Jupiter : l’Archétype de l’Optimisme

L’optimisme est la foi qui mène à la réalisation
Rien ne peut se faire sans l’espoir et la confiance

Helen Keller

L’étape jupitérienne prend la suite de l’étape martienne de conquête : maintenant il faut organiser et assimiler ce qui fut conquis sous peine de voir ses efforts condamnés à l’inutilité. Le dynamisme propre à Mars a transformé l’environnement, à présent il faut vivre dans cet espace transformé et y promulguer des lois afin qu’aucune dérive vers une jungle où règne la dictature du plus fort ne soit à craindre. Jupiter assimile et transforme les inconnus de son environnement jusqu’à ce qu’il puisse les considérer comme siens. C’est un processus civilisateur de socialisation. Jupiter est le garant de l’ordre social, le sens civique assure la survie de l’organisme collectif. Il s’intéresse avant tout au groupe et à sa cohésion, à sa croissance et à son intégration, à son bien-être et au juste partage de production. (Luc Bigé)

Jupiter ou la Loi Divine

Il est bon de rappeler que Zeus/Jupiter a été mis sur le trône olympien du Roi des Dieux et des Hommes de façon « démocratique », il n’a pas usurpé comme à l’époque son père, le pouvoir, cet aspect présage de l’assurance éternelle d’être le garant du « bon droit ». La diké (le bon droit) qui régule le rapport des Êtres humains entre eux et en accord avec les « entités cosmiques ». Le trio père, mère et fille que forment Zeus, Thémis et Diké personnifie le « bien souverain » allié à la « conscience d’une justice divine » qui produit le « bon droit » indispensable à l’ordre social et l’ordonnance de l’Univers. Celui qui porte atteinte au « bon droit » et qui rompt l’équilibre en mettant le désordre subira les foudres, un des attributs de Zeus/Jupiter.
Instaurer le non-respect des règles édictées par la loi jupitérienne (juste de fait) signifie faire offense à l’ordre cosmique dont dépendent à la fois les choses de la nature et les affaires humaines.
La diké, comme la métis, est un concept présocratique, désignant ce principe, inné dans l’esprit de l’Homme, de la « voie juste à suivre » afin de ne pas déranger l’ordre établi. C’est donc avec discernement qu’il faut distinguer ce qui est juste ou pas. Jupiter incite ainsi à être conscient de notre droit et de nos obligations envers nous-même en étant égal et équitable dans ses mêmes obligations pour le droit des autres.

Respecter la diké, cela revient pour l’Homme à suivre cette parcelle de conscience divine
Dont Zeus lui a fait présent et qui lui permet de s’élever au dessus des animaux

Sagesse Céleste

D’un point de vue psychologique, la diké est la force portée par Jupiter et qui éveille la conscience pour juger ce qui est juste, non seulement au niveau des rapports avec la société, mais aussi au niveau de cette conscience qui révèle une éthique personnelle à respecter.
Qu’est-ce qui est juste et où est le « bon droit » ? Toutes les questions morales et personnelles sont essentielles pour répondre à la loi de « vivre en paix » (Eiréné ou Irène, incarnation de la paix, fille de Zeus et Thémis) avec sa conscience.
Les lois sont indispensables pour assurer une bonne cohésion entre les Hommes mais aussi les Dieux afin que se développe le principe de paix et, de fait, de prospérité pour tous et qui profitent à tous. C’est l’énergie et le pouvoir de Jupiter qui en est le maître incontestable et incontesté. Pour les Anciens, les institutions religieuses et politiques se confondaient pour veiller à l’organisation légitime de la société (Eunomia, une autre fille de Zeus et Thémis qui incarne l’ordre bien réglé, la bonne législation, la justice, et l’équité). Plus que jamais, encore de nos jours et surtout de nos jours, la diké jupitérienne exige de chacun l’attention et le respect du droit d’autrui pour garantir sagesse et harmonie aux seins de nos sociétés multi-ethniques. Personne ne peut plus ravir le pouvoir suprême, emblème légitime de Jupiter du début du processus de civilisation, et pourtant combien sommes-nous à être persuadés, convaincus, d’être le ou les uniques détenteurs du « bon droit et de la seule vérité » ?
La maître Jupiter dans un thème est le point où s’incarne l’enthousiasme et la faveur à défendre ce que l’on croit être juste. C’est le lieu qui invite à méditer sur l’équilibre et la modération qui doivent accompagner l’ivresse afin de ne pas tomber dans l’écueil du dogmatisme outrancier, du fanatisme et l’intransigeance qui envahissent la part sombre du tout puissant Roi des Dieux et des Hommes.

L’excès en tout nuit…
Surtout de nuit !

Sagesse Céleste

Jupiter ou l’expression de l’Expansion

Jupiter est l’énergie majeure de la foi et de la puissance de croissance qui permet de déplacer les montagnes, n’a-t-il pas renversé et détrôné son père Cronos qui, réduit à la condition de simple mortel, vint se réfugier en Italie, dans le Latium, dans les montagnes ?
Jupiter est la fonction qui nous permet de nous remplir d’entrain, d’ardeur et de ferveur pour créer tous les moyens de dépasser les limites et explorer de nouveaux territoires, qu’ils soient physiques, psychologiques ou spirituels. Au niveau social, Jupiter est l’élan, l’émulation débordante qui est nécessaire à toute tentative d’élaborer un modèle de société dite de qualité, respectueuse et d’y instaurer et maintenir une vibration d’expansion. Jupiter, doté de métis et sa compétence de création inventive, permet de transformer nos visions en réalités personnelles et collectives, il est cette capacité à créer un environnement qui élève l’âme (n’est-il pas l’Âme de la Terre ?) et l’esprit au dessus des soucis purement terre à terre de survie.
L’éducation universitaire, la quête philosophique, la politique, les voyages, la culture, les échanges internationaux, l’élaboration des lois avec la paix et la prospérité qui en découlent, sont les bases saines et fondamentales pour bâtir une société visant à l’épanouissement matériel, intellectuel et spirituel des personnes, de la communauté et des nations. La flamme jupitérienne est une invitation à l’expansion de l’horizon dans tous les domaines.
L’ombre de Jupiter est l’excès de ses qualités. Son principe d’expansion et son amour de la liberté s’accordent avec une soif immodérée d’étendre des champs d’action qui ne supportent aucune limite. Sur le plan physique, cela s’exprime avec la gourmandise, l’obésité, l’alcoolisme, les maladies du foie, le diabète ; sur le plan mental, on est dans les fanfaronnades, la logorrhée (écoulement de paroles, figure de style utilisée dans le théâtre de l’absurde), les exagérations de toutes sortes, des attitudes de bonimenteur, le complexe du professeur qui sait tout ou du « gourou » qui assène ses vérités comme des faits. On est aussi dans le domaine d’un manque de réalisme ou, plus enfantin, de naïveté excessive qui tend le jupitérien à promettre plus qu’il ne peut honorer et assumer.
Au niveau sociétal, cette dérive se mesure avec le gaspillage typique du consumérisme déployé et qui de nos jours une des retombées destructives liées aux excès de richesses non partagées. Une prise de conscience de la dilapidation des ressources permettrait de rétablir l’équilibre et l’harmonie entre l’Homme et la nature. Alors , évoquer avec cœur et grandeur la « sobriété » propre à Saturne aide à faire pendant aux débordement de Jupiter.

L’initiation à la modération est source de joie,
Car elle rend plus accessible la satisfaction
Abolissant la frustration qui produit
« Le toujours plus… »

Pierre Rabhi

Jupiter ou le Don de trouver sans chercher

Le mythe raconte que le tout jeune Zeus jouant innocemment avec la chèvre qui le nourrissait de son lait, brisa une de ses cornes et en fit tout naturellement présent à Amalthée, sa nourrice. En contemplant la joie générée de la jeune nymphe en recevant le premier cadeau qu’il faisait, Zeus découvrit le plaisir divin de donner sans aucune attente d’avoir un retour. Tout heureuse de cette offrande, Amalthée se servit de la corne comme panier et alla cueillir fruits et baies sauvages dans les bois et ne revint jamais bredouille. La corne d’abondance offre toujours ses fruits à ceux qui n’attendent rien et font confiance à la bonté divine. Elle conseille aussi de prélever une partie des fruits reçus pour les partager avec les moins chanceux en signe de gratitude et de remerciement.
Ainsi par la grâce de Jupiter, il suffit d’ouvrir en confiance les bras pour accueillir faveur et largesse que la vie nous alloue sans l’avoir chercher.
La sérendipité (art ou la capacité de faire la découverte fortuite de résultats que l’on ne cherchait pas) jupitérienne est l’antithèse de l’effort saturnien ; ceci dit, elle demande la capacité subtile d’être prêt à recevoir et savourer les gratifications qui nous tombent du ciel. Jupiter qui avala Métis (son épouse) suggère de rester vigilant afin de saisir sa chance quand elle se présente. L’attention et un certain détachement sont les 2 épices nécessaires pour bénéficier des faveurs de la vie qu’elle nous réserve au détour du chemin. L’Être Humain reste tellement absorbé et préoccupé à poursuivre un but précis, à essayer de maîtriser sa destinée, qu’il passe à côté d’opportunités qui lui sont naturellement envoyés par la providence. A force de chercher, il regarde dans la mauvaise direction, actionnant son énergie pour des douteux combats, le train de la chance et de l’abondance passe devant lui et il préfère rester sur le quai s’agitant à des affaires illusoires de réussite.
La position de Jupiter, la fougue inspirante, dans le ciel natal, permet de songer à la façon d’apprécier et de recevoir la puissance de l’imprévisible et d’en contempler les bienfaits et les bénédictions universelles.

En sanskrit, Jupiter porte le nom de Guru ou celui « qui montre le chemin de l’unification », parce qu’il est lui-même unifié. Jupiter est incontestablement le « souffle enivrant » de nos vies, il est celui qui nous relie à l’Etoile et notre nature libre. Il est le pont entre le créé et l’incréé, entre l’humain et le divin. Jupiter-Sagittaire est l’Archer, l’arc-en-ciel étant la manifestation visible de ce pont entre le ciel et la terre, l’Arche comme symbole de l’alliance entre Dieu et son peuple.
Jupiter est tour à tour le symbole de l’autorité légitime, le sauveur « des limites de Cronos » en destituant son père de son pouvoir, l’enfant béni des Dieux, la quête de l’ailleurs, le sens de la communauté, l’initiateur du particulier à l’universel, l’enseignant spirituel de l’expérience humaine, le guide du « fil du sens au cœur des heures et des jours », la synchronicité permanente entre le Ciel et la Terre. Jupiter nous rend joyeux et aimant, n’hésitons pas à invoquer avec abondance ce pater jovial, généreux et bienveillant.

Namaste


13 réflexions sur “Jupiter : l’Archétype de l’Optimisme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s