L’Anima et l’Animus selon C.G.jung

«Figures inconscientes de l’autre apparaissant dans les rêves, les mythes, les arts, les religions, cet autre se présentant avec les caractères du sexe opposé (ce que l’on définirait aujourd’hui comme du genre opposé) :
anima chez l’homme, animus chez la femme.
Ces 2 archétypes fondent la conception jungienne d’une bisexualité psychique.
Anima et Animus suscitent des représentations qui tendent à se personnifier comme on peut le voir par exemple dans les rêves où l‘anima et l’animus apparaissent sous les traits d’une femme ou d’un homme inconnu. Ils se manifestent aussi, d’une façon qui reste souvent inconsciente, par des projections qui induisent certains comportements et jettent le trouble dans les relations de l’homme et de la femme.»

Définition de l’Anima et de l’Animus dans le Dictionnaire Jung

L’anima, mot latin, est la représentation de l’âme en tant que souffle. Il s’oppose à l’animus, son contraire, qui lui symbolise l’esprit et la pensée. Ces 2 vocables sont indissociables puisqu’ils désignent une même réalité du psychisme humain. Tout en opposition, ils dévoilent 2 faces : d’une part, le féminin lié à l’anima, qui représente la sensibilité, la tendresse, les sentiments, la subtilité ; d’autre part, le masculin lié à l’animus qui incarne l’esprit, la volonté, l’autorité, la puissance et la combativité.
De ces caractérisations, C.G.Jung a établi que l’inconscient de chaque être se constituait de ces 2 polarités complémentaires. L’anima est la part féminine qui habite chaque homme, alors que l’animus est la part masculine qui habite chaque femme. Ces parties siègent et se tiennent dans des couches profondément enfouies de l’inconscient, ce qui en rend l’accès particulièrement difficile. L’anima comme l’animus trouve sa place entre moi et le monde intérieur alors que la persona se situe entre le moi et le monde extérieur.

La femme et son animus

La femme, en tant qu’incarnation du féminin, présente naturellement des valeurs de douceur, de tendresse et de réceptivité. C’est par le filtre de son animus qu’elle pourra commander, s’affirmer, avoir de l’autorité et de l’esprit. Jung décrit qu’une femme peut être « possédée » par son animus quand elle est tyrannisée par des idées violentes et agressives et que son mode d’expression s’appuie sur un verbal vindicatif.
L’animus est la manifestation du logos, soit l’émanation du mental et de l’intellect. L’animus vécu bénéfiquement permet donc à la femme de prendre des décisions, d’être autonome, d’assumer des concepts abstraits, rationnels et logique, de maîtriser ses émotions. En revanche, l’expression négative induit un profil de raison raisonnante encombrant l’esprit de valeurs sèches et dures, de convictions intransigeances et d’un sens critique acerbe et redoutable.

L’homme et son anima

L’homme, dans son incarnation masculine, dévoile spontanément ses valeurs de pouvoir, d’assurance, de direction de force. C’est par le filtre de son anima qu’il apprend à s’émouvoir, à être affectueux et tendre. Quand l’homme est « possédé » par son anima, il sera submergé par ses humeurs et ses marées émotionnelles. L’anima permet à l’homme de se vivre au féminin, d’en extérioriser toutes les tendances psychiques et psychologiques, qualités et défauts et de se relier à l’inconscient. Pour Jung, l’anima est une image de l’âme, non dans un sens religieux mais dans l’acceptation du fait qu’une partie subtile et différente de la personnalité existe et vit quelque part dans la psyché tout en faisant partie intégrante de celle-ci.
Si l’animus de la femme est en relation avec le logos, l’anima de l’homme est en contact avec l’Éros à savoir qu’elle s’exprime par les sentiments.
L’anima bien intégré offre alors la possibilité de se connecter à son intérieur et à son jardin secret, de pouvoir s’épancher, se confier et s’abandonner à ses émotions sans crainte. L’anima sur son versant maléfique s’exprime par une susceptibilité excessive, des sautes d’humeurs, un état dépressif ou une attitude affective dépendante et infantile.

L’anima et l’animus sont 2 figures fondamentales de l’inconscient collectif mais leur projection est du domaine de l’inconscient personnel. Contactez l’anima et l’animus est une aventure particulièrement complexe qui requiert beaucoup de volonté et demande un véritable effort de conscience.
Comme l’anima et l’animus font tous les 2 partie de l’inconscient, leurs manifestations s’effectuent quelquefois sur un mode surprenant, déroutant ou même choquant. Dans l’attention portée à l’autre, du sexe opposé, il y a beaucoup à apprendre de soi-même, à savoir qu’on s’attache dans ses 1ères expériences à la féminité inconsciente pour un homme, à la masculinité inconsciente pour une femme, qui sont les nôtres et que l’on projette sur un individu particulier qui fait écho.
Lorsqu’un homme et une femme se rencontrent, ils sont forcément 4 : le masculin de l’homme porteur de la femme l’anima, face au féminin de la femme porteuse de l’animus.
L’harmonie des relations humaines, et particulièrement celle du couple, s’appuie sur cette coexistence croisée et quaternaire.

« Leurs complications et leurs enchevêtrements sont riches comme le monde et s’étendent sur le monde tout entier »

C.G.Jung qui parle de l’Anima et l’Animus
Article librement inspiré de l’ABC de la Psychologie Jungienne de Carole Sédillot

5 réflexions sur “L’Anima et l’Animus selon C.G.jung

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s