La Saga du Pèlerin ou l’Itinéraire du « Fou Egaré mais Libre » (4) : La Papesse

La Mère Archétypale

Archétype de la Non-Activité et de la Décantation
Verbe : Méditer, Observer, Attendre, Calmer, Mijoter, Laisser le temps à la poussière de se déposer

« La Gardienne de la Connaissance »
Introversion, Intuition, Gestation
Elément : Eau
Astre : Lune
Energie : Yin
La Papesse, symbole de la dualité, de valeur pure, de pureté totale, elle révèle en chacun de nous la partie intacte qui n’a jamais été touchée, ni blessée, ce témoin virginal que nous portons dans notre intériorité.

Nous apprenons qu’en nous approchant des créations de l’Âme Mère, nous sommes remplis d’elle.

Clarissa Pinkola Estés

L’image de couverture est une interprétation du Tarot de Marseille : le Tarot du Funambule

L’Image

Une femme portant la tiare reçoit la lumière spirituelle et tient sur ses genoux « le Livre de la Connaissance ». Elle est la « Femme des Origines », celle qui connaît les secrets de la vie et détient les réponses existentielles.
La Papesse est la 1ère femme des Arcanes Majeurs, elle semble « cloîtrée », assise à côté d’un œuf aussi blanc que son visage ovale. La Papesse couve, elle est doublement en gestation : de cet œuf et d’elle-même. L’enfermement dans le temple, couvent ou cloître, est symbolisé par le rideau qui pend du ciel et s’enroule vers l’intérieur, il évoque la fonction de la Papesse comme initiatrice, voire comme magicienne. Elle est fréquemment assimilée à de grandes figures mythiques : la Vierge Marie, immaculée conception vouée à porter Dieu en son sein, et la déesse Isis, la source magique de toute fécondité et de toute transformation.

*La tiare : Elle comporte 3 étages, exprimant le pouvoir de la Papesse sur les 3 plans du cosmos : céleste, terrestre et infernal. La tiare portée par la Papesse enrichit l’esprit et lui permet de rayonner sur les 3 mondes et tout ce qui s’y rattache. Ici, les 3 mondes s’incarnent par le biais de la tiare, richesse et trésor de l’humanité concentrée sur la tête de la Papesse : toutes les lois qui régissent l’univers, la Terre et le Ciel font partie de la connaissance innée de la Papesse. Grande dame du Tarot, mémoire immédiate, collective et universelle, puit sans fond, l’origine des origines, telle est la Papesse. Avec son aide, il est possible de traverser le miroir et de savoir enfin ce qui se cache derrière le voile des apparences. La vérité peut être révélée.
Sur sa coiffe, 4 pointes indiquent le Nord, le Sud, l’Est et l’Ouest ; située au centre des points cardinaux, sa connaissance est reliée à la matière, la prise de conscience s’effectue à travers le corps. Le dernier étage de la tiare sort légèrement du cadre indiquant sans doute que quelque chose s’échappe de la structure mais que ce quelque chose est visible. Il est essentiel de prendre conscience que tout n’est pas su et qu’il faut sans cesse apprendre pour comprendre.

*Le livre : La Papesse est vouée à l’étude et à la connaissance. De couleur chair, ce livre nous indique qu’elle étudie les lois de l’incarnation humaine. Il est la mémoire de la Terre, indestructible document du passé. Si la Papesse semble ignorer ce livre, c’est qu’elle en connaît chaque mot, chaque phrase, chaque ligne et qu’elle en représente l’essence même. L’énergie de la Papesse nous invite à tourner les pages de ce livre pour y découvrir de mystérieuses richesses.
Ce livre est unique, c’est le livre de l’Univers,  ses 17 lignes tracées indiquent le chemin de l’Etoile, l’accumulation de la Papesse a pour horizon l’action de l’Arcane 17.

*Le voile : La fonction du voile est de voiler ou de révéler. Il suggère l’impalpable, l’intangible, l’inexprimé et s’associe aux notions de pureté, de divin. Le secret de l’univers ne peut être révélé que par la connaissance des sciences occultes spirituelles. Lever le voile, c’est pénétrer dans ce monde subtil et insaisissable pour en extirper la vérité.
La Papesse est une forme spirituelle dans un monde matériel, elle incite à plus de curiosité, plus de réflexion mais aussi à plus de respect et de considération tous les « cadeaux terrestres ».

*Les 3 petites croix qui ornent sa poitrine signifient que bien que cloîtrée dans la matière, elle appartient au monde spirituel. Elle est l’esprit pur qui habite chacun de nous et nous appelle à communiquer avec la force divine incorruptible. Hors de l’action, en pleine réception accumulative, elle épure avec intransigeance tout ce qui pourrait faire barrage à la vibration de l’énergie divine.

Le Monde est sacré, le Monde « se crée » si « je sais »

La Papesse

Processus Initiatique
« Les clés du Livre de Thot »
« La Prophétie des Saintes Ecritures »

La Papesse et la détentrice du pouvoir ultime de l’humain : la partie divine de notre Être, le lien absolu entre le Soi et le sacré originel. Elle n’est ni de gauche, ni de droite, ni matérielle, ni immatérielle, ni physiquement masculine, ni physiquement féminine, elle est neutre, pure et vierge. Elle est le vide originel créateur de l’absolu. Elle attend que se verse quelque chose en elle pour le former et le mettre au monde. Elle a la connaissance ultime lui permettant d’accéder immédiatement aux pouvoirs les plus stupéfiants, mais elle exige d’atteindre une perfection de l’âme pour les révéler. Elle exige l’initiation par la méditation, le silence et la solitude pour révéler la connaissance pure. Quand l’initié remplit les conditions, elle livre les secrets au travers du ressenti du monde intérieur et de l’intuition. Elle ne se révèle jamais au travers du mental ni au travers d’un objet physique. Elle est le psychisme et plus particulièrement le vide entre les pensées. Elle n’est ni dans la durée, ni dans l’espace, mais plutôt dans l’éternel moment présent derrière toute manifestation. Initiatiquement, elle symbolise souvent la « méditation de type transcendantal » permettant d’accéder à sa nature véritable et indescriptible.

Sens Esotérique

(+) la couvaison, l’accumulation, la gestation, la préparation
(+) la partie virginale et divine portée par chaque être humain
(+) la fécondité, la préparation de la naissance
(+) la Foi
(+) les secrets de toutes les grandes questions existentielles et spirituelles
(+) la réceptivité absolue
(+) personnage féminin
(+) le mystère, l’appel du mystique et du divin en soi
(+) le divin en soi permettant le ressourcement, le pardon et la purification créatrice
(+) la sublimation
(+) les vibrations positives
(+) le silence, la solitude choisie, la méditation
(-) la passivité, la paresse, l’attente interminable, l’absence de concrétisation
(-) les vibrations négatives, l’isolement, la solitude pesante et subie

La Papesse et le Nombre 2

C’est avec le nombre 2 que s’exhalent toutes les variétés de dualité. Au niveau supérieur, il s’agit de la rivalité cosmique entre Dieu et le Diable. La racine du 2 divisé permet l’incarnation de toutes les divisions. En se dédoublant, l’unité offre la possibilité d’accéder à toutes sortes de formes du dualisme. Ce rythme binaire exprime autant de propositions antagonistes que gémellaires.

La Papesse et l’Astrologie

Incarnation de tous les mystères, la Papesse trouve sa correspondance dans les qualités et les défauts de la Lune. Sa compréhension émane de son ressenti et ne fait appel ni à l’analyse ni à la logique. Elle sait grâce à son intuition et non grâce à sa raison. Ces définitions pourraient également se rattacher au qualificatif du signe du Cancer dont l’élément est l’Eau. Ce signe insiste sur le passé, le souvenir et la mémoire.
De principe féminin, polarité opposée au principe masculin, elle en est le complémentaire. Pour certains Mystiques, il s’agit de l’expression la plus élevée de l’Amour, de l’Âme. Chez C.G.Jung, le féminin est appelé « anima » et symbolise l’inconscient. Le langage poétique magnifie et éternise la faculté féminine par le filtre de l’art.
L’élément de la Papesse est l’Eau, source de vie, régénératrice et purificatrice. L’Eau est, sur la Terre, facteur de fertilité et de fécondité. Comme pour tous les éléments, ces variations symboliques sont inhérentes aux traditions et aux cultures. Dans son livre, la Papesse est la gardienne des variations de l’Eau.

La Papesse et la Mythologie

Au-delà de la déesse égyptienne Isis, qui présidait le grand mystère lunaire, caché derrière le voile, il est possible d’associer la Papesse à une figure particulière : le « Sphinx ». Comme lui, elle connaît les questions et les réponses. D’ailleurs, la Papesse pose son regard au-dessus de son livre, comme si elle en connaissait tout le contenu. Cérès (Déméter), déesse romaine parfois nommée « Mère puissante » ou Puissante Mère (Magna Mater, Mater Maxima), rappelle la première association de la Papesse à Isis l’égyptienne.

« L’Univers est une immense Livre »

Mohiiddin Ibn Arabi

La lettre hébraïque : Beth

Maison, Matrice et Temple

La lettre hébraïque Beth est l’archétype de toutes les demeures, maison de Dieu, maison de l’Homme, demeure de l’univers, le sanctuaire, le temple céleste et la forme en tant que matrice. C’est particulièrement la demeure où l’Homme peut se transformer. La maison sert de différenciation, de limitation entre l’intérieur et l’extérieur.


Dans l’Arbre de Vie de la Kabbale, la lettre Beth qui est la 1ere lettre double, relie Khéter (la couronne, la manifestation primordiale) et Binah (la Grande Mère de tous les vivants, de l’Intelligence et de la Connaissance), l’Initié va à la rencontre d’une nouvelle réalité digne de tous les respects. Il se soumet à un processus naturel qui exige disponibilité afin de recevoir une essence renouvelée. L’Être est régi par des lois sous le sceau du secret, non diffusées à l’extérieur, afin de nourrir à l’intérieur sa richesse. Il se replie pour protéger le trésor, car il n’est pas prêt à partager. Les 1ers cadeaux de la vie ne sont pas encore perçus comme de précieuses instances. Le voile masque la réalité ultime comme un filtre afin d’atténuer la lumière trop intense. Si elle est prématurée, la vérité n’est pas bonne parole. L’énergie peut s’arrêter prématurément si l’Initié est très grisé par le pouvoir des amorces de la connaissance.

La Papesse et la lettre B

Deuxième lettre de l’alphabet, le B a pour origine un hiéroglyphe égyptien (comme le A mais aussi d’autres lettres). Tous les alphabets s’accordent pour attribuer la valeur du nombre 2. La Papesse ne peut se concevoir sans son livre : B comme biblos qui signifie « livre » en grec. Et la Bible n’est-elle pas l’un des grands livres de l’Humanité ? Le B peut aussi incarner Babylone, où tout se parlait et se comprenait avant l’effondrement de la Tour de Babel. L’intolérance, le fanatisme et le dogmatisme génère l’anathème, source d’ignorance et d’incompréhension.

La Papesse en Cartomancie
« Reserve dans les affaires de ce monde, sensibilité en un ordre plus élevé »

Les principes divinatoires régissant chaque Arcane peuvent être déduits de leur correspondance traditionnelle. La Papesse procède essentiellement d’un type féminin. Ce type est marqué par l’élément Eau. Elle est en correspondance avec Mercure et la Lune. Mercure pousse à chercher, à connaître ce qui se cache sous le voile des apparences, la Lune oriente cette recherche à travers les qualités de sensibilité, réceptivité et intuition. La Papesse est marquée de déférence, de dévotion et de soumission à une autorité supérieure, que celle-ci prenne forme humaine, spirituelle ou s’établisse en termes de lois directives de conduite. Ces qualités sont par conséquence l’humilité, l’obéissance et la fidélité, le plus souvent mises au service de l’étude, de la recherche d’une vérité que l’on devine et que l’on sent derrière le voile. Manifestée dans le silence et appréhendée par l’intuition, cette quête est orientée par la volonté de percevoir ce qui procède d’un courant plus élevé ; ceci par attirance naturelle, en l’absence de désir personnel, et grâce à la pureté et à la foi.
La Papesse décrit une personne appliquée, très sensible et réceptive à la moralité irréprochable et qui aime le recueillement. Discrète, elle sait se retirer au profit d’une œuvre, d’une puissance ou d’un principe lorsque les circonstances l’exigent. La capacité à prendre du recul, souvent pour mieux percevoir la clarté de l’Être intérieur, occupe une part importante de la signification divinatoire de l’Arcane.
Envisager de manière néfaste, la Papesse est un avertissement contre la timidité, la réserve excessive et l’inhibition qui freine la progression, teinte le caractère de réticence et d’austérité. La référence systématique en un dogme engendre le manque d’autonomie, que ce soit dans la sphère de l’action ou dans celle de la pensée. À trop vouloir respecter les conventions, le voile s’épaissit et l’on risque de demeurer superficiel.

l’Unité, le Bateleur est devenu Dualité, la Papesse

La Papesse est la « Connaissance » du Bateleur. À lui maintenant de rencontrer le féminin, féminin qui s’offre à lui et qu’il accueille. Avec l’incarnation du masculin et du féminin par le Bateleur et la Papesse, le Tarot s’ébauche. Dans ce monde binaire, rien ne peut se concevoir sans l’expression de ces 2 polarités. Les 2 principes sont uniques, indépendants et interdépendants. Ils sont inséparables. Connaître l’un, c’est déjà pressentir l’autre et envisager la possible d’une rencontre, quel qu’en soit le niveau.
Le Bateleur porte le Feu en dehors, extériorise son action quand la papesse porte l’Eau en son sein, elle intériorise par le Savoir, elle le couve. Dans les énergies de l’arcane, les valeurs subtiles et féminines prévalent sur les valeurs actives et masculines. L’intériorisation visible se situe au premier plan, l’extériorisation est cachée et apparaît au second plan.
Le Bateleur est debout, la Papesse est assise. Partir et attendre, agir et réfléchir, s’impliquer et s’appliquer, être actif et être passif, ce sont les mots-clés que portent le Bateleur pour l’action et la Papesse pour la non action.

Synthèse

La patience est indispensable à l’acquisition d’un savoir. La Papesse enseigne la valeur de la patience, du temps qu’il faut s’accorder pour assimiler ses acquis et redéfinir ses objectifs en toute quiétude. Une pause est indispensable pour se recentrer, se ressourcer et voir plus clair en soi. C’est l’étape du retour à soi-même, d’une intériorisation et d’une prospection très bénéfique. On apprend à préserver sa vie intérieure, à cultiver l’introversion et la sobriété et surtout à faire confiance à son intuition. La Papesse permet de lever les voiles de l’illusion dans laquelle on entretient ses pensées. Elle encourage à pratiquer la méditation et la relaxation. Elle invite à se relier au centre de son Être, où siège la sagesse instinctive et ainsi on peut continuer son chemin avec sérénité, lucidité et stabilité. L’étape de la Papesse est une période très profitable de croissance et de maturation.

La Papesse qui couve :
« J’ai fait alliance avec ce mystère que j’appelle Dieu. Depuis lors, je ne vois dans le monde matériel que Sa manifestation. Lorsque je contemple ma propre chair, j’y décèle l’énergie et la présence du Créateur. Je vis dans le monde de l’énergie divine. Je palpite avec toute la matière, je vibre au diapason de l’univers, avec le feu, les océans, les tempêtes, les étoiles, l’énergie de toute la création vient à moi.
Et cependant je suis un être vierge. Rien n’est rentré en moi que l’impensable Dieu, je ne connais pas l’impureté.
Je vous offre donc de me rejoindre avec ce qu’il y a de divin en vous. Si vous devenez comme moi, vous pourrez entrer en moi. Acceptez la splendeur virginale de votre Être, comprenez que rien est à vous, que vous ne possédez pas ce corps, ses désirs, ses émotions, ses pensées. Tout cela est à Lui , à l’Inconnu éternel et infini qui vous habite. Donnez vous à lui, Recevez le.
Je suis comme ces temples où l’on pratique l’exorcisme, où il faut ôter ses chaussures pour entrer, où l’on purifie l’air avec des encens, où on lave les croyants avec de l’eau bénite.
En union avec la puissance que je perçois dans tout, mes faiblesses et mes doutes s’évanouissent. J’habite mon corps comme un lieu sacré, je peux à chaque instant me donner la place qui me correspond. Je suis plongée dans mon œuvre et personne ne m’en fait dévier. On ne me distrait pas, nul ne peut m’égarer et m’éloigner de ce que je veux. Moi-même je n’ose rien, j’obéis à la volonté divine.
Je ne suis pas indulgente, je suis inflexible. Je ne détiens aucun secret car je suis vide. Je me donne à Dieu qui est le seul secret.

Alexandro Jodorowsky « La Voie du Tarot »

Namaste


10 réflexions sur “La Saga du Pèlerin ou l’Itinéraire du « Fou Egaré mais Libre » (4) : La Papesse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s