la « claire conscience ». Elle réfute la banalité, les souillures, les insuffisances, la médiocrité, les mesquineries. Elle s’abreuve de pureté et d’absolu pour étancher sa soif. Elle n’accepte aucun compromis et préfèrera mourir de soif plutôt que boire une eau souillée. Avec la Licorne, l’exigence domine, elle refuse les adaptations, les limitations. La difficulté dans le processus sera de transformer cette « intransigeante et distante perfection » en conscience mystique ouverte au monde et à l’univers. La Licorne est le premier pas de la grande aventure de l’âme qui a choisi l’incarnation. Si elle se met dans la négativité, elle va se confronter à la déstructuration de son image corporelle, la Lune construit l’image du corps, la Licorne le refuse. Otage de son idéal, elle ne réalise pas que l’autre existe, elle n’a pas le sens de l’altérité. Son impératif est la lumière et non l’amour. L’hyper-conscience de la Licorne a pour conséquence qu’elle est aveuglée par sa vérité, il lui faudra éteindre sa propre lumière afin de pouvoir accéder à celles des autres.
La Licorne est le projet d’âme, il doit s’incarner, devenir réaliste et intégrer les conditions imparfaites du monde. Le signe astrologique de la Licorne est la nature du mythe personnel, le type d’essentiel qui alimente la vie intérieure.

Le Priape est l’axe opposé en signe et en maison à la Licorne.
Le pôle Licorne/Lilith est une qualité interdite, l’être devra donc trouver une compensation dans le signe opposé qui va lui fournir une protection contre la tyrannie de la Licorne et les angoisses de Lilith. Ici, l’égo devient conciliant, il accepte le jeu de l’apparence, les imperfections de la forme et des bricolages psychologiques pour mieux s’adapter à son environnement. Le Priape a besoin de l’accord tacite des autres pour se sentir accompli, alors que la Licorne possède en son cœur une étincelle de joie, profonde, vitale qui ne dépend pas du regard des autres et n’a besoin de personne pour être aimée, elle puise l’amour dans sa joie intime. Le Priape est le point « d’équilibrage » où l’égo est conscient et suggère la meilleure attitude que l’être ait imaginé pour échapper à Lilith, c’est le visage que « l’être essentiel » montre au monde. Il permet de construire la personnalité, de réparer l’égo blessé des vies antérieures et d’être reconnu dans le monde extérieur nourrissant un précieux sentiment de sécurité, certes illusoire, mais agissant comme un pansement. Il agit comme un bouclier protecteur contre les élans destructeurs de Lilith. Les compétences développées avec Priape ne sont pas là pour le seul plaisir d’être aimé et reconnu, mais il s’agit bien d’un échafaudage psychologique nécessaire afin de retrouver le paradis perdu de la Licorne. La personnalité en Priape se trouve satisfaite mais incomplète car elle ne sent pas à sa place, le désir de l’âme n’est pas accompli.

Priape dit « oui » à l’existence et « non » à l’essence.
Licorne dit « oui » à l’essence et « non » à l’existence.

Luc Bigé « La Lune Noire, un Vertige d’Absolu »

Priape est un élément essentiel de notre cheminement évolutif ; sans son élaboration, il serait délicat d’accomplir la mission de la Licorne. Priape construit la forme pendant que la Licorne distille l’information et la vision du mythe fondateur. Atteindre la Licorne exige de « traverser Lilith », il nous faut prendre conscience des mécanismes répétitifs de fuites et d’échecs qui engrènent notre existence et nous éloignent de notre plénitude. « Traverser Lilith », c’est aussi développer les qualités d’Uranus (le Rebelle) dans le thème natal. Uranus est la clé qui permet de voir Lilith et Lilith est la clé qui ouvre la porte de la Licorne. Lilith « la gardienne du seuil » , le dragon mythologique, garde l’accès au potentiel de lumière de la Licorne.

Le Dragon Spirituel

Les Nœuds Lunaires s’incarnent dans l’animal mythique du Dragon, créature légendaire des traditions spirituelles et ésotériques aussi bien en Occident qu’en Orient.
Le Dragon représente à lui tout seul les forces de la nature terrestres et célestes (ailes d’oiseau, corps de reptile), il possède tous les pouvoirs des éléments avec la Terre (reptile mythique), l’Eau (lieu de naissance, symbole de l’âme), l’Air (il vole), il maîtrise le ciel et le Feu ; les flammes jaillissantes de sa gueule évoquent le pouvoir supérieure, la nature divine. Il est l’énergie primordiale, il est le pouvoir céleste, les forces naturelles, le pouvoir de métamorphose, le mystère, la colère, le principe créateur, le lien entre l’esprit et la matière. Le Dragon est assimilé au mythe de l’Ouroboros, le dieu-serpent qui se mange lui-même, issu du Soleil et de la Lune, l’actif et le passif, l’ordonné et le chaotique, le volatil et le fixe ; c’est la neutralité des tendances inversés dans l’Unité Cosmique.
Il est la matière-œuvre de l’acte alchimique, il est le côté ténébreux et négatif du psychisme humain, incluant les instincts, la peur et l’égoïsme. Cet inconscient doit être vaincu par un effort héroïque de connaissance de soi.
Le mot Dragon vient de l’indo-européen, il a été repris par le grec dakon et le latin draco qui signifie « qui voit clair » « regard perçant ».

Le Nœud Nord est la tête du Dragon et le Nœud Sud est la queue du Dragon. Cette énergie Feu, brûle les schémas répétitifs entretenus par la Lune Noire pour la solariser, pour la rendre utile à la construction collective qu’est la civilisation ; le feu de la certitude extérieure enrayé dans le bon vouloir du Priape, passe dans la queue du Dragon (Nœud Sud) pour ressortir par sa gueule, au Nœud Nord. Durant ce parcours, il aura « traversé » le ventre du Dragon, il aura été digéré, assimilé, métamorphosé pour en ôter la brûlure. Le ventre du Dragon, entre sa queue et sa tête, traverse l’espace terrestre. Ce dragon n’est autre que l’Être dans ses diverses expressions, obscur et proche du « personnage charnière », il vit dans les eaux complexes et pleines d’illusions de lumière du monde astral-mental, ce mélange eau/air rendant quelque fois l’ambiance malodorante. A contrario, il existe le Dragon mythique, sublimé, gardien du pôle Nord ; là où s’ouvre la porte des étoiles, le chakra coronal de la planète. Il incarne la facette de l’Être capable d’accomplir des merveilles et de mourir au nom de la Vie, d’un Idéal ou d’un Humanisme.
Lorsque le Dragon (indissociable de soi-même) est « tué », alors l’immortalité apparaît, soit sous une forme d’abondance, soit sous forme de révélation.
Sur le plan psychologique, l’Axe du Dragon permet de nous aider à grandir et gagner en maturité ; passant de l’ombre, les instincts (le Sud), vers la lumière, la conscience solaire d’un objectif (le Nord).
Sur le plan métaphysique, il est notre personnalité passée (Sud) et en devenir (Nord), celle-ci une fois stabilisée et assimilée permettra la jonction entre les 2 dimensions de l’Âme : individuelle et collective. C’est l’invitation à résoudre « son âme solaire » qui aspire à l’unité, à l’amour et à la conscience de groupe, avec son âme « Licorne » qui n’a qu’une seule injonction « réaliser son unique et seul désir ». C’est en cela que le carburant du Dragon doit faire jaillir et circuler l’énergie de sa queue (Sud) vers sa tête (Nord), de son aurore vers son crépuscule, de l’astre de la vérité vers l’étoile de l’Amour, du Bélier vers la Balance, que le dessein solaire s’accomplisse dans une embellie évolutive.
Deux Dragons se côtoient, celui du Sud, sombre et démoniaque, la materia prima des alchimistes, le féminin, la terre, le monde souterrain, ce Dragon est associé au niveau imaginal au vautour, la chauve-souris et la méduse d’où son lien étroit avec la symbolique de la Lune Noire ; et celui du Nord, Ladon, reptile imaginaire de la mythologie grecque gardien des Pommes d’Or des Hespérides, il nourrit l’aura de la Terre, il garde la porte par où les étoiles communiquent avec notre planète. La queue de la constellation du Dragon est figurée par une étoile surnommée par les Chinois « La Vie du Ciel », encadrée par « le Juge du Ciel » et le « Juge favorable ».
Par l’action du Dragon, l’Être réuni avec son âme, le mariage du féminin et du masculin, se déverse « la Vie du Ciel ». Celui qui a réussi à le vaincre, reçoit alors cette « plus grande vie » et attache en lui-même le jour et la nuit, le Soleil et la Lune pour s’épanouir au grand jour, un jour de 24 heures.

La Collaboration de la LN (Lune Noire) et des NL (Nœuds Lunaires) : La Promesse de se « verticaliser »

Les Pommes d’Or (ou Conscience de l’Unité) se trouvent à l’Ouest (dans le Jardin d’Hespérides) alors que le Dragon Céleste se trouve au Nord, suspendu à la voûte des constellations, soulignant une difficulté de concevoir à la fois l’unité (le Nord qu’il ne faut jamais perdre) et la multiplicité. Mais toute plante est semence unitaire et feuillage différencié ; le printemps (le Bélier) est en quête d’expression de l’unité de la semence et de sa vérité et l’automne (la Balance) laisse chatoyer les multiples harmonies de la diversité. La construction du Dragon consiste à développer ce passage entre la Vérité, la vie des instincts (Bélier) et l’Amour, la vie civilisé (Balance). Ce Dragon métaphorique est l’Homme, par l’Axe des Nœuds, il quitte sa condition d’animal pour se verticaliser et dialoguer avec son Soleil intérieur.
Le Dragon signe un désir d’engagement dans un combat pour la verticalisation et en annonce déjà la Victoire…

Namaste


2 réflexions sur “Les Nœuds Lunaires et la Lune Noire : Processus de Verticalisation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s