La Saga du Pèlerin ou l’Itinéraire du « Fou Egaré mais Libre et Abouti » (1)

Invitation au Voyage de la transcendance du Soi : Saut dans l’Inconnu

Le Tarot a été conçu par des gens qui étaient au contact du monde
et qui n’avaient pas besoin de l’expliquer.

Jean Carteret

Etymologie du mot « pélerin » : vient du latin peregrinus qui veut dire « étranger, celui qui est d’un autre pays ».
Le Tarot est un « Sentier Initiatique » qui mène vers la connaissance du Ciel et des Etoiles. Le Chemin de Compostelle (qui veut dire « le Champ des Etoiles ») parcouru par des millions de pèlerins comme un voyage spirituel chaque année, depuis la nuit des temps, est aussi un chemin qui amène à la connaissance de Soi. L’ordre des arcanes correspond à un itinéraire retraçant celui-ci, guidance vers la compréhension de l’Être profond et de l’essence véritable en chacun de nous. Il retrace la « psychologie des profondeurs ». Le Tarot est un enseignement par l’image, un enseignement de Sagesse destiné à transformer « l’Être en sage », un véhicule ésotérique qui obéit à la règle de la transmission orale. C’est une méthode de codage par les Symboles, les Nombres, les Formes, les Signes, l’Ecriture et les Couleurs. Les Arcanes Majeurs dessinent la voûte céleste, les arcanes mineurs la croûte terrestre.
Ainsi, le Tarot est la « faculté de voir par l’Esprit », la faculté de « s’émerveiller et de ré-enchanter notre monde. »

Le Chemin est un risque…

Ne demande jamais ton chemin à quelqu’un qui le connaît car tu pourrais t’égarer. Apprends à monter vers le ciel, mais apprend aussi à descendre au fond du gouffre. La montée est un déploiement vers le futur. La descente est une construction du temps. Apprends l’un et l’autre. Ensemble, ils racontent le Chemin.

Hubert Dufresne « Les Portes du Tarot »

L’initiation est un chemin, l’Initiation est un risque. La vie est un chemin, vivre est un risque. La mort est un passage, mourir est un risque. Le Tarot est un chemin, mais le Tarot ne désigne pas quel est ce chemin. Le Tarot a pour mission de « nous égarer », il est construit pour nous initier aux mystères, les mystères de la vie, les mystères de la connaissance et de l’amour. S’égarer ne veut pas dire se perdre, cela signifie s’écarter du bon chemin ou du droit chemin, s’écarter du bon sens. Ce serait en quelque sorte sortir des « sentiers battus ». La rencontre avec le Tarot est une opportunité « à rêver ». Rêver sa vie c’est l’imaginer, imaginer tous les possibles de la vie, c’est s’autoriser à devenir le « créateur de sa vie ». Être créateur, c’est donner du sens.
La vie n’a pas de sens, elle s’en illumine que si on lui en donne. Elle n’a pas de sens défini à l’avance, elle prend des sens multiples, un sens qui change, qui évolue et qui s’enrichit constamment de la vie vécue. Accepter de « s’égarer » c’est donc  « sortir des sentiers battus ». Accepter d’entrer dans le jeu (le « je ») des 22 Arcanes Majeurs du Tarot, de chausser les chaussures et le bâton rouges (rouge couleur de l’action) du Mat, l’Arcane sans Nombre, l’Arcane du Vide et du Chaos, l’éternel voyageur qui chemine dans le monde sans appartenance, ni nationalité, le pèlerin qui se rend dans un lieu saint, détaché de tout besoin, de tout complexe, de tout jugement, en marge de tout interdit ; c’est accepter de « sauter dans l’inconnu ». Le Mat est un personnage libre et musical, son costume est orné de grelots, il joue la musique des sphères, l’harmonie cosmique.
Le Mat dit : « Tous les chemins sont mon chemin ».

Désirer s’écarter du bon sens n’est pas se perdre, c’est prendre de la distance avec une idéologie. Celui qui rêve sa vie, qui cherche à l’enrichir de sens multiple, doit élaborer « un esprit sérieux » sans se prendre au sérieux, l’idée serait de laisser « errer son esprit », oser libérer son imagination, se permettre de rêver. Le Tarot est alors « une machine » à rêver. Il agit comme un moteur, il apporte l’énergie créative, c’est une « machine poétique ». Comment s’égarer sans se perdre, s’écarter d’une idéologie sans retomber dans une autre ?
La géométrie du Tarot construit un Temple. Le monde n’a pas de sens, il est vide, vide de sens pour être habité du sens que l’homme lui donne. L’enjeu du Tarot réside dans le jeu de ces interprétations sans cesse renouvelées, interprétations qui se croisent et s’entrecroisent pour former de nouvelles histoires, de nouveaux textes. L’Homme est un être qui grandit, qui se construit avec et par le langage. Toute ordonnance du verbe est un Temple : ouvrir les portes du Temple, ouvrir les portes du Tarot, c’est ouvrir la porte du langage mais pas seulement… Le Tarot est un livre d’images, les Arcanes se jouent d’interprétations et de dissimulations, ils invitent à nourrir notre imaginaire de fabuleuses histoires ou de mythes nous donnant accès à l’universel, ils servent à dévoiler nos secrets, ils font une mise à jour d’une connaissance intuitive, c’est la représentation du sens.
Le corps est un Temple, lieu habité par le langage, qui est alors producteur de sens. L’interprétation engage la liberté de l’Homme et sa liberté engage sa responsabilité.

Se Perdre dans l’écriture de l’image, le Tarot, s’est se perdre dans le vagabondage de sa conscience en conscience.

La vie se présente comme un bon moyen de vivre

Marx

Le Tarot : un Sentier vers Sirius

Le Tarot est un pèlerinage, une quête, un sentier, une voie.
Les Arcanes Majeurs sont au nombre de 22, 21 + 1, soit 3 × 7 = 21 avec l’Arcane sans Nombre, le Mat qui est à part. Il est le guide libre et détaché sur le sentier de la conscience. Les 21 Arcanes Majeures numérotés sont les 21 stations, ou étapes, de ce pèlerinage, le sentier commence avec le Bateleur et finit avec le Monde. Le Mat avance et regarde les étoiles…
Le chemin se clôture avec la lame du Monde avec la Croix Fixe des signes constitué du Taureau, du Lion, du Scorpion et du Verseau. Le sentier sous les pieds du marcheur, le Mat, est bleu comme le ciel, ce cheminement est soutenu par les vibrations du ciel qui s’y reflète. Suivre la voie de Sirius, c’est suivre la « vraie source » d’énergie de notre Soleil, les Ecoles du Mystères disent que Sirius est le Soleil derrière le Soleil. Sirius serait le « conservateur » de la vie spirituelle et la « vraie lumière », cette étoile est associée au divin.
La philosophie qui se dégage du Tarot est que l’existence humaine est une initiation, chaque Arcane Majeur en est une étape essentielle. L’ordre dans lequel ils apparaissent retrace l’histoire de l’évolution de la personne vers la réalisation de soi.
2 phases initiatiques divisent le jeu en 2 parties :
*les 11 premiers Arcanes symbolisent l’enseignement solaire, actif, théorique et fondé sur la volonté
*les 11 derniers décrivent l’enseignement lunaire, passif, mystique et fondé sur la réceptivité.

Si le Tarot m’était conté…

1/ Le Bateleur : Début de l’Initiation
Archétype de l’Activation du Potentiel de toutes choses.
Il est le « jeune apprenti » qui va à la rencontre de chacune des figures du Tarot pour vivre « l’accomplissement de son être véritable », soit « se connaître lui-même » et « devenir ce qu’il est ». Il est le débutant partant à la découverte de lui-même, l’alchimiste qui décide d’entreprendre le « Grand Œuvre », le novice au commencement de son initiation spirituelle.
En psychologie des profondeurs : le Bateleur est le jeune potentiel motivé par le feu de l’action, la soif de savoir. Il marque le début du processus d’individuation.

2/ La Papesse : Intuition
Archétype de l’Inactivité et de la Décantation.
Au commencement, le Bateleur doit plonger en lui-même et se mettre à l’écoute de sa sagesse intuitive. La connaissance intuitive ne doit pas être confondue avec le savoir. L’apprenti rencontre la figure de la Papesse, la « gardienne de la connaissance », qui ne révèle ses secrets que si on effectue une descente dans les mystères de son Être en pratiquant le silence intérieur. Il apprend, à cette étape, à utiliser son instinct et non plus son mental. La Papesse lui indique le but du chemin sur lequel il s’engage. Cette vision du but permettra à l’Être en construction de garder confiance à chacune des étapes malgré les épreuves. La Papesse annonce le passage obligé dans l’inconnu, que ce soit par des révélations ou par une exploration de l’inconscient.
En psychologie des profondeurs : la Papesse symbolise la mère archétypale.

3/ L’Impératrice : Intelligence Créative
Archétype de la Cérébralité.
La Papesse est la maturation souterraine, l’Impératrice est la phase de mentalisation des formes et des images qui sont issues du subconscient. Elle incarne le monde des idées et de la réflexion. Cet arcane décrit la femme dynamisée par le principe créateur, la source intérieure d’inspiration se matérialisant dans la pensée. La gestation portée à l’étape de la Papesse aboutit à la naissance dans l’intellect de projets concrets. Le Bateleur apprend avec cette figure à prendre du recul et de la hauteur à travers la compréhension intellectuelle. Il devient plus lucide et sa créativité commence à se déployer grâce a une communication fluide entre son inconscient et son conscient. Ces intuitions profondes remontent à la surface et sa vivacité d’esprit s’accroît. Il prend connaissance de tous les aspects de la féminité qu’il porte en lui.
En psychologie des profondeurs : l’Impératrice est l’anima.

4/ L’Empereur : Concrétisation
Archétype de la Construction et de la Réalité.
L’empereur, figure masculine de l’autorité et de la stabilité, pousse le Bateleur à passer à l’acte, à se confronter au monde physique et à développer son pouvoir d’action. À cette étape, il peut se lancer dans le grand champ de bataille de la vie, armé de sa connaissance, de son courage et de sa persévérance. Il est de son ressort de prendre possession de tous ses moyens, d’avoir conscience de toutes ces possibilités de concrétisation et de son potentiel de réalisation. Il se structure, il se stabilise et maîtrise sa vie matérielle il se bat pour mener ses projets à leur terme. Avec la figure de l’Empereur, il prend connaissance de tous les aspects du masculin en lui.
En psychologie des profondeurs : l’Empereur est l’animus.

5/ Le Pape : Sagesse
Archétype de l’Orientation et de l’Elévation.
Le Pape, figure bienveillante et sage, enseigne au Bateleur le pouvoir de la conscience lucide qui permet de saisir l’essence des choses dans leur globalité. Il apprend à se détacher des affects et des idées préconçues pour porter un regard objectif et sans jugement sur lui-même et sur les autres. Il peut ainsi prendre connaissance des contradictions qu’il porte en lui. A cette étape, il apprend à intégrer la dimension spirituelle de son Être et à accomplir ses actions en harmonie avec l’Univers, il écoute les énergies qui l’entourent, il prend compte de son intuition et de sa profonde sagesse. Son enseignement lui signifie que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Le Pape lui indique la voie de la compréhension, de la compassion et du pardon.
En psychologie des profondeurs : le Pape est le père archétypal.

6/ L’Amoureux : Choix
Archétype du Désir et de la Multiplicité.
À cette étape, le Bateleur subit l’épreuve du choix et mesure ainsi sa dualité. Il doit être attentif à ce que lui dicte sa vérité intérieure et se mettre à l’écoute de la voix de son âme. Il apprend à écouter ses sentiments réels qui sont voilés par ses croyances, ses représentations et ses projections. Il est temps pour lui de se relier au centre de son Être pour connaître ce qui l’anime au-delà de ces conditionnements et des diverses influences qu’il subit et nourrit. L’Amoureux invite le Bateleur au silence intérieur afin de soulever le voile généré par le mental et regarder sa véritable image dans le miroir de son cœur.
En psychologie des profondeurs : l’Amoureux est la tension des opposés.

7/ Le Chariot : Autonomie
Archétype de la Progression.
Le Bateleur a surmonté l’épreuve du choix et il a intégré ses opposés. Il a conquis son indépendance, il peut assumer ses responsabilités mais il doit encore apprendre à maîtriser son véhicule, son corps physique et psychique. Il observe ses contradictions et il apprend à les concilier, il lui faut maintenir l’équilibre entre ces forces opposées : d’une part, les interventions pacifiques et altruistes ; d’autre part, les pulsions et les ambitions individualistes. A cette étape, il harmonise et stimule mutuellement ces 2 tendances, l’apprenti peut arriver à avancer avec assurance et préserver son autonomie.
En psychologie des profondeurs : le Chariot est la conciliation des opposés.

8/ La Justice : Examen de Conscience
Archétype de l’Equilibre et de l’Ordre.
Avec la Justice, le Bateleur se retrouve face à lui-même et à ses actions qu’il juge à la lumière de sa propre éthique. Ces actes sont-ils en accord avec ses conditions et ses théories ?
Cette étape le place dans une situation où il doit prendre une décision après avoir pesé le pour et le contre, ce qui l’oblige à faire un bilan. Il se retrouve dans une épreuve similaire à celle de l’Amoureux, qui lui induisait de faire un choix en écoutant son cœur, alors que la Justice lui propose de faire un choix en écoutant sa conscience morale. Il apprend à préserver son équilibre en faisant preuve d’autodiscipline, de rigueur et d’intégrité.
En psychologie des profondeurs : la Justice est le juge intérieur.

9/ L’Hermite : Introspection
Archétype du Temps et de la Sagesse.
L’Hermite, figure d’un homme mûr qui a su établir en lui l’harmonie et qui avance lentement mais sûrement en éclairant son chemin à la lumière de sa propre lanterne, initie le Bateleur à la sagesse. L’apprenti apprend la leçon de cet arcane : diriger son esprit vers l’intérieur par une expérience solitaire dans le détachement et la sagesse intuitive. Pour franchir cette étape, il faut faire preuve de confiance en lui et de persévérance. L’Hermitte lui enseigne la valeur du temps et de la patience. Le Bateleur découvre que c’est une erreur de chercher la lumière à l’extérieur car les guides et les sages ne peuvent pas lui apporter, ils peuvent uniquement l’aider à la trouver en lui-même.
En psychologie des profondeurs : l’Hermite est le guide intérieur.

10/ La Roue de Fortune : Mouvement
Archétype du Karma et du Mouvement Perpétuel.
Le Bateleur fait l’expérience des aléas du sort. Après la lenteur imposée par l’Hermite, l’inattendu fait basculer son destin pour remettre son énergie en route et lui donner une nouvelle direction. L’apprenti doit accepter cette situation et se soumettre à la volonté supérieure qui régit la vie et les faits, tout en lui indiquant que rien n’est permanent. À cette étape, il apprend à se mettre en harmonie avec le flux de la vie en prenant conscience de ses cycles. La Roue de Fortune lui enseigne à reconnaître les schémas qui se reproduisent dans sa vie et qui proviennent de ses expériences passées ou de l’influence de son éducation. La pertinente de cet arcane se manifeste avec cette citation de C. G. Jung : « quand une situation intérieure n’est pas amenée à la conscience, elle se manifeste à l’extérieur sous forme de destin ».
En psychologie des profondeurs : La Roue de Fortune est le Karma.

11/ La Force : Force Morale
Archétype de la Maîtrise et de la Réalisation.
Le Bateleur est ici confronté à ses énergies instinctives et à la force qui lui permet de les canaliser. La Force en jeu est la force de l’intelligence, de la conscience morale et du courage et non une force brutale et répressive. Cette étape lui enseigne la différence entre ces instincts positifs qui le protègent des dangers et le guide sur le bon chemin, et ses instincts destructeurs tels que l’avidité, la possessivité et la domination. L’apprenti doit savoir utiliser les contenus sauvages de son inconscient sans les refouler ni les réprimer, il doit accepter ses passions et ses pulsions et les dompter grâce au pouvoir de son esprit et de sa volonté. Il prend conscience de la manière dont s’expriment sa sexualité et il apprend à vivre sans obsession ni dépendance.
En psychologie des profondeurs : la Force est la nature instinctive.

La première partie de l’apprentissage se termine avec l’Arcane de la Force. L’apprenti Bateleur a intégré les enseignements de l’initiation active fondée sur la raison et la volonté, il peut maintenant évoluer dans le monde extérieur avec assurance sagacité et autonomie. Il commence avec l’Arcane du Pendu, l’initiation passive, réceptive et mystique qui le conduira à la maîtrise de son univers intérieur.

12/ Le Pendu : Lâcher prise
Archétype de l’Attachement, du Renoncement et du Mysticisme.
À cette étape, s’instaure « l’initiation passive ». Le Bateleur se retrouve la tête en bas, il est pendu par son pied gauche. Par l’action de ce blocage, il est contraint à lâcher prise, à se rendre réceptif et à modifier son point de vue. Obligé à renoncer à ses aspirations personnelles, il se détache de son individualité lui permettant ainsi de se relier aux forces spirituelles et d’accéder à la face cachée de l’existence derrière l’illusion entretenue par l’ego. Il expérimente ainsi des états modifiés de conscience qui l’invitent à se mettre en contact avec l’invisible, avec tout ce qui a trait à l’inconnu et à l’irrationnel. C’est une phase de sacrifice et d’oubli de soi qui l’ouvre à une véritable écoute et lui fait découvrir la valeur de la compassion, du don désintéressé et du dévouement.
En psychologie des profondeurs : le Pendu est le démarrage de la transmutation.

13/ L’Arcane sans Nom : Transformation
Archétype de la Mort et de la Métamorphose.
Le Bateleur traverse la « mort initiatique » qui lui permettra de se transformer en profondeur. La faux de la mort tranche, élimine ce qui ne sert plus à rien et qui est devenu nocif pour sa croissance personnelle. Le démembrement qu’évoque l’image de l’arcane correspond à un démembrement symbolique ; cette épreuve permet une régénération complète de l’individu, lui demande de se débarrasser des vieux idéaux, schémas, convictions ou idées qui n’ont plus cours dans sa nouvelle vie. À cette étape, l’apprenti expérimente la dissection du Moi, il se plonge dans la confrontation avec les contenus primitifs de l’inconscient, de la séparation et du deuil. C’est une étape indispensable à une véritable métamorphose de la personnalité. Elle apprend que la mort n’est pas un arrêt mais une transformation en vue d’un nouveau commencement.
En psychologie des profondeurs : la Mort est l’Œuvre au Noir.

14/ La Tempérance : Régénération
Archétype du Renouvellement et de la Guérison
Le Bateleur vient de passer l’épreuve de la transformation par la « mort initiatique », il est maintenant en phase de guérison par l’action de l’eau curative de la Tempérance. Il est purifié et rencontre la paix et l’harmonie, il peut ainsi faire une pause, se recentrer et se relier à sa source intérieure de sérénité, ce lieu personnel qui ne peut être ni corrompu ni détruit.
Ses forces vives sont régénérées et il apprend à faire circuler son énergie vitale entre la sphère de l’intellect et de la raison représentée par le vase en or et la sphère émotionnelle et intuitive représentée par l’autre vase en argent. D’équilibrer la communication entre ces 2 aspects du psychisme lui offre le goût d’une profonde quiétude. Il apprend ici la modération, la patience, la mesure et la fluidité.
En psychologie des profondeurs : la Tempérance est le Médecin Intérieur.

15/ Le Diable : Tentation
Archétype des Pulsions primaires et de la Vitalité.
Le Bateleur vient de se purifier au contact de l’Ange de la Tempérance, il est maintenant face au Diable. Sa mise à l’épreuve est la tentation et le pouvoir, elle a pour but de lui révéler ses pulsions et ses aspirations nocives destructives. Le Diable a pour fonction de lui faire mettre en lumière ses instincts primaires et ses failles, c’est en cela qu’il est le « porteur de lumière », Lucifer, car, avec lui, l’apprenti pourra éclairer ses zones d’ombre, celles, qu’il a tendance à refouler, car elles ne sont pas conformes à sa morale ni à l’idéal qu’il a de lui-même. Ces contenus psychiques, qui sont de puissantes énergies, exercent sur lui emprise et tyrannie. Tant que l’apprenti ne fait pas un travail profond et inconfortable afin de les intégrer, il reste esclave de ces énergies. Par cette confrontation diabolique, il peut apprendre à en devenir maître, il peut ainsi acquérir un grand pouvoir personnel, c’est un moment crucial de son initiation. En chacun de nous, si nous nous ne rapprochons pas de l’ombre, nous ne pourrions pas prendre conscience de la lumière.
En psychologie des profondeurs : le Diable est l’Ombre.

16/ La Maison Dieu : Déstabilisation
Archétype du Dépassement et du Défi
Les ambitions égotiques portés par le Diable doivent s’effondrer pour que le Bateleur s’ouvre au chemin de son âme. La Maison Dieu, frappée par la foudre, rappelle le mythe de la tour de Babel : Dieu punit l’Homme qui, dans son aveuglement et son ignorance, se prend pour le centre du monde. Cette étape est un avertissement face aux illusions et aux projections générées par trop de prétention et de suffisance. L’apprenti expérimente sa juste place dans l’univers et prend au passage une leçon d’humilité. Il apprend à faire confiance à sa destinée qui lui demande d’accepter les lois qui, dès qu’il y a excès, se chargent de rétablir l’équilibre. Il doit prendre conscience qu’il n’y a pas de drame ni d’accident de la vie, mais seulement des enseignements. Ses habitudes et ses croyances sont balayés et il va devoir s’adapter, s’ouvrir un nouveau champ d’idées et modifier son approche de l’existence. Cette épreuve annonce d’importantes modifications dans sa façon de penser, un réveil à la réalité, un rappel à l’essentiel. L’orage, malgré son caractère brutal et imprévisible a pour effet de rééquilibrer et redynamiser la nature.
En psychologie des profondeurs : la Maison Dieu, image de la chute originelle, est la différenciation primordiale.

17/ L’Etoile : Espoir
Archétype du Rêve et du Futur.
Le Bateleur vient de subir la déstabilisation brutale de la Maison Dieu. C’est maintenant le temps de l’apaisement et du ressourcement avec l’Etoile. Elle redonne confiance à l’apprenti en lui montrant l’autre facette de l’existence, celle de la douceur, de la beauté, du mystère et du sacré. La voûte céleste qui nous sert de toit chaque nuit, semble nous dire que l’obscurité de l’incompréhension et de l’ignorance dans lequel nous évoluons n’est pas totalement noir ; en effet, il y a toujours de la lumière, de l’espoir, des possibilités d’illumination et d’émerveillement. L’Etoile permet à l’apprenti de s’ouvrir pleinement à l’expérience de la vie malgré les épreuves qu’elle lui impose, elle aide à s’incarner dans le monde physique et admirer les manifestations de la création. Il apprend à profiter de l’instant présent et à savourer les dons de la nature et le plaisir des sens. Il comprend qu’il est sur terre pour expérimenter et jouir de ses sensations et de ses perceptions, c’est un voyage dans lequel il avance à l’aveugle mais les étoiles sont là pour lui rappeler qu’il n’est pas abandonné, ni séparé du Tout, et qu’il y a un but même si ce but lui échappe.
En psychologie des profondeurs : l’Etoile est l’Œuvre au Blanc.

18/ La Lune : Dualité
Archétype de l’Obscurité, de l’Intériorisation et de la Gestation
Le Bateleur s’approche de la dernière épreuve de son cheminement. Avec la Lune, il plonge en lui-même, dans la nuit profonde de son inconscient au cœur de ces conditionnements. Cette introspection lui révèle les énergies toxiques qu’il lui reste à nettoyer en lui, les leurres et les souffrances que son mental entretient en tenant pour objectif ce qui n’est que subjectif. L’apprenti est face à sa dualité à partir de laquelle sa conscience a construit sa réalité. S’il comprend en profondeur son caractère trompeur, il en sera libéré. C’est le lieu où il doit se confronter à ses représentations avec le risque d’y perdre sa santé mentale, car toute sa construction du monde sera remise en question. Il fait face à un dilemme : conserver sa vision erronée mais rassurante ou perdre ses repères pour aller à la rencontre de l’inconnu. La Lune le met en contact avec la richesse de son univers intérieur, avec la source de son imaginaire, de ses rêves et de ses fantasmes. Il se doit de les intégrer pour en produire une force créatrice sans la confondre avec le réel.
En psychologie des profondeurs : la Lune est l’Inconscient.

19/ Le Soleil : Illumination
Archétype de la Lumière et de l’Amour Rayonnant.
Le Bateleur sort victorieux de l’épreuve douloureuse de la Lune, il a transcendé sa dualité et il est prêt à recevoir la lumière du Soleil qui recèle la réalité des choses. À cette étape, il acquiert lucidité, réconfort et la récompense qu’il mérite après son long voyage initiatique. Le couple de l’arcane représente l’union du yin et du yang, du principe féminin réceptif et du principe masculin actif. Les 2 pôles opposés de la psyché sont réunis et se donnent enfin la main. Illuminé par la clarté de la pleine conscience, l’apprenti goûte une grande harmonie et peut exprimer ses sentiments de fraternité, de compassion et d’amour. Il est maintenant capable de diffuser sa propre lumière sur l’extérieur, il rayonne et dispense sa clairvoyance, sa joie et son bonheur autour de lui.
En psychologie des profondeurs : le Soleil est l’Œuvre au Rouge, l’union des opposés.

20/ Le Jugement : Renaissance
Archétype de la Libération et d’une nouvelle Naissance.
Le Bateleur s’ouvre à l’Être nouveau qu’il est devenu. Il a digéré les enseignements de son initiation et il peut commencer une nouvelle existence. Il arrive au terme de son apprentissage, d’exaltantes et surprenantes perspectives s’offrent à lui au travers d’événements inattendus et réjouissants. Le Jugement est le souffle divin qui donne la vie, ranime et régénère. Cet arcane est porteur d’imprévu et de nouveauté car le propre de la création et d’être toujours inédite. L’Être nouveau, métamorphosé, sait à présent qui il est vraiment et il ne retombera plus dans les épreuves ni les erreurs du passé. Il a atteint un seuil au-delà duquel toute expérience à venir sera source d’émerveillement d’enrichissement. Par cette renaissance, il est maintenant un Être éveillé à lui-même et à l’essence des choses.
En psychologie des profondeurs : le Jugement est la Sublimation.

21/ Le Monde : Accomplissement
Archétype de l’Achèvement et du Perfectionnement Ultime.
Du mariage alchimique est né un 3ème Être, représenté par le personnage dénudé du Monde sous les traits de l’androgyne, symbole de la fusion entre le féminin et le masculin. Le Bateleur n’a plus d’effort à faire pour concilier ces 2 aspects de lui-même, il est les 2 à la fois dans une parfaite et sublime assimilation harmonieuse. Cet arcane marque l’aboutissement de sa quête. Il est devenu un individu intégré, complet, épanouie et initié. Sa perception de lui-même englobe à la fois le centre et la totalité de son Être. Relié à sa véritable nature et à l’essence du monde, il fait l’expérience de l’unité. Il se sait 1, tout en étant multiple. Il est maintenant libéré de l’illusion de la dualité et de la séparation entretenue par l’ego et il jouit d’une vision globale de l’existence. Il fait cohabiter harmonieusement dans sa conscience la matière et l’esprit, l’instinctif et le divin, l’intérieur et l’extérieur, le subjectif et l’objectif. Au contact du réel, il est capable de jouer de ses représentations car il en est à la fois ultra conscient et détaché. Mûr, autonome et indépendant, il a acquis la parfaite maîtrise de sa vie et va pouvoir devenir le créateur de sa propre réalité.
En psychologie des profondeurs : le Monde est le « Soi »

22/ Le Mat : l’Inconnu
Archétype du Vide, du Détachement.
Le Bateleur s’est métamorphosé en un « Être libre », détaché du jugement des autres, il ne se soucie pas de leur opinion sur lui et il fait ce qui lui semble bon pour lui-même. Il devient fou aux yeux du monde extérieur car les conventions et les schémas collectifs n’ont plus d’emprise sur lui. Cet arcane est sans numéro car le Mat ne peut être catégorisé, cerné ou mis dans une case. Il n’a pas de personnalité spécifique car il peut endosser toutes les personnalités. Il est une personnification du chamane qui paraît commettre des actes insensés tout en sachant très bien ce qu’il fait. Il contrôle sa propre folie car il a le pouvoir de jongler entre les diverses couches de la réalité, tout en restant lucide et conscient de lui-même. Le siège de sa conscience s’est déplacée, il n’est plus sous la domination de son ego et il parcourt le monde sans y être assujetti. Son inconscience et sa démence apparentes ne le sont que pour ceux qui ne comprennent pas le niveau où il se situe. Il échappe à toute dépendance et cette attitude perturbe les autres car il les pousse et les contraint à être face à eux-mêmes et prendre conscience de leurs propres chaînes. Sa liberté est totale et lui procure un mélange de maîtrise et d’innocence. Il va où il le souhaite sans peur et sans attente, car il a trouvé en lui-même la paix et l’harmonie. Même le chien de l’arcane qui mord son pantalon ne peut entraver sa marche car il avance sans crainte. Il expérimente toutes les possibilités de la manifestation avec l’exaltation d’un enfant et le discernement d’un homme abouti. Il se suffit à lui-même car il est son propre maître, son propre juge.
En psychologie des profondeurs : le Mat est la Fonction Transcendante.

Le chemin initiatique du Tarot s’achève et commence sur l’Arcane sans Nombre, le Mat qui annonce déjà un recommencement, une renaissance, une nouvelle vie. Le Mat est comme un enfant qui vient de naître, il sait qu’il ne sait rien, qu’il ne possède rien et qu’il est face à l’inconnu. Son esprit est neuf et il goûte une véritable plénitude et un amour inconditionnel de l’existence. Soutenu par une profonde réceptivité et par une immense sagesse, il continue à faire l’expérience de la vie en toute confiance, dans une disposition intérieure enjouée, innocente et sereine.

La Vie atteint sa plénitude à l’instant où les choses semblent avoir perdu leur signification.

Hermann Hesse

Le Tarot Initiatique a pour but, dans une croissance personnelle, de révéler l’emplacement d’un individu à l’intérieur de la toile de son univers personnel, univers qu’il a lui-même tissé. Ce processus permet de reprendre contact avec sa capacité de changer les choses et d’en créer de nouvelles. Il responsabilise face à sa situation de vie. Le Tarot, outil millénaire, s’exprime dans une philosophie réelle pour laquelle il a été créé. Il livrera peu à peu les secrets de votre âme qui y sont encodés, il fera de vous un « Initié » mais surtout un Être heureux et comblé.

Namaste

Cette fable est soutenue et inspirée par plusieurs livres que je vous partage afin de les découvrir dans leur essence, en effet je n’invente rien je fait juste du lien !
*Ombres et Lumières du Tarot Carole Sédillot
*La Voie du Tarot Alexandro Jodorowsky/Marianne Costa
*ABC du Tarot Analytique Suyin Lamour
*Créer son succès avec le Tarot Coaching Sébastien Michel
*Les Clés Esotériques du Tarot Truth
*L’alphabet hébreu et ses symboles Georges Lahy
*Kabale et Tarot Dominique Aucher

A découvrir : La quête, fable de la quête initiatique du Tarot


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s