Mars dans la Mythologie Grecque

Le dieu Mars, assimilé à la planète rouge et à tout ce qui évoque cette couleur dans la lecture des présages et de la divination céleste, a fait du sang, du feu, des blessures, de la guerre et toutes les calamités qui en découlent, le domaine d’élection de cet archétype.
D’autre part, le rouge et la planète Mars sont universellement relié au principe de vie, à la libido, à la passion et aux pulsions sexuelles.
Le différence de prestige entre Arès, le dieu grec, et Mars, son équivalent romain, offre dés le départ plusieurs facettes d’un des archétypes les plus puissants et les plus impulsifs du panthéon gréco-romain.

Arès est le fils de Zeus et de Héra, même si Zeus n’est pas vraiment le père d’Arès. Le dieu de la guerre est en réalité le produit de la rage et de la vengeance d’Héra à l’égard de Zeus car il a eu l’insolence de faire sortir la déesse Athéna de sa tête, après avoir avalé Métis dont il se méfiait. Il partage donc ses fonctions de chef de guerre avec sa demi-sœur la déesse Athéna (Minerve pour les Romains), déesse de la stratégie militaire et de la sagesse, la protectrice d’Athènes, bien plus tacticienne que lui. Il est représenté avec ses attributs : vêtu d’une armure d’airain et la tête recouverte d’un casque rutilant ; il porte une épée ou un glaive et se protège avec un bouclier. Sa volonté est telle qu’il peut combattre à pied, massacrant tout sur son passage. Il n’est pourtant pas rare de le voir sur un char tiré par deux magnifiques étalons. Il combat aux côtés des Amazones qu’il aide dans leurs conquêtes de nouveaux territoires et qui le remercient en bâtissant de multiples temples en son honneur. Insatiable, il ne recule devant rien et part au combat sans procéder à un quelconque jugement ou justice. Il doit simplement se battre et tout détruire sur son passage. Il vit dans le sang et la fureur, il ne se laisse jamais amadouer, sauf peut-être pendant un instant fugace par Aphrodite (Vénus pour les Romains).

Pour les anciens Grecs épris d’ordre, de mesure et d’intelligence raisonnée, la démesure d’Arès, sa brutalité, sa soif de carnage et son manque de retenue rendent ce dernier insupportable tant aux mortels qu’aux Dieux. Infernal et exaspérant, il est souvent condamné par Zeus pour ses querelles, ses conflits et sa détermination à tuer.
A la guerre, il sera souvent ridiculisé par sa sœur Athéna, la déesse à la métis, qui use d’intelligence astucieuse doublée de raison pour remporter des victoires, alors qu’il est aveuglé par son instinct sanguinaire et n’arrive pas à distinguer le bon camp du mauvais. Arès, bras et jambes rapides, n’a pas la réputation de grande subtilité ; c’est une brute sans ombre de métis.

Même si Arès est enragé et belliqueux, il est cependant beau et viril, sa vie amoureuse laisse une nombreuse descendance parmi laquelle nous trouvons Harmonie, Eros (la passion amoureuse) et Antéros (l’amour réciproque), Phobos (la peur) et Deimos (la panique), ainsi que les cruelles Amazones. En amour, son impulsivité le pousse dans des situations embarrassantes. Son aventure avec la belle Aphrodite est dénoncé par Hélios (le Soleil) durant un dîner organisé par Héphaïstos, la mari boiteux d’Aphrodite ; les deux amants tombent alors dans le piège tendu par l’époux blessé et, aveuglés par leur passion charnelle, ils deviennent la risée de tous les dieux présents. Ceci dit les participants, éblouis par l’incroyable beauté et succombant à l’insolent pouvoir de séduction d’Aphrodite livrée nue à leurs regards, s’empressent d’imaginer tous les moyens possibles d’être un jour à la place d’Arès.

Arès a une sœur jumelle, Eris, fille de la nuit et déesse de la discorde et de la lutte. Le côté malveillant d’Eris pousse à l’usage de la lance et c’est elle qui fait grandir la guerre et les querelles. Elle engage à l’anarchie, à la démesure (hybris) et à la conquête de richesses par la violence et la supercherie. Elle excite la jalousie qui est à l’origine de nombreuses guerres dont la guerre de Troie. Eris a toutefois un côté bienveillant qui inspire « le bon, le juste combat » et incite l’agriculteur à travailler son champ sans ménager sa peine afin d’accroître sa récolte, tout en accord et dans la juste mesure, la dikè, par opposition à l’hybris guerrière.

Dans la Grèce antique, le dieu du combat Arès est un paradoxe entre la brute qui raffole de carnage et agit sans réfléchir et le héros courageux et puissant, « l’intrépide sauveur des cités », « le rempart de l’Olympe », « le père de la glorieuse victoire », « le soutien de la justice », « le dominateur des hommes justes », chanté, honoré et invoqué dans les hymnes homériques (qui a trait à Homère et poèmes qu’on lui attribue).

Chez les Romains, plus pragmatiques, Mars est élevé au rang de Héros. Il est juste après Jupiter (Zeus) dans la hiérarchie divine et jouit d’une grand prestige, tant par son rôle de protecteur de l’agriculture que comme dieu de la guerre et père de la nation romaine. C’est le courage, la force et la volonté de Mars qui sont encensés à Rome. En tant que juge et vengeur de toutes les offenses, et en particulier la violation des promesses, il est aussi honoré comme le dieu du serment, et de fait, vénéré comme le seigneur d’une cause juste et noble.

Le Fer, métal assigné à Mars, sert aussi bien à fabriquer la lance que la charrue. Ces 2 outils symbolisent le dualisme du genre de combat mené par Mars, qui est inhérent au caractère humain ; d’un côté l’expression primitive de l’instinct brutal de survie avec la destruction du concurrent dans la lutte armée ; et de l’autre, l’expression consciente de la volonté civile de survie, par la force du travail individuel et le labourage du champ.

Mars est en correspondance avec l’énergie du Mardi.

Namaste



4 réflexions sur “Mars dans la Mythologie Grecque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s