La Saga du Pèlerin ou l’Itinéraire du « Fou Egaré mais Libre » (3) : le Bateleur

Le Jeune Potentiel : Commencer et Choisir

Archétype de l’Activation du Potentiel de toutes choses
Verbes : Commencer, Débuter, Agir, Bouger, Essayer, Utiliser son potentiel

« Le Mage du Cérémonial »
Motivation, Début, Nouveauté
Elément : Feu
Planète : Mercure
Energie Yang
Le Bateleur, allégorie de l’Unité, contient le tout.
Sans lui, cette unité ou réservoir, et celles qui suivent n’auraient pas de sens.

Quoique tu rêves d’entreprendre, commence le.
L’audace a du génie, du pouvoir et de la magie.

Goethe

L’image de couverture est une interprétation du Tarot de Marseille : le Tarot du Funambule

L’Image

Un jeune homme devant une table s’exerce à manier des objets symbolisant les 4 éléments : les Deniers pour la Terre (le matériel), le Bâton pour le Feu (l’action), la Coupe pour l’Eau (l’émotionnel), l’Epée pour l’Air (le mental). Il doit apprendre à utiliser et à maîtriser ses divers aspects de l’expérience humaine.
Incarnation du désir d’être, de devenir et d’advenir, le Bateleur est un magicien là où la magie, où « l’âme-agit ». L’initiation du jeune homme démarre afin de prendre conscience et confiance, reconnaître et discerner, sélectionner et trier ; tout cela demande de l’expérience, une expérience qui manque cruellement au Bateleur. Par contre il ose, il ose prendre le risque de l’aventure, il ose se lancer dans le voyage d’un bel apprentissage, d’un « apprenti sage ».
Le Bateleur, figure masculine (domaine du conscient et de l’esprit) est un androgyne qui travaille avec la lumière et l’ombre, jonglant de l’inconscient au supra conscient. Le Bateleur tient un bâton bleu actif dans sa main gauche cherchant à capter la force cosmique, il possède le pouvoir d’agir, de dominer et d’affirmer, tandis que sa main droite accueille un denier réceptif. Cette pièce jaune, soleil miniature, symbolise la perfection, la vérité, mais elle nous signale aussi qu’il n’oublie pas les nécessités quotidiennes.

*la Table : Symbole de travail (établi) basique, utile et fonctionnelle. On peut imaginer qu’elle sublime, sous forme plus élevée, l’Autel (Table de la Loi, Table d’Emeraude) de couleur chair (couleur de l’incarnation) sur lequel se trouve différents objets qui représentent, d’une part, les 4 éléments et, d’autre part, les 4 séries des arcanes mineurs.
On observe que cette table est constituée de 3 pieds, elle s’avère sans aucun doute instable et déséquilibrée. Il faut donc prendre garde qu’elle ne tombe pas. La recherche de l’équilibre en toute chose est un des défis proposé au Bateleur. On peut s’interroger sur le message du 4ème pied « non visible », on ne le voit pas mais ce n’est pas pour cela qu’il n’existe pas, se trouverait il hors de la carte ? Il est primordial de savoir aller au-delà des apparences, des idées reçues et de leur retentissement tangible. Il est intéressant de mettre en équivalence l’absence de ce 4ème pied avec ce qui apparaît dans de nombreux rituels traditionnels : la nécessité de conquérir le 4ème pilier invisible. D’une manière générale, la symbolique du pilier se rattache à celle de l’axe du monde. L’esprit ouvert à la quête de la 4ème dimension et le désir profond de réaliser font de l’homme un « Initié ». Il y a nécessité de passer au « 4 », nombre des éléments magiques et de la Terre, processus de descente de forces spirituelles sur le plan matériel.

*le 6ème doigt : On imagine une excroissance de couleur chair dans la main gauche, comme un 6ème doigt qui trouvera sa correspondance dans la 2è série décimale avec le 6ème orteil de la Force (la 11ème lame). Ce 6ème doigt attribue à la personnalité du Bateleur, sans doute, dextérité et habilité à organiser le réel selon son intelligence. Cela met en lumière le pouvoir d’illusionniste du Bateleur.

*le vêtement bariolé : Les diverses couleurs sont représentées en un assemblage désordonné et varié. Les potentialités existent, mais elles ne sont pas encore répertoriées. Il est nécessaire tout d’abord d’en prendre connaissance, avant de pouvoir et de savoir les utiliser. Les couleurs des vêtements des autres personnages s’agenceront d’une manière plus précise par la suite.

*le chapeau : Le chapeau est symboliquement associé à la couronne. Sur la tête, il indique la pensée, les idées, les concepts, l’esprit dans son sens le plus large. Le chapeau protège, il permet une identification en fonction des traditions et des cultures religieuses. Il s’avère être une marque de respect, qu’il soit porté ou non. La forme du chapeau du Bateleur s’apparente au signe de l’infini. Sans commencement ni fin, il incarne l’éternel retour, la vie sans cesse et à jamais recommencée. On remarque un cordon ombilical spirituel jaune suivant les courbes du chapeau, qui part du mental et s’ouvre pour aller rejoindre le ciel, en union avec l’univers. L’intense désir d’accomplir cette union est symbolisé par la bosse rouge du chapeau, son but étant d’immortaliser la conscience individuelle. Dans ses cheveux jaunes, symbole de son intelligence éclairée, des petites boules orange au nombre de 8 indiquent qu’il a la conscience de la perfection qu’il s’est fixé comme but à atteindre. On peut interpréter que le jeune homme a encore les idées de sa mère plein la tête, la lame 8 représentant alors la Justice, une figure maternelle.

*la ceinture : Elle est double. Si on la considère comme symbole de volonté, cela prédit que le Bateleur est capable d’exercer sa volonté sur son intellect (partie supérieure) mais aussi sur son animalité (partie inférieure). D’un autre côté, cette dualité indique qu’il n’a pas encore accompli la réalisation de son Être : tant qu’on est soumis au dialogue intérieur l’illumination, la vérité ne jaillit pas.

*la bourse et les dés : Le sac jaune est ici pour rassembler tous les outils dont le Bateleur a besoin pour son voyage (on observe cette besace aussi dans l’arcane du Mat, elle est de couleur chair). Sur la table, on découvre aussi 3 dés qui montrent chacun 3 faces 1, 2 et 4. Chaque dé donne donc la valeur du nombre 7 (1+2+4=7). Si on additionne les 3 dés, le résultat est le nombre 21, qui est la valeur la plus haute des Arcanes Majeurs avec le Monde. On pourrait donc en conclure que le Bateleur détient le pouvoir de chacune des prochaines lames qu’il aura à traverser jusqu’à la réalisation totale du monde. Sur la table figurent aussi les 4 Couleurs – un denier, un bâton, un couteau et une coupe – qui signalent que l’on peut arriver à la vérité en traversant l’illusion.

*le petit arbre jaune : Cet arbre entre ses pieds pourrait être le sexe de la mère nature qui a accouché de lui. Il descend d’une autre dimension et vient chercher son monde, son public, son champ d’action, son art, ses idées, ses amours et ses désirs. Il va satisfaire ses besoins, tricher, s’initier et tout simplement commencer à vivre.

*les éléments : Ils constituent la base de la construction psychologique et définissent les principes par lesquelles se manifeste la psyché. Ils représentent aussi des moyens d’accès à l’évolution spirituelle et des degrés permettant d’évaluer l’ascension initiatique.
Le Bâton (Feu) est le premier symbole du Bateleur, l’élément « lumineux » qui éclaire et illumine. Il est l’énergie primordiale, il est le point de départ pourvu de l’étincelle représentée par le Feu. Aucun mouvement ni action ne sont possibles sans lui. Le Feu dote le Bateleur d’une passion indispensable pour développer une qualité initiale : la volonté.
La Coupe (Eau) est un réceptacle, elle reçoit et contient l’eau, elle est figurée par les petits gobelets rouges posés sur la table. L’eau, élément qui incarne la vie psychique émotionnelle, ouvre sur le monde sensible et intuitif. Elle est le principe qui, par l’intermédiaire de la foi, mène à la spiritualité. L’action (Feu/Bâton) est le point de départ nécessaire à toute évolution. Cette action n’a de valeur que si elle est étayée par une psyché de qualité, qui débouche sur la vie spirituelle (Coupe/Eau).
L’Epée (Air), signifie que, pour s’élever, le Bateleur doit « tuer » l’ignorance qui sommeille en lui afin de devenir l’Initié qui, plus tard, « tuera » l’Initiateur. En vue de cet objectif, il a besoin de l’Air, élément grâce auquel chacun vit en ce monde tout en étant en dehors de lui. Il a aussi besoin de l’épée, avec lequel il peut « tuer ». C’est une arme à double tranchant : elle peut soit blesser, soit protéger. Les petits couteaux sur la table sont les ambassadeurs de cette symbolique. Voici donc un combat singulier qui, par le biais de l’épée, permet à l’esprit de pénétrer et de transmuer la matière.
Les Deniers (Terre), le Bateleur tient dans sa main droite un denier jaune, symbole conscient de la manifestation de la matière, il est le moyen de l’incarnation mais aussi son but : vivre la matière sans être ni esclave ni dépendant, vivre la matière sans en être prisonnier, vivre la matière comme un point d’appui indispensable à l’évolution. Maîtrisée et transcendée par l’action Feu, guidée par la Foi et à l’écoute du Cœur Eau et enfin dirigée par l’Esprit et le Verbe Air, la terre doit s’ancrer sur Terre.
Face à la route qui s’ouvre devant lui, riche et fertile, le Bateleur possède, par l’intermédiaire des 4 éléments, tout ce qui lui est nécessaire et indispensable. C’est dans l’ordonnance et l’équilibre de ces « 4 piliers élémentaires » que s’élabore le travail qui mène l’Être vers sa perfection et sa complétude. Détenir ces éléments sans les utiliser, c’est gaspiller et c’est se fermer les portes du monde. Il faut au Bateleur une volonté tendue vers le sommet pour éviter les pièges d’un univers illusoire et factice. Le Bateleur a Tout, mais il lui manque l’expérience. Il est le premier, avant lui se trouve le zéro, l’Arcane sans nombre, le non manifesté.

Processus Initiatique
« Je suis ton reflet, celui de ta quête à son commencement »

Sur le plan initiatique, c’est l’ouverture de la « Voie Royale », la voie de la construction intérieure et de la maîtrise spirituelle. La construction intérieure s’opère à mesure que les symboles sont mis en concurrence et assemblés. Le Bâton et les 3 objets sur la table de jeu sont, en effet, analogues à l’arcane lui-même et aux 7 séries des 3 lames qui le suivent. À partir de ce point, le Bateleur est simplement considéré comme l’opérateur qui contemple son propre fonctionnement subtil et interne à travers l’ensemble des correspondances auxquelles le Tarot donne lieu en excluant cette première lame. Le Bateleur devient donc l’étudiant de lui-même. Il porte l’énergie qui s’identifie au principe spirituel et central de l’Être, ceci grâce au Bâton qu’il tient en main et qui marque la complémentarité avec la Coupe, l’Epée et le Denier reposant sur la table. Les 3 armes magiques d’une part, la table de l’autre, symbolisent respectivement la psyché et les conditions matérielles. Le Bateleur est le « principe spirituel » devant se manifester et s’unir à l’âme incarnée pour atteindre la conscience terrestre des sens. Il est le « principe de l’initiation » et, en cela, il est soutenu et illustré dans l’ensemble du Tarot. Le Bateleur représente la matière qui n’a pas encore été transfigurée par les secrets de l’esprit. Il n’est qu’un instinct qui tend pourtant à l’évolution ultime. Il est l’alchimiste à son tout début. Il doit arriver à dominer la matière et l’amener à servir la volonté de son esprit. Il vit dans un monde illusoire et doit arriver en percer tous les mystères. Il vise la réunification divine. Il symbolise l’univers mécanique et désenchanté de la science moderne, mais il possède en lui l’élan vers la carte de la Papesse qui symbolise la vision spirituelle d’un univers plein de sens. Pour y arriver, il passera par les 4 éléments en vue de la réunification. Il veut retrouver le divin en lui. Il doit, pour cela, maîtriser la réalité des circonstances. Même s’il ne sait pas encore, il est la moitié masculine de l’androgyne divin et le but de son âme est de reconstituer cet androgyne perdu. Toutes les cartes du Tarot parleront de l’évolution de cette quête vers la divinité, vers le retour de la divin.

Le Bateleur dans l’univers jungien

« L’intuition est une perception des réalités inconnues du conscient, et tournée vers l’inconscient

C.G.Jung

Dans l’univers jungien, le Bateleur exprime la fonction intuitive. Cette fonction est celle du devenir. Le projet est là, il faut maintenant le mettre en œuvre. Ce champ de tous les possibles appartient à cet arcane disponible à l’aventure et toujours en liaison avec l’inconnu. La fonction intuition est considérée comme la plus ancienne dans l’histoire de l’humanité. C’est grâce à elle que l’humain se dégage de l’animal. Si le Bateleur est le 1er sur la route d’évolution, porteur du nombre 1, il est également le plus proche des origines. Il est à l’origine !
Le Bâton est son instrument, il symbolise la verticalité. L’outil est dans sa forme originelle (non transformée par l’homme comme l’épée) rugueux, brut et relié à la nature. C’est dans sa main gauche que le personnage tient une baguette bleue en relation avec le Bâton. Le Bateleur est un apprenti qui doit oser écouter son intuition, la taire aux indiscrets et aux curieux, vouloir l’élaborer et savoir lui donner une réalité. Le Bateleur est en route sur le « chemin de l’individuation », porteur de tous les éléments nécessaires et indispensables à ses réalisations. Si le Bateleur est la manifestation du Feu, énergie primordiale, il est également animé des 3 autres éléments. Ceux-ci sont présentés sur la table avec le gobelet (Eau) ainsi que les couteaux (Air). La Terre est figurée par l’écu jaune qu’il tient dans sa main droite. Le Bateleur à son destin en main, c’est à lui d’identifier son potentiel et de savoir l’utiliser. En écoutant sa voix intérieure il saura se diriger vers la voie qui est la sienne, unique et individuelle.

Sens Esotérique

(+) le point d’origine donnée la totalité du monde
(+) la création du réel selon ses besoins et son énergie
(+) l’initiation
(+) les possibilités et les potentialités, le germe de toutes choses
(+) l’activation de la loi d’attraction
(+) le début de la conscience qui mène à la voie sacrée
(+) le moment présent et tout ce qui recèle
(+) le premier pas
(+) la capacité de se réinventer et de tout réaliser
(+) le talent, les astuces, les actions, prendre une voie et avancer
(+) avoir tout ce qui est nécessaire pour démarrer
(-) se battre avec la matière plutôt que de la manier avec habilité
(-) le mensonge, la duperie, illusion, s’illusionner

Le Bateleur et le Nombre 1

La valeur numérique 1 représente la divinité contenant Tout et d’où Tout découle. C’est un centre qui est partout, indivisible et nécessaire d’une façon absolue, puisqu’il n’y a pas de nombre où l’unité ne se retrouve. Le 1 surgit du néant en maintenant son silence, il est la plénitude du vide du néant. À partir du mouvement de l’Un peut jaillir l’Univers. Le 1 symbolise tout ce qui peut se distinguer et se singulariser, la perception de l’unité, toutefois, n’est pas un concept figé, car elle se transforme en fonction de l’impression que son environnement a d’elle. L’Homme debout relie le haut et le bas, le symbole vertical renvoie à cette position de droiture. Le Bateleur a les pieds sur Terre et la tête près du Ciel. Il est intéressant de constater que le nombre 1 est le seul à se dessiner de la même manière dans presque toutes les langues. La quête de l’unité permet de neutraliser toute tentative de prolifération anarchique au profit de la valeur essentielle représentée par le centre. Le 1 est un principe vertical et un principe de verticalité.

Le Bateleur et l’Astrologie

Par sa mobilité, sa vivacité et son adresse, il est possible d’associer l’énergie du Bateleur à la planète Mercure, qui gouverne le signe des Gémeaux et qui s’exprime par le biais de l’élément Air. Ludique, doué, aisance du verbe et du geste, sont les qualités inhérentes à Mercure. Dispersion, gaspillage et instabilité ne sont pas ses moindres défauts. Le premier Arcane du Tarot est l’héritier de toutes ces valeurs qui font écho à la fougue et au désir du signe du Bélier.
Le Bateleur représente le principe masculin. Dans l’univers spirituel, il correspond au domaine du conscient et de l’esprit. Dans le monde de l’incarné, il est la polarité émettrice et dynamique. Il ne faut toutefois pas oublier que le masculin ne peut se concevoir sans le féminin, et vice versa. Le masculin-ciel et le féminin-terre engendre la totalité : l’Univers.
L’élément du Bateleur est l’élément Feu, des 4 éléments, le Feu est l’élément lumineux qui éclaire et illumine. Cette particularité brillante l’auréole d’une manière singulière et a anoblit son expression, tant sur le plan de l’action que de l’esprit. Le Bateleur est le « feu primordial », l’étincelle jaillissante.

Le Bateleur et la Mythologie

Le dieu Mercure, Hermès dans la mythologie grecque, grâce à ses sandales et à son casque ailés, a le pouvoir de se déplacer loin et rapidement dans tous les lieux du monde. C’est le « Messager » entre les Dieux et les Hommes. Son autre rôle est d’accompagner les âmes lors de leur descente aux enfers. Il est ainsi en relation avec le monde des morts et celui des vivants. Le Bateleur, première incarnation du Tarot, énergie qui pointe juste après le « non manifesté », se trouve lui aussi à la croisée de « l’avant » et de « l’après ».

La lettre hébraïque : Aleph

Unité et Vérité divine, Symbole du Néant Mystique et de l’Unité du Créateur et sa création

L’alphabet hébreu commence par un silence. En effet, Aleph n’a pas de son et se vocalise à l’aide d’une voyelle. Aleph pourra donc indifférent indifféremment se prononcer o, a, è, i, ou, seul le son que l’on fabrique pour la prononcer, rend cette lettre audible. Aleph est le symbole de l’unité, du principe et par cela de la puissance, de la continuité, de la stabilité, de l’équanimité. C’est aussi le centre spirituel d’où rayonne la pensée en établissant un lien entre les mondes supérieurs et inférieurs, le ciel et la terre. Il symbolise l’Homme universel, le genre humain dominateur de la création. Sa présence en puissance dans l’Être le rend apte à instruire en toutes choses. Aleph est la force équilibrante qui rappelle les oppositions de l’univers, actives ou inertes. Cette lettre unifie les mondes de l’avant et de l’après création, elle est un lien qui s’établit entre les individualités, ceci veut dire que toi et moi sommes « Un », attachés à la même origine bien que différents en aspect. Aleph symbolise également le firmament unissant les eaux supérieures et inférieures, et par extension l’atmosphère. Dans l’humain, il exprime le système respiratoire, la poitrine et le diaphragme. Il est aussi l’Être humain en tant qu’achèvement de la création, par laquelle l’étincelle divine s’est individualisée afin de perpétuer l’acte du créateur, pénétrer la matière, descendre se libérer des attaches corporelles en les transmutant par des épreuves afin de rejoindre le « Principe Unique ».

Dans l’Arbre de Vie de la Kabbale, la lettre Aleph est la 1ere lettre mère, tout est potentiellement présent en elle, comme l’Homme qui se met en marche intérieure et spirituelle avec l’enthousiasme de découverte des infinis. Le Bateleur incarne le premier principe d’avant la première énergie. C’est le sentier de Khéter (la couronne, la manifestation primordiale) à Chokmah (racine de toute vie issue des forces de la Nature pour transmettre énergie élémentaire).
L’être n’attend pas d’être complet pour commencer son chemin. Il possède tous les outils pour cela, certains lui sont familiers, d’autres lui sont encore inconnus. Il est mobilisé par l’enthousiasme et l’innocence. Son esprit est jeune, c’est-à-dire vierge de tout conditionnement. Il peut saisir le sens de la vie, sans rationaliser, sans intellectualiser, ni s’enfermer dans les aspects matériels de l’existence. L’inconscience, c’est la force de l’être, dans la mesure où elle lui autorise et encourage l’initiative et la créativité. Le Bateleur est aussi entreprenant qu’il est pur, sans être encore taché ; c’est l’Essence de l’Unité, l’Esprit.

Le Bateleur et la lettre A

Dans de nombreux alphabet, la lettre A est la première. Pour cette raison, elle est en relation permanente avec le nombre 1. Pour le tarologue, la forme triangulaire du A, insiste curieusement sur la forme de cette table à 3 pieds placée devant le Bateleur. A comme Âme : cette voyelle exprime le souffle initial. Le A est un Avantage dont il est important de se servir. C’est l’émergence de l’énergie offerte au premier arcane du Tarot, celle qui permet d’Avancer.

Le Bateleur en Cartomancie
« Confiance et Enthousiasme dans l’apprentissage »

En tant que premier Arcane, le Bateleur désigne un potentiel qui doit se manifester à travers une activité nouvelle. Les qualités de l’Arcane sont principalement la vivacité d’esprit, l’habilité, la curiosité, ce qui renvoie aux affinités de l’Arcane avec Mercure. Apparaissant au commencement d’une action positive et constructive, il encourage la prise d’initiative dans un élan enthousiaste et joyeux. Cette lame se pose en invitation à s’engager dans la nouveauté, sans hésitation avec confiance en soi et spontanéité. Conservant les attributs de la jeunesse, le tempérament est sympathique, dynamique et avenant, habillé d’une certaine agilité intellectuelle teintée d’une once de candeur, ce qui ne nuit en rien à la dextérité et au charme naturel. Ces attraits favorisent de surcroît l’état de séduction intervenant en début de relation, quelque soit la nature de celle-ci.
Sur son versant défavorable, le Bateleur fait figure de jongleur illusionniste maladroit, renversant ses instruments de travail. La ruse, le manque de sincérité voir le mensonge, viennent pallier la maladresse du à l’immaturité, à l’inexpérience mais surtout à une confiance en soi insuffisante.

Synthèse

Le Bateleur initie le début d’un nouveau cycle et invite à expérimenter d’autres facettes de l’existence. Cela correspond à une phase de créativité importante demandant de mettre la volonté au service de l’action. Les énergies poussent à mettre en œuvre des projets en faisant preuve de courage, de détermination, d’affirmation et apprendre la pleine mesure des capacités sans se mettre de barrières. Le Bateleur enseigne à accueillir la nouveauté, à ne pas rester figé sur d’anciennes valeurs qui n’apportent plus rien et surtout à ne pas craindre le changement. C’est une étape qui permet de restaurer la confiance, de prendre de l’assurance, d’aller de l’avant avec enthousiasme mais sans oublier qu’on a encore beaucoup à découvrir et assimiler. On apprend à communiquer en utilisant le charisme, le tact et les facultés de persuasion. C’est l’opportunité de devenir plus autonome et toutes les entreprises sont facilitées et favorisées.

Le Bateleur qui initie le « Je » :
« Je suis dans le présent. Le temps est venu de l’engager. Je suis séparé de ce qui m’entoure. Je suis conscient de la multiplicité effarante de tout ce qui est. Il faut se détacher de tout plan, de toute souffrance, de toute programmation. C’est ainsi qu’on arrive à la lumière de la conscience. Vous êtes là, ici et maintenant, avec tout votre potentiel.
Moi, le Bateleur, je prends place dans ce croisement de l’éternité et de l’infini que l’on appelle le présent. Je suis fidèle à tout ce que je suis : mon corps, mon intelligence, mon cœur, ma force créative. Ma table de chair a ses 3 pieds enracinés dans le sol, je m’ancre quelque part dans la diversité, et depuis ce point, j’agis. Parmi l’infini des possibles, j’en choisis un, mon denier doré, point de traction qui me mènera à la totalité.

Alexandro Jodorowsky « La Voie du Tarot »

Namaste


8 réflexions sur “La Saga du Pèlerin ou l’Itinéraire du « Fou Egaré mais Libre » (3) : le Bateleur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s