Le Saule : Symbole d’Immortalité

Transmettre la vie
C’est admettre l’immortalité

Sagesse Céleste

Le saule bénéficie d’une symbolique positive en Orient, où il représente l’immortalité, l’éternité et la spiritualité. Son bois est, pour cette raison, utilisé dans la confection des statues, colonnes ou éléments de l’architecture sacrée.
Le saule représente parfois le Bodhisattva Avalokiteshvara, considéré comme dispensant la fécondité. Ce en quoi il ne se distingue pas de sa forme féminine chinoise : Kouan-yin.

En Occident, il procède en revanche d’une signification mélancolique, inspirée par ses branches qui tombent vers le sol. « Arbre qui pleure », ou « le saule pleureur », est l’expression de la tristesse ou de la dépression. Les allées des « Enfers grecs » sont d’ailleurs bordées de saules et de peupliers, arbres qui recouvrent un sens similaire et qui sont assimilées au deuil.

L’arbre des lamentations : L’expression « saule pleureur » serait issue des premiers versets du Psaume CXXXVII. Ils décrivent les conditions difficiles des Hébreux en exil : « Nous sommes assis sur le bord des fleuves de Babylone, et là nous avons pleuré en nous souvenant de Sion. Nous avons suspendu nos harpes aux saules qui sont au milieu de Babylone. »

L’arbre de la chasteté : Néanmoins, les premiers chrétiens ne voyaient pas dans cette suspension des harpes des Hébreux aux saules, un refus de jouer de la musique, mais plutôt un signe de chasteté. En effet, Arius écrivait au début du 4e siècle : « Les âmes sans tache ont suspendu leur corps aux branches de la chasteté. Le saule est le type même de la chasteté, car, si l’on boit l’eau dans laquelle ont été trempées les fleurs du saule, les désirs sensuels en nous s’éteignent, rendant sans effet toute disposition à l’engendrement d’enfants » (Thaleia, chap. 3).

Signification Onirique : Lorsqu’il rencontre l’image du saule pleureur, le praticien à l’écoute du rêve peut évacuer sans hésitation l’idée que ses branches tendues vers la Terre symbolisent un affaissement des énergies vitales, un découragement proche de la dépression. Le saule pleureur est l’un des arbres les plus imprégnés de nature féminine, l’un des symboles les plus aptes à porter la double représentation de l’anima et de la mère. L’analyste reconnaîtra, dans les longues et fines branches suspendues au-dessus de l’eau, comme une chevelure de sirène, l’une des images les plus sûres du renversement, c’est-à-dire de la disposition du patient à réhabiliter les opposés qu’il s’était interdit. Dans de très nombreux cas, les scènes de restructuration qui accompagnent le saule pleureur, se développent avec une telle puissance que la valeur dynamique du symbole ne peut pas passer inaperçue. Un regard exercé saura percevoir, à travers l’effervescence des images, les lignes d’un nouvel ordre psychologique qui s’organise autour d’une désagrégation des séquelles de l’œdipe.
Derrière le fin feuillage d’un saule pleureur, il y a toujours, pour le rêveur comme pour la rêveuse, un autre monde à atteindre : un monde invisible encore, affranchi des limites de temps et d’espace, un monde où les contingences œdipiennes, disparaissent, où les raisonnements justificateurs n’ont plus cours.

Mes chers amis, quand je mourrai,
Plantez un saule au cimetière ;
J’aime son feuillage éploré,
La pâleur m’en est douce et chère ;
Et son ombre sera légère
A la tombe où je dormirai.

Alfred de Musset

Namaste


Une réflexion sur “Le Saule : Symbole d’Immortalité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s