Pluton : Chemin de Purification par la destruction

Spiritualisation de la Matière et Matérialisation de l’Esprit

Quand les mots naissent de la profondeur de l’Âme
Ils ne peuvent être que l’essence de ses ressentis

Sagesse Céleste

Pluton, au même titre qu’Uranus (le ciel) et Neptune (la mer) est une planète transpersonnelle, il est le symbole des profondeurs de la Terre, il favorise l’expression de l’individu au travers de la transformation de l’âme, nécessaire dans toute expérience d’incarnation. Il souligne ainsi ce qui doit être détruit pour être reconstruit. C’est un lieu, dans le thème, où l’ambiance est complexe et angoissante, où l’on se retrouve seul « dans le noir » pour régler ses problèmes.
Là, où se trouve Pluton dans le thème, là est l’impossibilité de tricher avec soi-même, quelles que soit nos peurs devant cet afflux de pouvoir insoupçonné qui pousse irrémédiablement du fond de la psyché.
Le champ d’expérience privilégié (la maison) de Pluton est celui où la personnalité rencontre l’ombre, d’abord sous la forme d’une autorité extérieure incontournable ou d’une fatalité intérieure. Aucune concession possible, aucun marchandage envisageable. Dans ce lieu la pression est si grande qu’elle devient « étouffante », comme une chape de plomb qui s’abat lourdement sur l’être et le laisse mortellement engoncé dans sa camisole psychique. Ouvrir les portes de la conscience à ce pouvoir c’est avant toute chose accepter aveuglément les modifications très concrètes que celui-ci va exiger de la personnalité sur les plans physique, émotionnel et mental. En contrepartie de ce don de soi, l’être reçoit un rayon de vie jusqu’alors inconnu, le rayon de la métamorphose.

« Connaître la face obscure de sa propre âme est la meilleure préparation qui soit pour savoir comment se comporter face aux parties obscures des autres âmes ».

C.G.Jung

Pluton ou l’Impulsion de la crise salvatrice

Le rôle de Pluton est générique, c’est-à-dire qu’il agit de la même manière dans l’humanité tout entière pour briser le moule de la conscience subjective et lui permettre par la suite de se ramifier à des océans de conscience universelle, le mental intuitif, le mental supérieur, le Soi, tout ce qui vient de l’esprit. Il ne pourra traverser la conscience individuelle que si la carapace de l’ego a été percée. Le « tragique », c’est que Pluton a le pouvoir de forer l’ego, et si on résiste à ce pouvoir-là, on va recolmater l’ego alors que l’on sera lessivé par une expérience qui aura permis l’émergence spirituelle.
On peut donc faire une expérience plutonienne initiatrice de crise très intense où l’on est confronté à ses propres limites d’une manière radicale. Alors on « plonge », on se demande qui on est, quelque chose est à résoudre, mais on ne sait pas comment s’y prendre, c’est très douloureux, très poignant ; plus décapant encore que la crise saturnienne, parce qu’ici, ça passe ou ça casse. Mais, si l’on possède un soupçon d’intuition ou d’ouverture spirituelle, on va profiter d’être blessé pour ne pas guérir des choses qui ne méritent pas d’être guéries, puisqu’elles ne font pas partie de l’identité. Il faut laisser émerger l’intelligence plutonienne, au lieu de s’acharner à rééchafauder une identité limitée et blessée et accepter que la conscience agissent différemment. En effet, dans ce qui apparaît au départ comme un vide, parce qu’il n’y a pas de certitude, de direction, d’éléments sécurisants, une autre forme d’intelligence va descendre sur l’individu et, avant de le guider vers une nouvelle lumière, elle impose d’abandonner des circuits narcissiques, des circuits de renvoi personnel de l’identité dans la même boucle.
Pluton produit alors un puissant « mécontentement » issu d’une insatisfaction authentique confrontée aux limites subjectives qui va permettre d’atomiser les frontières personnelles Pluton cherche à décaper toute cette enveloppe d’identité subjective. Et si on accepte le pouvoir concentré de Pluton, on va déstructurer l’ego et engendrer la création d’une identité nouvelle beaucoup plus souple. Dès lors, il y a une telle présence d’être que l’on peut supporter des choses incroyables, subir des humiliations invraisemblables, et il faudra aller très loin pour aller trouver les limites de la personne, c’est-à-dire pour provoquer la résurgence d’une colère violente, d’un pessimisme suicidaire, par exemple, qui constituent des zones de conscience subjective que Pluton peut faire définitivement traverser.
La psychanalyse, en dénouant les vieilles cristallisations mémorielles de l’enfance, libère en l’Être, une nouvelle joie de vivre. Toute aventure ou crise plutonienne est alternance de failles sans fond et d’expériences des sommets. Physique et psychique se confondent dans une même réalité, l’Être capable de maitriser Pluton devient le « Véritable Occultiste« , celui qui « connait la loi cosmique » et sait comment obtenir des résultats concrets.
D’un point de vue psychologique la planète naine intériorise profondément l’individu et lui octroie une puissance quasi-obsessionnelle pour défendre ses idées et atteindre les objectifs dont il se sent missionné. Le conseil est alors de dépasser les angoisses et les anxiétés, même si les événements semblent injustes du point de vue limité de l’Homme, ils sont purificateurs au regard de l’esprit.
Il n’y a pas encore d’institution culturelle qui préconise d’être confronté, finalement, à cette énergie plutonienne. On vit encore dans un monde où l’on pense que les confrontations douloureuses aux éléments archaïques de la personnalité sont à éviter. Être heureux, c’est vivre dans un cocon en évitant bien les grandes crises; alors, bien sûr, quand tout un système de civilisation fonctionne sur cette erreur, on peut s’attendre à l’écroulement de ce système.

« En se confrontant avec l’inconscient, le Moi se transforme ».

C.G.Jung

Pluton en Signe

L’analyse de Pluton en signe est une analyse qui s’effectue sur une génération car Pluton peut rester jusqu’à 12 ans au minimum dans un signe voire 32 ans au maximum, alors l’analyse s’étendra sur toute une période historique collective. Pluton en signe colore de force et de pouvoir l’énergie du signe pour mieux la purifier, par le feu qui brûle les formes mortes ou simplement malades. Lorsque, dans le thème, il s’exprime en statut rétrograde, la personne aura accès à une zone d’angoisse et de profondeurs que le porteur d’un Pluton direct ne connait pas.
Sur le plan collectif, Pluton donne à l’Homme le pouvoir de « casser l’atome » et de sonder les mécanismes physiques de la vie ; sur le plan individuel, il le plonge au plus profond de lui-même à la découverte du trésor de vie enfoui sous les couches de ses mémoires.

Pluton en Bélier : les forces psychiques s’expriment d’une manière énergique, ardente, violente -> audace, lucidité, vision, folie.

Pluton en Taureau : les forces psychiques sont stimulées par la sensualité, employées à des fins constructives et sécurisantes, -> égocentrisme, force d’inertie, protectionnisme.

Pluton en Gémeaux : les forces psychiques stimulent ou exacerbent les facultés mentales -> agitation intellectuelle créatrice ou stérile, culte de la personnalité, esprit de chicane.

Pluton en Cancer : les forces psychiques intensifient le système d’autodéfense et la sensibilité -> sixième sens, angoisse, peur de l’inconnu et du futur.

Pluton en Lion : les forces psychiques sont dominatrices et intenses -> problème d’identité, besoin de s’imposer, soif de pouvoir, quête d’absolu, exhibitionnisme.

Pluton en Vierge : les forces psychiques sont employées à des fins conservatrices -> repli sur soi, sens aigu du présent, extrême besoin de préservation et sécurisation.

Pluton en Balance : les forces psychiques sont mises au service du jugement -> sens critique, soif de justice, perfectionnisme.

Pluton en Scorpion : les forces psychiques sont mises au service des instincts -> surprenantes ressources, comportement extrémiste, prêt à tout.

Pluton en Sagittaire : les forces psychiques sont mises au service de l’expansion naturelle -> conscience aiguë et envahissante de soi, manque de scrupule.

Pluton en Capricorne : les forces psychiques sont fixées sur un but précis -> ambition extrême, refus des contacts et des concessions.

Pluton en Verseau : les forces psychiques exaltent la soif d’indépendance et d’individualisme -> désinvolture, « expérimentalisme » et détachement extrêmes.

Pluton en Poissons : les forces psychiques sont exacerbées, dons paranormaux -> clairvoyance, inspiration, superstition, fanatisme.

« En chacun de nous existe un autre Être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers le rêve et nous fait savoir qu’il nous voit bien différent de ce que nous croyons être ».

C.G.Jung

Pluton en Maison

L’analyse de Pluton en maison permet, au delà du signe, d’affiner de façon plus individuelle le rôle de transformation que l’Être devra jouer dans cette vie pour remplir sa mission en accord avec l’univers. La maison où se situe Pluton dans un thème astrologique montre la meilleure contribution que l’on peut apporter au monde. Dans cette maison, on peut se dépouiller du superflu et aller à l’essentiel, et se connecter à la Volonté supérieure. La plupart du temps, l’Être se sent enchaîné dans ce lieu, il aura tendance à travailler dans la maison opposée. Si l’Être accepte le défi du pouvoir, la maison de Pluton indique là on réalise la grande transmutation de soi-même. L’autorité et l’intransigeance dont on est capable dans ce champ d’expérience deviennent plus conscientes. Il sera possible alors d’agir comme canal de guérison (6), la transformation politique des sociétés (10) ou la métamorphose de la relation vécue en accord avec les lois de l’univers (7). Avec Pluton en maison angulaire (1/4/7/10), l’individu est parfois instinctivement perçu comme effrayant par son entourage, même s’il ne le réalise pas lui-même. Une force l’habite, une force avec laquelle nulle tricherie n’est de mise. C’est en étant cosmiquement juste, concrètement et en toute imperméabilité, que l’angoisse sous-jacente disparaîtra.

Pluton en maison 1 : La conscience de soi se développe par des dépouillements successifs. On peut se sentir anéanti dans sa propre existence ou au contraire ressentir un sentiment de toute puissance. Cette puissance peut être employée de manière dictatoriale ou bien servir une volonté supérieure.
C’est une position privilégiée pour l’évolution, mais très difficile, car le moi peut accepter, finalement, des épreuves d’envergure plutôt que de stagner. De toute façon, le travail permanent consiste à comprendre que le non-moi n’est pas au service du moi, qu’il existe dans une indépendance absolue, immense et nourrissante en elle-même, sans qu’il soit besoin d’en tirer un bénéfice personnel quelconque. Au bout de ce processus, une connaissance par identité est possible, une sorte de pouvoir de se reconnaître dans le réel sans qu’on tienne à y occuper une place particulière, mais cela demande un investissement prolongé et radical que peu mènent à bien, des situations gratifiantes se présentant avant, fondées sur une compétence et un pouvoir uniques qui soulagent le sujet qui peut s’y arrêter.

Pluton en maison 2 : L’image du corps et la relation aux possessions peut être totalement anéantie. On peut alors revenir à l’essentiel et ne plus s’identifier à ce qu’on possède. L’instinct guide l’emploi des possessions. L’estime de soi peut se construire sur un sentiment de toute puissance ou de total renoncement.
Les transformations plutoniennes sont ouvertes et permanentes, c’est la distance entre le moi et le non-moi qui doit se relâcher, pour les montrer comme 2 partenaires indépendants, et non pas comme des forces entremêlées, sans quoi seuls les mauvais ressentis plutoniens persistent, et c’est donc vraiment la maison où le sujet doit en premier lieu abandonner (comme en 8) l’idée d’être victime. Dans cet axe, ce peut être difficile à cause des événements eux-mêmes, mais c’est ainsi que la conscience supérieure se découvre elle-même, en balayant l’idée de souffrir et ses justifications opiniâtres, pour accepter tout ce qui fait partie du chemin. Si cette prise de conscience est obtenue, Pluton en maison 2 accélère les remises en question individuelles, et les freine dans le cas contraire.

Pluton en maison 3 : Le mental se transforme grâce aux grandes crises sociales, économiques ou politiques. La personne dispose d’une puissance d’affirmation des idées, qu’elle peut utiliser à son propre profit pour dominer l’entourage, ou au profit du plus grand nombre en parlant au nom de l’ensemble.
C’est une très belle position pour ressentir, après transformations des scories et des mémoires négatives, le présent comme puissance de transformation. Et c’est justement parce que cette possibilité est très utile sur le plan évolutif que le prix à payer semble cher, car la force plutonienne du bas cherche à instrumentaliser le vécu par rapport à des ambitions trop étroites, alors que celle du haut, profondément involuée, recherche l’identité du sujet dans un maintenant ouvert et satisfaisant. Comme partout, Pluton souligne certaines contraintes, et il s’agit ici de se libérer de l’influence rampante du milieu et de comprendre la véritable nature des liens créés par les circonstances contingentes. Comme en maison 6, le contexte est ici prégnant, mais dans une sorte de «bulle subjective» que Pluton peut crever à travers différentes manœuvres comprenant échecs et déceptions au sein de son milieu relationnel immédiat. Les affects primaires peuvent être triturés, comme les liens à la famille, ce que l’on retrouvera aussi dans la maison suivante.

Pluton en maison 4 : On y mesure une grande puissance d’intégration et d’affirmation personnelle, pouvant être mise au service de la collectivité.
L’indépendance d’esprit est encouragée par cette position, car les identifications «tribales» ne fonctionnent pas et apportent des déceptions. Au lieu de chercher un meilleur clan, ce qui ne ferait que pousser le problème devant le soi, il s’agit de trouver le sens qu’on veut donner à sa présence dans l’existence, au-delà des formes, des modes, des influences. Ne pas trouver de havre de paix permet de mieux cerner ses véritables besoins, et même si le chemin paraît long, c’est celui d’une individuation complète, purgée des croyances et des imitations. Le travail effectué ici facilite le passage en maison 5, en donnant à la liberté de penser une profondeur incontestable.

Pluton en maison 5 : Les créations peuvent avoir une portée collective. On devrait oser libérer la créativité et exposer ses créations, non pas pour en tirer une satisfaction personnelle mais pour répondre à la volonté de l’Univers.
Avec cette position, la personne cherche à s’identifier à une «liberté» qu’elle possède déjà (avec des risques alors d’abuser de son pouvoir) ou qu’elle recherche avec des moyens souvent confus ou conflictuels, qui permettent de se confronter à ce qu’il y a d’archaïque dans la volonté de puissance de l’ego. Pluton en maison 5 est donc soit un raccourci pour découvrir que le seul pouvoir véritablement authentique est celui de l’identité spirituelle inconditionnée, le Soi, ou encore l’Être psychique ; soit le chemin des écoliers pour toujours cultiver les besoins et les désirs gratifiants de la personnalité, avec le risque d’étouffer l’éveil de l’âme dans la satisfaction abusive de toutes les prérogatives personnelles.

Pluton en maison 6 : On est capable de se dévouer totalement au travail, aux tâches quotidiennes ou au service. L’individu a le potentiel de se débarrasser de tout ego.
Avant de projeter ses qualités personnelles dans le monde de l’autre et du non-moi collectif, il est nécessaire d’être déjà un individu afin de ne pas confondre les rôles que l’on joue avec son identité personnelle. Il s’agit, en fait, de ne pas trop compter sur le rôle ou sur la fonction sociale ou l’attente vis-à-vis des autres, pour se découvrir soi-même en tant qu’individu ; sinon une confusion s’établit, et la profondeur ne se gagne pas. Mais justement, le besoin de se projeter par rapport aux autres peut être suffisamment fort pour que des confusions subsistent longtemps entre ce que l’on est et ce que l’on fait dans le cadre d’une utilité groupusculaire, familiale ou collective.
Si Pluton se rapproche à quelques degrés seulement du Descendant (maison 7), il est probable que le sujet ait un problème très profond à régler entre l’identité personnelle et la reconnaissance des dépendances ou des contraintes qu’il devra reconnaître pour ce qu’elles sont, ou auxquelles il devra se soustraire. Il est probable, dans ce cas, que l’autre soit perçu d’une manière entièrement subjective et souvent arbitraire, avec le besoin parfois compulsif de jouer un rôle dans la relation au lieu de la laisser se former d’elle-même.

Pluton en maison 7 : Les relations peuvent se nouer pour répondre à une volonté supérieure, qui prend la forme d’une cause ou d’un principes à défendre (culturel, social, religieux, familial). On peut se montrer très direct et brut dans la relation, chercher à imposer sa volonté ou ses pulsions. On est attiré par des personnes puissantes, ayant un charisme social. On est amené à se dépouiller des images qu’on a des autres.
Dans la mesure où Pluton en maison 7 oblige en quelque sorte l’individu à confondre l’identité du partenaire avec le rôle qu’il joue, tous les événements relationnels seront passés au crible afin de déterminer les attentes inconscientes du sujet vis-à-vis du partenaire et les attentes inconscientes du partenaire vis-à-vis du sujet. Ces attentes inconscientes sont souvent partagées et les «enfers» qui peuvent être vécus avec cette position planétaire représentent, à l’échelle individuelle, l’enfer même de la collectivité humaine où chacun ignore l’identité de l’autre parce qu’il ne l’aperçoit qu’à travers le prisme déformant du rôle ou de la fonction qu’il doit jouer.

Pluton en maison 8 : On coopère en réponse à une volonté supérieure. On a la force de faire changer les choses dans les affaires ou les finances. On peut se montrer tyrannique vis-à-vis des autres. La confrontation à la mort peut transformer profondément et amener à se libérer de nombreux liens de dépendance.
La position de Pluton en 8, son domicile, permet à l’individu de comprendre le concept de « faire table rase » ou de repartir à zéro. Dans cette position, d’une manière assez analogue à celle de la maison 12, Pluton remet en cause avec une certaine intransigeance la signification de ce qui a été accumulé, aussi bien sur le plan matériel (maison 2) que sur le plan relationnel (maison 7). Il est parfaitement dangereux, avec cette configuration, de laisser « la poussière sous le tapis » puisque tout ce qui est d’ordre contentieux demande d’être réglé au jour le jour par le développement d’une acuité parfaite, dans le registre des relations du moi et du non-moi. Dans les moments difficiles, on peut se sentir écrasé par des événements suscités par la position de Pluton en 8, mais ce sentiment d’être soumis à la fatalité n’a pas d’autre finalité que de diriger vers la relation d’harmonie avec l’Univers qui délivre du poids d’en être séparé. Le chemin est difficile à trouver, et ne s’impose jamais de lui-même, alors il faut sans cesse écarter les fausses pistes plutôt que de prétendre établir un itinéraire.

Pluton en maison 9 : On est guidé par une quête de vérité absolue qui permet de se débarrasser des croyances limitantes. La compréhension de la vie peut être mise au service des autres, transmise d’une manière brute et radicale.
Une navette permanente entre ce que le monde représente pour soi et ce que l’on représente soi-même pour le monde doit être instituée dans le fonctionnement de l’esprit. Sans ce retour qui doit s’effectuer sans effort dans le mouvement mental, Pluton en maison 9 produira toujours des relations faussées entre le sujet et le registre varié des représentations collectives de la réalité. C’est donc une position privilégiée pour remettre en question d’une manière perpétuelle les raisons pour lesquelles on choisit une philosophie, une religion, une manière de vivre, une manière de se situer par rapport à l’ordre établi des valeurs écologiques.

Pluton en maison 10 : On doit oser prendre une place dans le monde, oser être reconnu publiquement pour des actions importantes et valables pour le groupe social.
Un recadrage permanent est nécessaire autour de ce que l’on croit représenter pour les autres et de ce que l’on est vraiment dans le monde objectif du milieu social, de la profession, de l’environnement écologique. Tous les éléments qui semblent empêcher l’individu de trouver sa place révèlent en fait qu’il surestime ses possibilités ou qu’il sous estime le travail à effectuer dans le monde ouvert de la société pour faire valoir ses qualités plutoniennes, si elles ont été intégrées (profondeur, autorité naturelle, rénovation) ou qu’il ne tient pas assez compte de l’avis des autres.

Pluton en maison 11 : On sait imposer des changements lorsqu’ils sont nécessaires, parfois d’une manière radicale. On a la force d’agir pour libérer le monde de ses asservissements.
Il n’y a finalement que les personnes profondément individuées (au sens de Jung) qui peuvent assumer en toute lumière l’exigence d’un Pluton en maison 11, qui leur permettra alors d’avoir un rôle novateur dans leur milieu, nouveau et reconnu, puisqu’ils se seront délivrés des manifestations plutoniennes archaïques du pouvoir personnel. Si nous prenons donc les choses à partir de l’involution divine, on peut affirmer que le sens de Pluton en maison 11 est de permettre à des individus qui ont intégré les fonctions psychologiques subjectives de les exprimer dans la lumière et la transparence, dans le monde objectif qui leur reste à transformer. Tous les échecs et les humiliations qui sont redevables à la position de Pluton en 11, peuvent amener cette question : comment devenir un individu universel ?

Pluton en maison 12 : On est capable de voir au-delà des apparences et d’agir en étant guidé par des forces supérieures. La volonté de pouvoir doit abdiquer au profit d’une totale consécration à la collectivité humaine ou spirituelle.
La prise de conscience à effectuer avec un Pluton en maison 12 est d’adopter un profil bas, qui va provisoirement donner l’impression qu’on perd la saveur de son pouvoir sur la vie, mais qui va amener plus tard la possibilité d’accepter les situations difficiles, être moins attaché au résultat de ses entreprises, cesser de monter en épingle ce qui s’oppose à soi-même, et rechercher comment décanter cette insatisfaction profonde, plutôt que la nourrir dans de nombreuses directions où l’on s’implique pour donner le change. Accepter la pression de l’évolution sur sa personne, mais comprendre qu’elle n’est pas personnelle, qu’un défi se présente, faire face à de nombreuses situations qui ne correspondent pas longtemps à ses attentes, et en tirer une plus grande profondeur intérieure, plutôt qu’une substitution permanente de projets pour meubler la poussée qu’on subit. Accepter les transformations en sachant qu’elles ne peuvent, en partie, pas être contrôlées, mais qu’elles appartiennent à des univers légers qui nous appellent, et nous nourrissent dans un plus grand lâcher prise. Remettre en question sa personnalité autant que ses actes, quitte à tomber sur des scories qui se présenteront comme des adversaires pendant un temps.

« Le rêve est la petite porte cachée dans le sanctuaire plus profond et plus intime de l’âme, qui s’ouvre à la nuit cosmique primordiale qu’était l’âme bien avant il soit un esprit conscient ».

C.G.Jung

La collaboration de Pluton avec son entourage planétaire

Les planètes du septénaire en aspect avec Pluton ouvrent la voie de l’expression de ce couple Providence/Fatalité dans la vie de chacun.

Un aspect Vénus/Pluton se lira comme une promesse de métamorphose par l’amour donné. Il faudra en amont, subir une destruction des blocages de l’affectivité liés aux vieilles mémoires mortifères qui accompagnent toute vie sentimentale. Une relation affective n’est jamais simple, Pluton oblige Vénus à aller à l’essentiel (l’essence-ciel) sans tricher. Si elle accepte que la vie affective est une spirale infinie d’approfondissements de ses véritables motivations et de ses réactions les plus inconscientes, elle comprendra que l’amour est aussi un pouvoir. L’amour est confrontation à la volonté de puissance de l’autre, à sa propre volonté de puissance. La paix intérieure se voit cycliquement bouleversée par des circonstances douloureuses et imprévues d’où renaîtra une paix plus profonde encore. L’individu a toujours le choix de refuser le combat avec le Dragon. Pluton est alors vécu comme inhibant la planète qu’elle touche par aspect et la maison où elle a élu domicile. Pour ne pas détruire ou être détruit l’Être refuse l’accès à sa conscience de la volonté de pouvoir qui l’habite. Avec Vénus, il évite toute implication affective, car il perçoit cette situation comme dangereuse pour son intégrité personnelle. En agissant ainsi, l’être s’interdit l’accès à la « fontaine de jouvence » gardé jalousement par le dragon de ses peurs. Sentiment de détachement, impression d’être désabusé, angoisse confuse vis-à-vis de toute implication personnelle sont les réservoirs qui accompagnent la nécessité de passer l’épreuve du Gardien du Seuil.

Un aspect Mercure/Pluton sera synonyme d’une insatiable quête de sens, stimulant un soif de découverte avec une satisfaction éphémère. C’est une invitation à toujours poursuivre un périple lié au « sens de l’existence ». La lucidité sera aiguisée, l’analyse des situations s’enracine sur de la perspicacité, le voyage vers les connaissances sera teinté d’un sentiment de contentement non durable. La requête que formule Pluton à Mercure s’apparente à un véritable errance initiatique des savoirs.

Un aspects Mars/Pluton réunit de fait les 2 maîtres du signe du Scorpion, arborant tous les deux les qualités volontaires nécessaires pour mener à bien un combat, dirigé vers l’extérieur pour Mars et vers l’intérieur pour Pluton. Ces 2 là se complètent parfaitement, d’un côté il y a renforcement des potentiels pour l’action positive et de l’autre, quand il y a dissonance, ce sont ces mêmes qualités qui s’affrontent et qui créent le conflit et l’explosion.

Un aspect Jupiter/Pluton est un indice de démesure, une principe de puissance. La nature extravertie de Jupiter se cumule au caractère pharaonique de Pluton. On retrouve le bon comme le mauvais dans cette conjoncture d’amplification de toutes choses. On est face à une énergie illimitée.

Un aspect Saturne/Pluton, va parler de grandes remises en question des acquis destinés par nature à se transformer ou à disparaître. Saturne évoque le point culminant de toute réalisation humaine alors que Pluton va évoquer sa chute. Saturne est le maître du temps alors que Pluton est le maître d’œuvre de cette temporalité par dégradation progressive induite par la destruction jusqu’à engloutir totalement la matière et le temps lui-même. De nouvelles réalités s’imposent de manière inéluctable.

Dans un thème natal, les aspects des planètes avec Pluton confrontent toujours la fonction psychique aux questions de mort, de pouvoir extérieur inévitable, de l’insoutenable pression autoritaire ressentie en soi. Une planète du septénaire qui s’oppose à Pluton est souvent suraccentuée. Tout se passe comme si elle augmentait sa force pour mieux se défendre contre la marée des instincts qui lui semblent profondément dangereux. Par exemple, avec Saturne, il y a refus de toute forme d’autorité hiérarchique et a fortiori paternelle. En parallèle, l’être accentue sa responsabilité, sa concentration et sa ponctualité. Il conjure ainsi son sentiment d’être persécuté par une autorité aveugle et inhumaine.

 « Votre vision devient claire lorsque vous pouvez regarder dans votre cœur. Celui qui regarde à l’extérieur de soi ne fait que rêver ; celui qui regarde en soi se réveille ».

C.G.Jung

« Danse Funèbre » évolutive de Pluton

Il faut bien garder en mémoire que pour relever le défi d’une crise plutonienne, il faut que l’Être soit solide mais surtout prêt si on veut éviter une déflagration de celui-ci. La sauvegarde et l’instinct de survie sont fondamentaux devant une pression psychique ou évènementielle trop violente, qui risquerait à terme de déstabiliser un organisme biopsychique. L’ordre astronomique des planètes du Soleil à Pluton est là pour le rappeler. Respecter et assimiler cette géométrie cosmique revient à « ordonner » son développement personnel. Et comme nous l’indique la langue des oiseaux, « or-donné » c’est « donner de l’or », retourner pas à pas vers son Soleil intérieur.
Avant d’oser la métamorphose plutonienne, le pèlerin de l’âme doit cheminer en observant la conscience focalisée au centre de la tête, l’Être concentré se place en témoin de lui-même.
Cette analyse constate, amusée, sur le versant solaire, sa petitesse, le ridicule de son sérieux, l’obsolescence de son ambition si éphémère mais aussi sa nature unique et irremplaçable dans le concert de la vie. Du versant de la galaxie, elle déjoue les images, les fantômes et autres illusions générées par Neptune, dont la seule fonction consiste à ouvrir les pores de l’organisme les rendant de ce fait sensibles au courants de l’univers.
Uranus prépare la venue de Neptune, tout comme l’humour qui peut se prononcer avec un grand « A » ouvrant le chemin de la véritable inclusivité. Humour et Amour, conditions indispensables pour que la rencontre avec Pluton ne se solde pas par la mort, comme le souligne le latin amor (à mort) dans lequel « a » est privatif de mort.
L’observateur (Uranus) authentiquement amoureux (Neptune) reçoit en partage une parcelle du terrible pouvoir qu’est la « vie pure ». Le scientifique (Uranus) et le mystique (Neptune) fusionnent en un seul Être pour se préparer à la métamorphose qui les mènera à l’immortalité (Pluton). Le chemin de la transpersonnalité sera alors définitivement tracé car incrusté dans le corps et les cellules.
Uranus est le troubadour de l’individualisme, sa fonction consiste à affirmer ce qui est unique dans chaque organisme souvent au prix joyeusement accepté du scandale.
Neptune est le lieu de plus grande pression sociale ou spirituelle. L’individu perd ses marques, entraîné dans un tourbillon fascinant de la participation mystique au plus grand Tout. La stimulation de la conscience mentale proposée par Uranus laisse place à une stimulation de la conscience émotionnelle.
Pluton détruit définitivement les rêves et illusions entretenus par Neptune et concentre l’attention sur des tâches concrètes. La spiritualisation de la matière, plus particulièrement des cellules du corps, est l’ultime étape après ouverture de l’égo conscient aux idées (Uranus) et aux sentiments (Neptune) de l’Univers.

« Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité. Mais ce travail est souvent désagréable, donc impopulaire. »

C.G.Jung

Pluton, le juge, la voix de la conscience, de l’immensité céleste, est tour à tour le dépassement du temps, la destruction de l’égo, la fusion, la confusion, l’explosion des limites, la transcendance, pour accéder à un univers plus vaste, plus juste, plus authentique. Il est là pour répondre à l’inconnu, il nécrose et il régénère, il agit comme l’argile ; au départ, il amplifie les problèmes avant de les purifier. En passant les différents rites d’initiation de l’incarnation, il met en lumière le pouvoir de clarification et le mouvement de récupération, il active les prises de conscience nécessaire à la mise en place du processus de transformation.
Contrôlée, l’énergie plutonienne représente une inépuisable source de pouvoir ; incontrôlée, elle engendre des catastrophes irrémédiables. Seule l’intégration par l’humanité des valeurs uraniennes (liberté) lui garantira un contact inoffensif avec Pluton (le pouvoir). Le reste n’est qu’un jeu et un « je » pour apprentis sorciers.

Namaste




7 réflexions sur “Pluton : Chemin de Purification par la destruction

  1. Bonjour, cet article est très très éclairant, merci beaucoup. Les liens, le processus, Uranus, Neptune Pluton, exposés ici m’intéressent beaucoup et me semblent me chuchoter qqle chose qui parle vrai. J’aime bien aussi votre vision de recul sur notre société qui ne propose pas d’institution pour nous confronter à nos éléments archaïques, en lisant cela je me suis dit : mais ça m’a toujours manqué ! (Et parfois j’ai cherché à avoir / prendre un peu ce rôle là peut être, je crois, collectivement, avec honnêteté, chercher au fond des mécanismes obscurs, qui ne m’a pas fait des amis !).
    J’ai un Soleil conjoint Pluton, en 11, en Vierge. J’ai eu les larmes aux yeux en vous lisant car je me suis dit que finalement, j’avais renoncé. Mon soleil est en sandwich entre Pluton à 3 degrés et Uranus, à 4 degrés. Neptune en fin de 1. Pluton a transité dans ma vie la fin de la 11, 12, 1, 2 et maintenant la 3… il transite ma Lune en 3, je crois que c’est ce transit de 3 qui m’a fait renoncer ; c’est pas facile ! Et Pluton a aussi transité jusqu’ici : soleil, uranus, mercure, Jupiter, Ascendant, Neptune, mars et maintenant la lune, avec tout ça, je devrais être un être « purifié », authentique, etc… c’est loin d’être là cas ! Suis devenue assez inerte, peut être surtout un peu fatiguée . Mais je garde votre article sous le coude, je le relirai…
    Et avez vous une News lettre à laquelle on peut s’abonner ?

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Laureen,
      Je suis très touchée par votre commentaire et émue par votre analyse pertinente et assez « triste » de votre engagement, je vous rappelle que vous êtes un Soleil en Vierge, le dernier signe de l’hémicycle individuel avant de plonger dans le collectif de la Balance, la Vierge au service des autres de tous les autres, la travailleuse et la perfectionniste du zodiaque, vous avez du lourd sur les épaules avec cette notion chevillée à l’estomac de bien faire votre boulot de nettoyage avant que « le collectif se déploie ». Ici vous me précisez que votre êtes accompagnée du duo Uranus/Pluton en Vierge (comme moi), Uranus en Vierge cherche à modifier les prises en charge de guérison conventionnelle, il souhaite révolutionner la santé avec Pluton qui met en lumière les questions sur la vie et la santé afin de les moderniser. Votre Soleil avec Uranus nourrit une besoin de liberté et d’indépendance, connecté à des vibrations subtiles, avec Pluton, l’injonction est de vous « transformer » et vous devez « réclamer votre propre pouvoir ». Il s’inscrit dans ce trio en maison 11 de vous transformer avec la maîtrise de « votre propre pouvoir » pour guérir le collectif (maison 11 du Verseau et d’Uranus). Cela demande du temps, de la patience, de la profondeur, vous n’avez pas renoncé, vous travaillez juste lentement péniblement pour manifester « un meilleur monde » car votre vision est exigeante et pure (comme la Vierge) et cela c’est fatiguant !!! Avec Neptune en maison 1 donnez vous le droit de réaliser vos rêves »
      Pour répondre à votre question, non je n’ai pas de newsletter je réfléchis à améliorer ma communication.
      Je vous souhaite une belle journée et vous envoie dynamisme et espoir. Cœurdialement
      Namaste

      J’aime

  2. Merci beaucoup pour votre commentaire-réponse ! Et toute l’énergie qui va avec !!
    Cette fois-ci, j’ai ri : « bien faire votre boulot » « du lourd sur les épaules » : Ça fait du bien de
    l´entendre dit ainsi. Mon côté organisateur Vierge mêlé à l’utopie sociale et toutes les cogitations Vierge qui vont avec (que le collectif soit bien d’abord, et après je pourrais m’occuper de mes propres affaires… mais en même temps je n’y arrive plus, alors je culpabilise et me demande bien ce que je vais bien pouvoir faire alors… et ainsi de suite) s’est vu dans un miroir. (J’ai aussi Noeud sud en Vierge 11)
    Oui, je note cependant l’injonction dont vous parlez et le travail du temps, la patience. Et votre encouragement motivant !
    Uranus est pour moi tout début Balance (Soleil Pluton toute fin Vierge), à la jonction des maisons 11 et 12 : c’est mon « échappée » je crois… Mais oui la thématique de la santé a toujours été présente pour moi, de manières différentes, et progressives sans doute. Et Uranus est pile face à mon Chiron Belier maison 6. De même que la thématique de l’art. Je me suis formée récemment en art thérapie, mais n’ai pas poursuivi (je sens que ce n’est pas tout à fait ça pour moi, même si je me suis sentie vraiment et étonnement bien dans la posture de soin lors des stages).
    Merci encore, je vais essayer de rêver, d’« écouter » Neptune (sur Noeud nord en ce moment), sans oublier que se sont des planètes lentes.
    Je vais prendre le temps de lire d’autres de vos articles, quelle richesse votre site !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Laureen,
      Quelle archétype Vierge qui est là, analyser, décortiquer tous les détails et informations, comprendre agir pour le bien commun (maison 11). Vous avez une prise en main en compétence de votre thème, vous êtes très touchante. Juste sans doute stopper les cogitations mentales Vierge et aborder les rivages de votre Nœud Nord en Poissons et aller vous connecter à votre cœur et ce qu’il vous dit, osez être votre âme et non votre « personnification », le fameux persona de Jung.
      Juste un petit flash sur votre axe Uranus Balance en maison 12 opposé au Chiron en Bélier en maison 6, on est sur l’axe de la santé, il y a quelque chose à guérir au niveau familiale, généalogie ou karmique (je n’ai pas votre ciel sous les yeux). Maison 12 la maison des « mal-a-dit » chroniques cachés, la maison 6 la maison des mal-a-dit aigues, la maison du soin et du service à l’autre. Je vous rappelle qu’actuellement Chiron est en Bélier, vous êtes particulièrement touchée sur votre cheminement de guérison personnel, « guérir la blessure identitaire » et profiter du processus d’individuation qui vous est présenté.
      Je me permets de vous dire cela spontanément juste pour permettre de lire votre thème sous un autre angle…La vie est une aventure, rien de sérieux nous arrivera juste la surprise un jour d’être heureux.
      Bonne semaine
      Cœurdialement

      J’aime

  3. Ah… guérison au niveau familial, je ne savais pas lire cela ainsi, ok, merci beaucoup, je ne veux pas vous ennuyer trop longtemps avec mon thème mais je signale juste que vous devez voir juste car j’avais regardé il y a quelques mois le thème de mon père et avais remarqué que son Noeud Nord a lui était quasiment sur mon Chiron et donc son Noeud sud près de mon Uranus, il est décédé l’an dernier, soit à peu près dans les années où Chiron était sur son Noeud nord’ et donc en retour sur lui même pour moi (En Bélier 4 degrés)’, même si cela reste un mystère d’interprétation, j’y vois en tout cas du lien et quelque chose de forcément positif. Merci encore. Bien à vous !

    J’aime

    1. Bonjour Laureen,
      Vous ne m’embêtez pas et c’est un vrai plaisir d’échanger avec vous
      Par contre écoutez votre cœur et votre intuition sur votre papa, elles vous apporteront de clef de compréhension même si tout ne s’explique pas rationnellement et intellectuellement.
      Cœurdialement

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s